Olivier Nadeau a été accueilli dans la grande famille des Cataractes par Martin Mondou et Roger Lavergne.

Nadeau, le premier choix des Cataractes

Québec — Les Cataractes ont fait d’Olivier Nadeau leur premier choix au repêchage samedi, le cinquième de l’encan des joueurs midgets qui se tient au Centre Vidéotron.

Répertorié au septième rang par le Centre du soutien au recrutement, cet attaquant de 6’1’’ et 200 livres semblait ravi de s’installer en Mauricie pour les prochaines années. «C’est magique. Je profite de cette journée avec ma famille. Shawinigan, je sais que c’est une bonne organisation. Je suis quand même un peu surpris de me retrouver là, je n’avais pas de feeling particulier avant d’arriver ici ce matin», a souligné l’adolescent de 15 ans, membre de l’équipe de rêve des Chevaliers de Lévis la saison dernière. «Je suis un joueur physique qui compte amener de l’énergie. Je peux aussi amasser ma part de points. Un gros été m’attend, je veux faire ma place l’an prochain», a ajouté Nadeau, auteur de 52 points dont 31 passes l’an dernier dans le midget AAA.


Si Nadeau semblait satisfait de son sort, le dépisteur-chef des Cataractes ne cachait pas son enthousiasme. «Nous avions vraiment peur qu’il sorte juste avant nous. Nous étions prêts si c’était le cas mais nous avons été vraiment soulagés quand nous avons vu qu’il était toujours disponible à notre rang de sélection. J’ai toujours aimé les gros bonhommes avec du talent. À Val-d’Or, nous avions eu les Henley, Anthony Mantha. Tu as rarement la chance de mettre la main sur des joueurs comme ça. En plus, c’est le complément parfait pour notre jeune noyau», soumettait Carrière. «Il fait déjà 200 livres et il n’a pas fini de remplir. À 18 ans, ce sera un cheval! Ce choix était unanime à notre table. Nous n’avons aucune crainte sur le fait qu’avec de la puissance et de la maturité, le coup de patin va suivre.»


Martin Mondou osait quant à lui une comparaison avec un attaquant de puissance qui vient tout juste de jouer un rôle-clé dans les conquêtes des coupes du Président et Memorial par les Huskies de Rouyn-Noranda.  «Il me fait penser à Joël Teasdale, avec une intelligence au jeu supérieure», lance le directeur-gérant des Cataractes, en spécifiant n’avoir jamais hésité même si Zachary Bolduc, un joueur local, était encore disponible. Faut dire que Bolduc, sixième meilleur espoir selon le CSR, avait annoncé avant le repêchage son intention de jouer aux États-Unis la saison prochaine, ajoutant au passage avoir signé un contrat avec une pénalité de sortie de 26000$ qui devrait être payée par l’équipe qui voulait le faire changer d’avis. «Quand tu signes un contrat du genre alors qu’il y a deux équipes à 25 minutes de chez vous qui peuvent te prendre en première ronde, ça en dit long sur ton désir. À Shawinigan, on travaille fort pour bâtir un programme de qualité, au cinquième rang il y avait trop de talent disponible pour embarquer dans une aventure comme celle-là. Ça ne change rien au fait qu’on pense qu’il va venir jouer dans la ligue, c’est un futur pro qui a besoin de jouer contre les meilleurs tout de suite pour avancer. On a bien hâte de l’affronter!»


Hinds surpris

Au deuxième tour, les Cataractes ont renfloué leur défensive en mettant la main sur Tyson Hinds, de l’Intrépide de Gatineau au 30e échelon. «Je ressens un feeling incroyable en ce moment. Les Cataractes faisaient partie de mes tops équipes où je souhaitais être repêché.  Je suis un défenseur qui aime appuyer l’attaque. Si je prends de la masse musculaire cet été, et que je peux rapidement m’habituer à la vitesse de jeu au camp, j’ai bon espoir de jouer junior dès l’an prochain», avance celui qui était perçu comme le 37e meilleur espoir disponible.

Un pari nommé Tinling

Au troisième tour, les Cataractes ont décidé de parier sur leurs chances d’attirer Dovar Tinling, un explosif attaquant répertorié comme le 21e adolescent le plus attrayant. Tinling, un produit des Lions du Lac-St-Louis n’était pas au Centre Vidéotron, ayant indiqué à tous les clubs qu’il prévoyait s’exiler aux États-Unis l’an prochain. «S’il n’avait pas été blessé, à notre avis c’était un choix top 10. C’est un jeune avec beaucoup, beaucoup de talent. Au tournoi peewee de Québec il y a quelques années, il était le joueur listé numéro 1! Maintenant, nous savons qu’il y a du travail à faire avec lui, mais nous connaissons la famille et nous allons avoir la chance de présenter notre programme. On a fait la même chose avec Xavier Bourgault l’an dernier avec succès, on va espérer le même dénouement», souriait Mondou.


En tout, les Cataractes ont repêché 17 joueurs samedi : neuf attaquants, six défenseurs et deux gardiens.


Par contre, ce fut le calme plat point de vue transactions. Mondou n’a pu profiter des Assises pour garnir son trio de joueurs de 20 ans. Pour l’instant, un seul joueur – Mikaël Robidoux – est en lice pour les trois casiers disponibles réservés aux vétérans de dernière année! «On a fait des offres, ça n’a pas fonctionné. Je ne suis pas le seul, le marché a bloqué en fin de semaine. Certains clubs ont de grandes attentes pour leurs joueurs de 20 ans, on verra comment ça va évoluer. Dans un monde idéal, on commencerait le prochain camp avec plus qu’un joueur de 20 ans», a conclu Mondou.