Rémi Royer
Rémi Royer

MIDGET AAA: les décisions finales approchent pour les Estacades

Steve Turcotte
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Les jeux sont pratiquement faits chez les Estacades midget AAA. À la suite des deux matchs face au Blizzard du Séminaire Saint-François lundi soir, Rémi Royer et son groupe d’entraîneurs ont retranché deux joueurs, un geste qui porte à 20 le nombre d’adolescents qui tentent de se faire une place dans le vestiaire trifluvien. À ce groupe, toutefois, il faut ajouter les quelques vétérans qui vont bientôt partir pour un camp junior.

«Le camp se déroule très bien dans l’ensemble, nos idées sont claires. Il y a quand même quelques joueurs que nous voulons revoir une dernière fois, puis nous allons prendre les décisions finales après les deux matchs de mercredi», indiquait Royer, qui passe d’entraîneur adjoint à pilote cette saison en raison de la démission cet été de Frédéric Lavoie. Même s’il y aura une période de ballotage à travers la ligue d’ici à mercredi, Royer prévoit s’en tenir aux candidats à l’interne.

Les Estacades ont marqué quatre fois lundi.

Avec la COVID-19, la dynamique du camp est bien différente cette année. Les matchs se déroulent à deux trios, et le jeu physique est limité au minimum. Pour Royer, cette formule est loin d’être déplaisante. «J’aime cette façon de travailler pour évaluer les joueurs. Personne ne peut se cacher, à deux trios. On voit les gars qui sont en forme, ceux qui sont à l’aise dans certaines situations, ceux qui ont des lacunes. En ce qui concerne le jeu physique, ce n’est pas pareil, c’est sûr. Mais on voit quand même ceux qui veulent arriver premier dans le coin!», souriait Royer. «L’an prochain, même si la COVID est derrière nous, j’ai l’intention de jouer à trois trios dans les matchs préparatoires, question de recréer un peu cette formule. Elle permet d’avoir un portrait précis de chaque joueur.»

Lundi, le premier groupe utilisé par Royer a vaincu les représentants du Blizzard 3-2, alors que le second a fait match nul 1-1. Antoine Julien, Louka Bélanger, Émile Trottier et Antoine Michaud ont enfilé l’aiguille pour les Trifluviens.