Le secondeur Mathieu Loiselle a décidé de prendre sa retraite, à l’âge de 25 ans, après avoir été sonné par un coup à la tête au camp d’entraînement des Argonauts de Toronto.

Mathieu Loiselle prend sa retraite

TROIS-RIVIÈRES — Ébranlé par un coup à la tête au tout début du camp d’entraînement des Argonauts de Toronto, le secondeur Mathieu Loiselle a décidé de remiser définitivement son équipement de football . À l’âge de 25 ans, le Trifluvien préfère prendre sa retraite et se tourner vers le monde des finances plutôt que de risquer d’aggraver sa santé à long terme.

«Ça ne vaut pas la peine de risquer ma tête. Les coups à la tête, je prends ça très au sérieux et j’ai jugé qu’il valait mieux arrêter tout de suite», explique-t-il, en entrevue avec Le Nouvelliste.

L’ancien de l’Académie les Estacades l’admet pourtant d’emblée: le coup qu’il a reçu sur la tête était assez banal, au premier jour du camp d’entraînement. Mais l’avertissement était suffisant pour mettre un terme à sa carrière. «Ce n’était vraiment pas un gros coup. Mais je me suis tout de suite senti commotionné après m’être fait accrocher. J’ai simplement décidé de quitter le camp. Je ne suis même pas passé par le protocole des commotions ou rien d’autre. Selon moi, j’aurais même réussi à passer les protocoles pour revenir au jeu», raconte Loiselle. «Il y a beaucoup de joueurs qui s’accrochent après avoir subi des commotions. Je ne voulais pas faire ça. J’ai pris ce coup à la tête comme un sérieux avertissement. Je me dis que si je me suis senti aussi ébranlé après un tout petit coup, ça ne valait pas la peine de continuer et prendre la chance de recevoir un vrai gros coup.»

Décision réfléchie

Si l’observateur moyen peut penser que le produit des Seahawks du Collège Wagner dans la NCAA a pris une décision précipitée, le principal intéressé assure que ce n’est pas du tout le cas. «Ça fait longtemps que je me dis que si je ressens les moindres effets d’une commotion, je vais arrêter. Le football a toujours été juste un jeu pour moi. C’est certain que j’aurais rêvé de jouer dans la NFL, mais dès que cette possibilité a été éliminée, le football c’était un passe-temps pour moi. Ce n’était pas mon plan d’en faire une carrière», indique celui qui possède un baccalauréat en finances et qui complète présentement son cours pour devenir un analyste financier.

«Après avoir quitté le camp des Argonauts, j’ai parlé à mon agent et on a avisé l’équipe que je prenais ma retraite, que c’était terminé pour moi le football. L’équipe m’a très bien supporté dans ma décision. Ils n’ont pas mis de pression pour me forcer à rester au camp.»

D’ailleurs, n’allez pas croire que Loiselle gardera un goût amer du football. Loin de là. «Le football a été un jeu qui m’a permis d’ouvrir beaucoup de portes. C’était un instrument pour vivre mes rêves. Mais là, c’est le temps de laisser ça aller», indique celui qui n’écarte pas la possibilité de s’impliquer auprès des jeunes joueurs de la région, question de transmettre sa passion pour le ballon ovale.

«Ce n’est jamais facile de lâcher un sport que tu pratiques depuis aussi longtemps. C’est certain que ça me fait un pincement au coeur, mais je suis convaincu que je prends la bonne décision.»