Mike Yeo a payé pour les déboires des Blues, avant-derniers dans la LNH.

Mardi noir pour les entraîneurs-chefs

ST. LOUIS — Après une campagne où aucun entraîneur-chef n’a été congédié pendant la saison régulière, une première depuis 1966-1967, la confrérie des coachs n’est pas épargné cette année. Mardi, Mike Yeo (Blues) et Todd McLellan (Oilers) sont devenus les troisième et quatrième entraîneurs-chefs à se faire montrer la porte.

Le congédiement de Yeo est survenu dans la nuit de lundi à mardi après une défaite de 2-0 des Blues de St. Louis contre les Kings de Los Angeles. Craig Berube assumera l’intérim pendant que le dg Doug Armstrong s’attelle à dresser une liste de candidats pour le poste permanent.

Les Blues ont l’intention de ratisser large dans leur recherche d’un nouvel entraîneur-chef. «Il y aura des entraîneurs expérimentés sur cette liste», a révélé Armstrong, mardi. «Il y aura aussi des entraîneurs européens. De même que des entraîneurs universitaires. Des entraîneurs d’équipes juniors. Nous n’allons pas nous limiter dans notre recherche.»

Armstrong n’a pas non plus exclu l’ancien entraîneur des Blues, Joel Quenneville, récemment congédié par Chicago. John Stevens (Los Angeles) est l’autre entraîneur-chef qui a perdu son poste cette saison.

Larry Robinson en renfort

Un entraîneur permanent sera-t-il embauché dès cette saison à St. Louis? «C’est possible, mais j’en doute», a dit Armstrong. Larry Robinson, ancien défenseur étoile du Canadien, assistera Berube pendant trois semaines à un mois en raison de l’inexpérience des adjoints en poste. Âgé de 67 ans, il a remporté la coupe Stanley alors qu’il était l’entraîneur des Devils du New Jersey. «Je pense que la présence de Larry permettra à Craig d’avoir une personne à qui parler et qui est passé par là, et c’est bon pour lui», a expliqué Armstrong.

Armstrong a congédié Yeo environ deux heures après une troisième défaite par jeu blanc en quatre matchs. C’était aussi une quatrième défaite en cinq matchs. La séquence de l’équipe sans marquer un seul but est maintenant de plus de sept périodes. Avec un dossier de 7-9-3, les Blues occupent le dernier rang de la division Centrale. Leurs 17 points les classent avant-derniers dans la LNH, devant seulement les Kings.

Les Blues ont raté les séries par un point la saison dernière et ils ont entrepris cette saison avec l’espoir d’être dans la course aux séries. Ils ont acquis le centre Ryan O’Reilly lors d’un échange avec les Sabres de Buffalo. Armstrong a également recruté les attaquants Tyler Bozak, Patrick Maroon et David Perron.

Revoilà Hitchcock

Quant aux Oilers, ils ont fait appel à Ken Hitchcock pour remplacer McLellan. Âgé de 66 ans, il avait annoncé sa retraite en avril après une carrière de 22 ans comme entraîneur, ponctuée d’une conquête de la Coupe Stanley avec les Stars de Dallas en 1999.

Edmonton (9-10-1) occupait le sixième rang de la division Pacifique avant le match de mardi contre les Sharks à San Jose. McLellan en était à sa quatrième saison derrière le banc des Oilers. L’équipe a raté les séries deux fois à ses trois dernières saisons malgré la présence de la super-vedette Connor McDavid dans ses rangs.

«C’est difficile d’identifier exactement ce dont nous avons besoin, mais nous sommes tous à blâmer», a indiqué McDavid.

Même si le couperet est tombé sur McLellan, on ne peut effectivement lui attribuer tout le blâme. Ainsi, le dg Peter Chiarelli n’a pas réussi à bien entourer un solide jeune noyau. Parmi ses erreurs, citons l’échange de l’ailier Taylor Hall aux Devils du New Jersey en retour du défenseur Adam Larsson en juin 2016 et l’embauche de l’attaquant autonome Milan Lucic avec un contrat de sept ans d’une valeur de 42 milions $ quelques jours plus tard.

Hall a remporté le trophée Hart remis au joueur par excellence de la ligue la saison dernière, alors que Lucic a marqué seulement deux buts à ses 66 derniers matchs.