Mathieu St-Pierre croit qu’il devra changer sa technique cet hiver s’il espère avoir du succès aux Jeux paralympiques de Tokyo, l’an prochain.

Mathieu St-Pierre a eu un avant-goût de Tokyo

Sportcom — Lors d’une compétition préparatoire au Japon, Lissa Bissonnette et Mathieu St-Pierre ont eu l’occasion de tester le site du canal de la forêt de la Mer qui accueillera les épreuves de leur discipline aux Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo dans moins d’un an.

«J’ai visité le village olympique et j’avais des frissons partout et les larmes aux yeux», a dit Bissonnette.

Même si la kayakiste de Pointe-Claire n’a pas connu la compétition espérée en terminant septième de la finale B du K2 500 m aux côtés de sa partenaire Courtney Stott (Balmy Beach) vendredi, la Québécoise était tout de même très heureuse de son passage au Japon.

«Ça n’a pas vraiment bien été. J’aurais voulu mieux finir la saison, mais il vaut mieux cafouiller maintenant que dans 318 jours. À moins d’un an des Jeux, ma préparation se passe super bien. Je suis exactement où je dois être. Être ici, me donne beaucoup de motivation à reprendre l’entraînement d’automne le plus vite possible. Cependant, en revenant de Tokyo, c’est le repos qui m’attend. Il est nécessaire afin de ne pas tomber en épuisement et de prendre du temps pour soi», a-t-elle expliqué.

En venant à Tokyo, il était important pour Bissonnette de visiter les lieux, d’expérimenter et de s’acclimater à l’environnement.

Cette visite a permis à sa partenaire et elle de réaliser qu’elles auraient besoin de certains équipements pour les aider à gérer la chaleur et l’eau du bassin.

«Même en septembre, qui est censé être un mois plus frais, la température avec l’humidité a frôlé les 40 degrés Celsius, a mentionné l’athlète de 28 ans. L’eau du bassin est très salée et visqueuse donc, pour les bateaux d’équipe surtout, il faudra penser à des lunettes pour protéger les yeux. La chaleur sera probablement le plus gros facteur, mais une liste d’équipements nécessaires est en construction.»

St-Pierre à la recherche de la bonne technique

Dimanche, le paracanoéiste Mathieu St-Pierre (1 min 4,014 s) a terminé huitième de la finale A du VL2 200 m. L’épreuve a été remportée par le Portugais Norberto Mourao (57,507 s). Les Brésiliens Fernando Rufino de Paulo (57,955 s) et Luis Carlos Cardoso da Silva (57,982 s) ont respectivement fini deuxième et troisième.

Samedi, à l’issue de la demi-finale, le Shawiniganais était à la recherche d’une solution en vue de sa finale du lendemain et de la prochaine saison.

«Sérieusement, le calibre est de plus en plus fort. C’est normal que je sois déçu, car finir dans les derniers n’est pas mon objectif et je travaille fort pour aller chercher des secondes, mais ça ne débloque pas. Il faudra que je change ma technique cet hiver et que je travaille encore plus en force!» a-t-il conclu.