Luc Biron, directeur des équipements de l'UQTR.

Mise à niveau des équipements sportifs: l'UQTR cherche des partenaires

La piscine du CAPS, le terrain de soccer, la piste d'athlétisme et ses estrades ainsi que l'anneau de jogging intérieur sont des équipements qui ont fait leur temps, à l'UQTR. L'établissement entend bien les remettre à niveau le plus tôt possible. Il s'agit d'un projet de 3,3 millions $ qui devrait se concrétiser à court et moyen termes. Tout repose, toutefois, sur une aide financière que demande l'UQTR au gouvernement du Québec. Le programme de subventions convoité ne couvrirait toutefois que 50 % de la facture de ces rénovations. C'est pourquoi l'Université cherche aussi des partenaires afin de défrayer l'autre moitié.
Luc Biron, le directeur du service des équipements, explique que les installations extérieures ne sont pas admissibles au budget de l'UQTR pour le maintien des actifs. «L'argent qu'on reçoit du ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur ne peut pas servir à la réfection de ces espaces-là», dit-il. «L'opportunité qu'on a, c'est que le ministère, selon ce qu'on sait, va sortir une autre phase d'un programme (Programme de soutien aux installations sportives et récréatives) qui permet de procéder à une réfection des installations sportives», explique-t-il.
Le projet revêt une importance certaine pour la région. «On est en partenariat avec la Ville pour l'utilisation du terrain de soccer. On l'utilise pour les équipes Patriotes en automne et l'été, c'est la Ville», illustre Isabelle La Vergne.
Pour ce qui est de la piste d'athlétisme, sa remise à neuf est d'autant plus cruciale qu'il «n'y en a plus dans la région», dit-elle, Shawinigan ayant des problèmes avec la sienne. «C'est aussi important pour le département des sciences de l'activité physique parce que l'athlétisme, c'est le sport le plus pratiqué au monde», dit-elle.
Des discussions sont donc en cours avec la Ville de Trois-Rivières et l'UQTR est à la recherche d'autres partenaires, institutionnels ou privés, pour combler le manque à gagner.
«Dans la région, il faut travailler ensemble. Il faut créer des partenariats. S'il y en a un qui est mal pris quelque part, il faut être capable de faire des échanges», plaide Mme La Vergne.
Le terrain de soccer à lui seul est occupé tous les soirs et toutes les fins de semaine en été, indique Mme La Vergne et dès que nous commençons, à la mi-août, on manque d'espace», dit-elle.
«Pour ce qui est de la piste, les trois clubs d'athlétisme de la région cherchent des endroits pour s'entraîner. Entre 15 h et 22 h, l'été, c'est mur à mur», souligne la directrice du CAPS.
Ces infrastructures ne sont plus utilisées depuis deux ans à cause de leur désuétude.
L'UQTR misera sur la qualité des produits pour remettre ses installations à neuf. Elle veut profiter de l'expérience des autres terrains pour choisir les bons produits, explique M. Biron.
Chose certaine, il n'y aura plus de vrai gazon à l'arrière du terrain synthétique. «Ce sera du synthétique partout pour que ce soit plus facile d'entretien», explique Mme La Vergne.
Certains travaux de mise à niveau ont déjà été réalisés, dont la réparation du pont de la piscine du CAPS, l'été dernier, de même que la salle haute performance.
Le revêtement de sol de la piste de jogging intérieure sera changé. Il s'agit d'une intervention d'environ 240 000 $ qui devrait être réalisée au printemps.
La directrice du CAPS précise qu'aucun des travaux qui sont au programme n'implique de fermeture des services. 
«Nos activités continuent de fonctionner», assure-t-elle, à l'exception de la traditionnelle semaine de travaux du mois d'août où la piscine est habituellement fermée.
La céramique d'origine, à l'intérieur de la piscine, qui date de 1995, doit être entièrement changée elle aussi. Dans ce cas, les travaux se feraient idéalement en été et impliqueraient une fermeture un peu plus longue de la piscine qu'à l'habitude. Ces travaux, estimés à 890 000 $, ne devraient être faits qu'en 2019 et sont incontournables. Malgré les réparations mineures réalisées chaque année, «c'est une question d'étanchéité. Les joints se désagrègent», signale M. Biron.
Les plots de départ seront du même coup changés pour des plots inclinés, à la demande du Club Mégophias.
L'UQTR tient à ces rénovations car «les équipes sportives qu'on veut pousser et qu'on veut amener de l'avant, il faut qu'on soit capable de les supporter», plaide Mme La Vergne. «On veut que les équipes fassent rayonner l'Université», dit-elle.
L'UQTR pourrait avoir une nouvelle surface de soccer dès 2018 si elle obtient la subvention attendue en 2017.