Après avoir officié au concours d’habiletés vendredi soir, Michel Cormier Jr vivra son premier Match des étoiles, samedi à St. Louis.

Michel Cormier Jr au Match des étoiles de la LNH

TROIS-RIVIÈRES — Michel Cormier Jr a plusieurs raisons de se réjouir d’être au Match des étoiles de la LNH. En arrivant à St.Louis pour cette occasion spéciale, il suit en quelque sorte les traces de son père et de son oncle.

On peut aussi dire qu’il revient de loin, lui qui a été tenu au rancart pendant plusieurs semaines en raison d’une commotion cérébrale.

«J’ai hâte de voir leurs sourires. Ce sera une expérience unique pour moi, mais aussi pour eux, en coulisses.»

Le juge de lignes de St-Louis-de-France ne débarque pas seul en territoire des Blues: ses deux enfants, sa conjointe ainsi que les enfants de celle-ci, ses parents de même que ses deux cousins de la famille Talbot l’accompagnent. Bref, ce sera la fête sur la glace comme c’est le cas chaque année au Match des étoiles... mais aussi dans les gradins pour bon nombre de Mauriciens!

«Les officiels, on va essayer de se mettre en spectacle aussi», rigole le vétéran d’une quinzaine de saisons, qui venait d’assister à une rencontre au sujet du concours d’habiletés de vendredi soir, au moment de rappeler Le Nouvelliste jeudi.

«On a un rôle de parure, les vedettes vont s’assurer de faire le show! Par contre, la LNH prend vraiment soin de nous. Ce sont de petites attentions qui font toute la différence. C’est un honneur pour moi d’être invité à participer au Match des étoiles après toutes ces années.»

D’autant plus que c’est à St.Louis, une ville significative pour le clan Cormier et Talbot: son papa Michel, actuel conseiller municipal du secteur St-Louis-de-France à Trois-Rivières, a été invité au camp des Blues au début des années 70. Son oncle Jean-Guy Talbot a porté l’uniforme de l’équipe, en plus de la diriger, durant son long et glorieux parcours dans la LNH.

«J’ai eu peur»

Cette belle réunion familiale au Missouri a bien failli ne pas avoir lieu. Le 16 octobre, Michel Cormier a chuté sur la patinoire du PPG Paints Arena de Pittsburgh quand la lame de son patin est restée prise dans la glace. Sa tête et son cou ont encaissé le choc quand il est tombé sur la bande.

Résultat: première commotion cérébrale diagnostiquée en plus de 1000 matchs dans la LNH. «J’ai perdu trois ou quatre secondes de mémoire, puis on m’a transporté dans les vestiaires.»

Quelques heures plus tard, il montait à bord d’un avion, direction Montréal, où le neurologue du Canadien l’évaluera. «Ça aurait pu être pire, j’aurais pu me retrouver avec une fracture à l’épaule ou à la clavicule. Reste que j’avais subi une commotion. Ce n’est pas un beau souvenir. J’ai regardé la vidéo une seule fois. C’est amplement suffisant.»

Cormier Jr a broyé du noir pendant un temps, loin de l’action. Chez lui à Trois-Rivières, il a pu se rapprocher des gens qu’il aime et les voir tous les jours, un luxe qu’il n’a pas pendant la saison de la LNH, c’est-à-dire de septembre jusqu’au printemps.

Ceci dit, il espérait pouvoir revenir au jeu en janvier. Il visait le Match des étoiles. «J’ai subi un examen de protocole le 30 décembre et j’ai enfin obtenu le feu vert. Le 7 janvier, je revenais à l’action à New York. L’Avalanche était en visite au Madison Square Garden. C’était eux également qui étaient à Pittsburgh le 16 octobre. J’étais soulagé, car j’ai eu peur!»

Le directeur des officiels de la LNH, Stephan Walkom, a tôt fait de le rassurer. «Il m’a dit de prendre mon temps et de ne pas m’inquiéter, que je serais à St.Louis à la fin janvier. Il m’a donné une bonne tape dans le dos.»

Selon Cormier Jr, les blessures subies par les arbitres demeurent un sujet assez tabou, mais elles surviennent plus souvent qu’on pense. «Si je calcule bien, en ce moment, deux officiels sont en rémission pour une commotion cérébrale, et deux autres pour des blessures au genou.»

La finale, l’ultime objectif

Il y a quelques mois, Michel Cormier Jr a franchi le cap prestigieux des 1000 matchs en carrière dans la LNH. À cela s’ajoutent sa participation au Match des étoiles 2020, de même que plusieurs rencontres de séries éliminatoires, dont des présences en troisième ronde.

Son prochain objectif, vous l’aurez deviné, est d’être choisi pour officier en finale de la Coupe Stanley. «Je la veux! Tous les gars rêvent de goûter à ça. Je m’accroche à l’espoir d’y participer un jour.»

Cormier Jr était aux premières loges, au printemps passé, quand les Sharks de San Jose ont comblé un déficit de 0-3 pour s’imposer face aux Golden Knights de Vegas, dans le septième match d’une série de premier tour épique.

On se souvient surtout de la pénalité majeure décernée à Cody Eakin et qui n’aurait jamais dû être appelée. Son ami, le Trifluvien Éric Furlatt, était l’un des deux arbitres en fonction avec Dan O’Halloran.

Croit-il que ce match controversé pourrait nuire à ses chances d’être délégué en finale un jour? «Je suis sûr que non. Ce match nous a rappelé que nous devions avoir recours aux reprises vidéo pour les pénalités. En quelque sorte, ce fut positif.»

Chose certaine, aucune controverse n’éclatera au Match des étoiles!