Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Équipe Québec joue maintenant pour plus de ,500 (6-5).
Équipe Québec joue maintenant pour plus de ,500 (6-5).

Miguel Cienfuegos fumant, Équipe Québec au premier rang

Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Des amateurs ont sourcillé en constatant qu’il n’y avait que cinq joueurs locaux dans Équipe Québec. Force est d’admettre toutefois qu’ils se font remarquer pour les bonnes raisons en ce début de saison, alors que le club fleurdelisé trône au sommet de sa section dans la Ligue Frontier.

À son premier départ chez les professionnels, le Montréalais Miguel Cienfuegos a effectué plus de 100 lancers en huit manches, blanchissant les Wild Things de Washington en route vers une victoire de 1-0 des Québécois (6-5). Le releveur Andrew Case a complété son brillant travail en récoltant le sauvetage en neuvième manche.

En ajoutant les deux matchs au cours desquels il fut utilisé comme releveur cette année, Cienfuegos n'a donné aucun point en 12 manches!

«Je voulais passer un message, prouver que j’ai ma place dans la Ligue Frontier. Pour un premier départ, je ne pouvais pas demander mieux» souriait le gaucher, qui n’a cédé que quatre coups sûrs aux Wild Things.

«C’est un effort collectif. Je suis content de ma sortie, mais la défensive derrière moi a été excellente et mon receveur [Jorge Gutierrez] avait toujours la bonne sélection de tirs.»

Gutierrez a non seulement bien guidé son jeune coéquipier de 24 ans, il a produit le seul point de la rencontre en septième, grâce à un simple qui a poussé son équipier Jack Barrie au marbre.

S’ils avaient fait preuve de plus d’opportunisme, les Québécois auraient pu mieux protéger cette courte avance. Après le match, on préférait néanmoins retenir les points positifs. Avec raison!

«Miguel a vraiment été impressionnant. Il aurait pu être nerveux pour son premier départ chez les pros, mais non, il a été en contrôle du début à la fin. On pensait le garder pour quatre manches, on a prolongé ça jusqu’à huit... et il a fallu que je me chicane avec [l’entraîneur des lanceurs] Matthew Rusch pour l’enlever en neuvième», a lancé à la blague le gérant d’équipe Québec, Patrick Scalabrini.

Le lanceur Miguel Cienfuegos

«On lui lève notre chapeau. C’est la performance la plus dominante d’un lanceur pour nous cette saison.»

Cienfuegos, qui appartient aux Aigles de Trois-Rivières, a joué son baseball junior à Laval. Le plus cruel pour lui et ses coéquipiers, en ce moment, c’est d’être privé de matchs locaux, à Trois-Rivières et Québec.

«On a très hâte de jouer au Québec», opine le lanceur. «Il y a plusieurs Américains et des Canadiens d’autres provinces dans l’équipe et on leur rappelle, chaque jour, à quel point c’est agréable de jouer dans les stades de Trois-Rivières et Québec. On espère tellement pouvoir revenir à la maison dans quelques semaines!»

Du caractère, du repos

Après la victoire de 3-2 la veille, Équipe Québec a remporté un autre match serré dimanche, pour ainsi mettre la main sur une deuxième série consécutive. La troupe de Scalabrini, qui misera sur une journée de repos lundi, pointe au premier échelon de sa division, un match et demi devant les favoris, les Boulders de New York.

Ils entreprendront une série de trois matchs contre les Miners de Sussex, mardi dans le New Jersey, après un congé bien mérité lundi.

«Gagner les matchs serrés, ça prouve qu’on a une certaine force de caractère. On a livré une super bonne partie en défensive. On apprend à gérer des avances et en plus, nos renforts comment enfin à arriver.»

En bref

David Glaude et Louis-Philippe Pelletier ont frappé une fois la balle en lieu sûr...

Gift Ngoepe tarde à se manifester au bâton (moyenne de ,158), mais il se débrouille bien à l’arrêt-court...

Le releveur Spencer Bivens, appelé en relève au partant des Wild Things Michael Austin, a subi la défaite pour Washington. L’ancien des Aigles Kevin McNorton a lancé une manche (un coup sûr, un but sur balles).