Vincent Senez a marqué le premier filet de la soirée.

Miracle en Abitibi pour les Cataractes

Rouyn-Noranda — Ils sont fous, ces jeunes Cataractes! Pour la deuxième soirée d’affilée, ils ont tenu tête aux puissants Huskies sur leur petite patinoire. Cette fois par contre, ils ont ajouté de l’opportunisme à leur recette basée sur la vitesse et la fougue, pour signer un gain de 4-3 et ainsi créer l’égalité 1-1 dans cette série quatre de sept.

Il n’est pas exagéré de parler d’un petit miracle. Ça faisait 11 ans que les champions de la saison régulière n’avaient pas perdu en première ronde des séries dans la LHJMQ. De plus, les Huskies n’avaient pas baissé pavillon devant leurs bruyants partisans depuis le 24 octobre. Mais toutes ces statistiques, les Shawiniganais s’en moquent depuis la première mise en jeu. Ils laissent tout ce qu’ils ont dans le ventre sur la glace et jusqu’à maintenant, les Huskies en ont plein les bottines.

Ces derniers se demandaient d’ailleurs ce qui se passait en début de match. Leur gardien Zachary Émond a été battu trois fois sur quatre tirs. Vincent Senez a donné le ton à la soirée avec un revers dans la lucarne, puis l’avantage numérique a produit les filets de Mavrik Bourque et Leon Denny. Mario Pouliot en avait assez vu, il a ramené Émond au banc et renvoyé son gardien numéro un Samuel Harvey entre les poteaux. Ce fut le signal de ralliement de ses talentueux Huskies, qui ont pris le contrôle du match par la suite. Leur seul problème, c’est que Justin Blanchette était au sommet de son art! Le gardien des Cataractes a été testé 60 fois! Et à partir de la deuxième, la majorité des tirs étaient dangereux. Il a été magistral, Blanchette.

Mais bon, au volume, les Huskies sont parvenus à remonter la pente et à créer l’égalité en troisième. Alors que tout le monde semblait se préparer à la prolongation, Mikaël Robidoux a joué les héros. Le teigneux attaquant a pris de vitesse les deux défenseurs des Huskies en zone neutre, puis il a foncé tête baissé vers Harvey qu’il a percé avec 97 secondes à écouler au cadran! Les Huskies avaient encore du temps, ils ont continué à tester Blanchette sous toutes ses coutures. Avec des poussières à égrainer, le gardien de 18 ans a fait un arrêt sensationnel de la mitaine aux dépens du capitaine Rafaël Harvey-Pinard. Quelques instants plus tard, il célébrait avec ses coéquipiers cette grosse surprise.

«On vient de réaliser un exploit. Justin a été magique, le jeu de puissance a fait le travail en début de match. Les gars ont bloqué des lancers sinon, les Huskies en auraient cadré 120! Tout le monde a embarqué dans le plan, ça nous a permis de compétitionner. Et cette victoire, c’est la cerise sur le sundae», racontait Daniel Renaud, fort conscient que sa troupe avait été dominée. «On avait joué un meilleur match vendredi. Mais regarde, de bonnes choses peuvent se produire quand 25 gars achètent un plan. On a vécu de grosses situations ici à Rouyn. À un moment donné ce soir, la foule nous a intimidés. Et puis en fin de match, avec les pénalités, c’était très stressant. Quel bagage pour notre équipe!», ajoutait le jeune pilote.

Robidoux, l’auteur du but gagnant, reprenait sensiblement le même refrain. «Nous sommes 25 frères en mission. On le sait qu’on s’attaque à une grosse machine. Il faut continuer à y aller présence par présence. Ce soir, Blanchette a été incroyable. Même quand les Huskies ont créé l’égalité, on n’a jamais cessé d’y croire», soutenait l’ex-Remparts, pas mal fier de son filet. «Gabriel Denis a fait tout un jeu sur la séquence. Quand je suis arrivé près du but, j’ai simplement frappé la rondelle comme une balle de golf, de toutes mes forces!»

Quant à Blanchette, il empestait le caoutchouc après avoir déposé son équipement. «C’est une de mes bonnes performances en carrière. Quand tu reçois autant de lancers, tu n’as pas trop le temps de penser, tu les prends un à la fois. C’est trippant pour toute l’équipe, cette victoire. Le voyage en autobus va être plaisant! On voulait en gagner une ici, c’est mission accomplie.»

Dans l’autre vestiaire, Mario Pouliot plaidait que son équipe méritait un meilleur sort. «On doit avoir eu la rondelle pendant 45 minutes. Mis à part quelques pénalités en début de match, je n’ai rien à reprocher à mon groupe. Faut donner du crédit aux Cataractes, ils n’ont rien à perdre et ils travaillent très fort. Leur gardien a volé le match. Cette adversité va bien servir notre équipe», proposait le pilote des Huskies.

Les deux équipes se retrouvent mardi soir au Centre Gervais Auto. Les trois prochains matchs de la série seront d’ailleurs disputés à Shawinigan.