Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les Américains ont eu le dernier mot au championnat du monde junior.
Les Américains ont eu le dernier mot au championnat du monde junior.

Mondial junior: les Américains ont encore le dernier mot

Steve Turcotte
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
COMMENTAIRE / Il fallait accepter de se coucher tard mardi pour avoir accès à la crème planétaire du hockey junior. Ceux qui ont sacrifié quelques heures de sommeil ont eu droit à tout un match, remporté 2-0 par les Américains.

La médaille d’or échappe donc à André Tourigny et à sa bande, au championnat du monde junior. Au Canada, pays du hockey, ce sera perçu comme une déception. C’est correct.

Il n’y a quand même rien de honteux à ramener la médaille d’argent dans ces conditions.

Il y avait 29 choix de première ronde sur la glace pour cette finale. C’est du talent au pouce carré, ça mes amis. Sur un seul match, avec des alignements aussi équilibrés, l’issue se scelle sur les détails.

N’enlevons rien aux Américains, ils ont attaqué ce match sans complexe. Pas impressionnés une miette par le rouleau compresseur mis sur pied par le Canada depuis le début du tournoi. Trevor Zegras l’a même dit publiquement quelques heures avant la première mise en jeu, son équipe sentait que le Canada et son gardien Devon Levi n’avaient pas encore été réellement testés et elle leur préparait une petite surprise!

Cocky à souhait, ce Zegras.

Et manifestement en mesure de prendre la pression, puisqu’il s’est chargé lui-même de la surprise en préparant le premier filet du match, puis en marquant le second sur un rebond un peu chanceux. Pas un seul Américain n’a marqué plus de points que lui en carrière au Mondial junior. Bientôt, ce seront les Ducks d’Anaheim qui profiteront de ses dons offensifs.

Du côté canadien, les meilleurs éléments ont connu une soirée plus tiède. La vitesse des Américains a provoqué plusieurs revirements ennemis dans la première moitié du match. En fin de deuxième période, les Canadiens ont enfin levé leur niveau de jeu, se fabriquant quelques bonnes chances de marquer. Tantôt ils ont manqué de finition, tantôt le gardien Jared Knight a fait honneur à sa réputation de future étoile chez les pros.

En troisième, les Américains ont uniquement tenté de protéger Knight. Le Canada a cogné une couple de fois à la porte, sans jamais réussir à la percer.

Les Américains ont célébré, les Canadiens ont pleuré. Fait intéressant, le Canada s’est mesuré cinq fois aux États-Unis en finale de ce championnat, et il n’a gagné que le premier duel, en 1997. Une surprenante et longue disette!

Un mot en terminant sur Jonathan Deschamps, juge de lignes de Trois-Rivières choisi pour travailler lors de cette finale. Imaginez, ça fait seulement deux ans que Deschamps, ex-joueur des Cataractes et des Patriotes, a fait la transition vers l’arbitrage. Ce n’est pas très téméraire d’avancer que d’ici quelques années, il retrouvera les Zegras, Byram, Cozens, Turcotte et Caufield dans la LNH…