Nicolas Deslauriers a raté une chance en or de marquer. Shea Weber, qui a récolté une passe sur le seul but du Canadien mardi, aurait inscrit un deuxième point si Deslauriers avait su matérialiser cette chance.

McElhinney éclipse Weber

CHRONIQUE / Tout l’enthousiasme généré par le retour au jeu tant attendu du capitaine Shea Weber a été ralenti par un éternel gardien numéro deux, mardi soir au Centre Bell.

Curtis McElhinney s’est moqué du scénario qui devait avoir comme héros principal le 30e capitaine de l’histoire du Canadien. Il a plutôt saisi l’occasion pour réaliser sa meilleure performance en carrière avec 48 arrêts. Rien de moins.

Non, Weber n’aura pas à porter la responsabilité de cette cinquième défaite de suite des hommes de Claude Julien. Le colosse numéro 6 a livré un match honnête, étant donné qu’il en était à une première sortie en 345 jours dans la meilleure ligue sur la planète.

Avec quelques coups d’épaules par ci, plusieurs premières passes convaincantes par là, Weber a joué sans artifice, mais de manière efficace. Il a même amassé une mention d’aide sur le filet de Phillip Danault. Et il aurait pu engraisser davantage sa fiche si Nicolas Deslauriers avait su capitaliser devant une cage déserte sur un retour de lancer.

À vrai dire, le seul bémol dans son cas se situe dans son exécution en territoire ennemi. Le capitaine aura nécessairement besoin d’un temps d’adaptation pour retrouver son boulet de canon assassin. Mardi soir, il a peiné à atteindre le gardien Curtis McElhinney. Ses tentatives de tir ont parfois été bloquées, ou encore tout simplement pas décochées, en raison d’un synchronisme déficient.

Par contre, nul besoin de paniquer. C’est le genre de détail que Weber n’aura aucun mal à corriger étant donné son talent.

Maintenant, il sera intéressant de voir de quelle façon le meilleur défenseur de l’équipe sera en mesure de progresser. Car il y a place à l’amélioration. Et à ce chapitre, il faudrait peut-être lui dénicher un autre partenaire que David Schlemko, question de ne pas trop le ralentir.

Par les temps qui courent, Victor Mete offre du jeu inégal. Encore mardi, en plus de jouer de malchance sur le deuxième but des Hurricanes en faisant dévier la rondelle dans son filet, le jeune défenseur s’est montré beaucoup trop galant à l’endroit de Victor Rask sur le premier but des visiteurs. Cette séquence manquait de cran. Un retour aux côtés de son mentor de la saison dernière pourrait s’avérer gagnant, non?