La Trifluvienne Marie-Ève Nault, qui a pris sa retraite de joueuse internationale à l’hiver 2017, sera l’une des analystes de la Coupe du monde féminine de la FIFA, à RDS.

Marie-Ève Nault, de joueuse à analyste

TROIS-RIVIÈRES — De l’avis de Marie-Ève Nault, l’équipe de soccer féminin qui représentera le Canada, à compter de lundi en France, sera la meilleure jamais assemblée au pays.

Ce n’est plus la joueuse qui parle, mais bien l’analyste, dont on verra les interventions pendant les matchs de la Coupe du monde tout au long de l’été, sur les ondes de RDS.

Retraitée depuis février 2017, l’ex-défenseure latérale de la sélection nationale prévoit qu’elle vivra des émotions partagées lorsque nos représentantes fouleront le terrain du stade de Montpellier, à 15 h lundi face au Cameroun. Nault a endossé l’uniforme du Canada à la Coupe du monde de 2011 (Allemagne) ainsi qu’en 2015, quand son pays a accueilli la prestigieuse compétition. Elle a aussi mérité deux fois la médaille de bronze au tournoi olympique de soccer féminin: en 2012 à Londres comme l’une des joueuses régulières de même qu’à Rio, en 2016, en tant que réserviste.

Elle aura joué, au total, 70 matchs internationaux avec l’unifolié.

«J’aurai probablement un mélange de nostalgie et d’excitation», sourit la directrice du Centre régional d’entraînement et d’événements de la Mauricie. «Je sais qu’au moment du premier match, je serai aussi fébrile que si j’étais avec elles sur le terrain. Je regarde les capsules vidéos des filles sur les réseaux sociaux et je me dis que j’aimerais encore y être! Le soccer féminin est plus populaire que jamais au Canada et ça me réjouit. Par contre, je n’ai aucun regret.»

À 37 ans, Marie-Ève Nault figurerait parmi les doyennes de l’équipe canadienne si elle y était toujours. En fait, on compte quatre joueuses qui étaient présentes lors de sa première Coupe du monde il y a huit ans, la plus connue étant Christine Sinclair. «Ça change pas mal en huit ans! Malgré la distance, je suis toujours en contact avec les joueuses qui ont fait partie des grands tournois durant la décennie.»

Certaines d’entre elles, à l’instar de la Trifluvienne, ont pris leur retraite. «Pendant que je serai à RDS, il y en a qui commenteront les matchs à TSN», fait-elle remarquer.

Sinclair, la meilleure de toutes

Christine Sinclair est, sans contredit, l’une des plus grandes ambassadrices du monde sportif au Canada, toutes disciplines confondues. Avec 181 buts en 281 sélections pour le Canada, l’athlète qui fêtera ses 36 ans durant la Coupe du monde pourrait, avec un bon tournoi, égaler ou surpasser l’Américaine Abby Wambach (184 buts) au premier rang des meilleures buteuses pour une joueuse d’une équipe nationale. Il ne lui manque qu’une médaille en Coupe du monde pour ajouter à sa collection d’honneurs collectifs et individuels déjà bien garnie.

«Pour moi, elle est encore la meilleure joueuse de soccer au monde, déclare Marie-Ève Nault. Si elle pouvait battre la marque de Wambach, une Américaine en plus, ce serait génial!»

En plus de son talent, Sinclair est une meneuse au sein de l’équipe nationale. «Elle a toujours su dire les bons mots quand la situation l’exigeait. Quand on a perdu en quarts de finale face à l’Angleterre en 2015, dans notre Coupe du monde au Canada, elle nous a rassemblées au centre du terrain. Tout le monde pleurait. Elle a demandé aux filles de s’imprégner du moment, même s’il était vraiment désagréable, afin qu’on ne le revive plus comme groupe. Un an plus tard, on gagnait la médaille de bronze aux Olympiques de Rio!»

Sinclair avait aussi posé un geste fort significatif, lors du dernier match international de Nault, en lui confiant le brassard de capitaine.

Vers la demi-finale

Dans le Groupe D, le Canada en découdra avec le Cameroun, la Nouvelle-Zélande et les Pays-Bas, championnes de l’Euro 2017. «Selon moi, l’équipe canadienne a ce qu’il faut pour atteindre la demi-finale», prédit Marie-Ève Nault, qui place également les États-Unis, la France et l’Allemagne parmi les favorites.

À compter du 25 juin, elle sera en France pour ses vacances. Bien sûr, elle profitera de l’occasion pour aller voir des matchs à Paris, Lyon et Nice. Tout ça en espérant y voir ses filles du Canada!