On reconnaît à l’avant les jeunes boursiers Coralie Laporte, Barbara Désilets, Loïc Guillemette et Guillaume Vincent. Ils sont entourés de Pierre Desaulniers, maire de Saint-Boniface, de Marcel Jobin, ainsi que de Dany Milette, propriétaire du magasin Go Sport Shawinigan.

Marcel Jobin appuie la jeunesse sportive

Trois-Rivières — Compétiteur toujours très actif du haut de ses 77 ans, Marcel Jobin cultive un amour sans borne pour le sport. L’olympien fait depuis des années la promotion de l’activité physique et des saines habitudes, notamment avec le demi-marathon de Saint-Boniface qui porte son nom. Marcel Jobin va maintenant encore plus loin, en créant l’Académie sportive Marcel-Jobin, un organisme qui a remis jeudi des bourses à quatre jeunes athlètes de Saint-Boniface.

«On voulait remettre deux bourses, mais quand on a vu la qualité des dossiers déposés, on a décidé d’en donner quatre», mentionne Marcel Jobin, en précisant que l’intention est de remettre des bourses annuellement. «Nous voulions une organisation pour aider les jeunes à se développer dans le sport, pour leur permettre d’atteindre leurs objectifs.»

L’Académie sportive Marcel-Jobin a donc remis des bourses de 200 $ chacune à quatre athlètes âgés de 13 à 15 ans. Les boursiers ont également reçu une paire de chaussures, gracieuseté de la boutique Go Sport Shawinigan, une inscription au demi-marathon Marcel Jobin ainsi qu’un sac de cadeaux. Le président et directeur général de l’organisation, Michel Parent, soutient pour sa part que le choix des boursiers s’est appuyé sur les performances des jeunes athlètes, mais aussi sur leurs valeurs sportives. «Si on veut que les enfants restent dans le bon chemin, il faut les encourager à faire du sport», croit Marcel Jobin.

Les premiers boursiers de l’Académie sportive Marcel-Jobin sont Barbara Désilets, une nageuse de 15 ans, Loïc Guillemette, un joueur de baseball de 13 ans, Coralie Laporte, une joueuse de basketball et de flag-football de 13 ans, de même que Guillaume Vincent, un pratiquant du taekwondo de 13 ans.

Barbara Désilets passe chaque semaine de très longues heures à la piscine. L’étudiante au programme sport-études réussit bien à maintenir un excellent rendement académique, malgré ses nombreux entraînements avec le Club de natation Megophias. Elle a remporté une médaille d’or au championnat provincial AA été de Saint-Hyacinthe et a participé aux Jeux du Québec de Thetford Mines.

«C’est très agréable recevoir cette bourse, surtout que les équipements de natation sont assez chers. Un maillot de compétition commence à environ 150 $ et peut monter jusqu’à 600 $. Je vais sûrement utiliser cette bourse pour un maillot ou bien l’inscription à une prochaine compétition ou à un camp d’entraînement», affirme la nageuse de 15 ans. «Ces bourses sont excellentes pour Saint-Boniface. On se rend compte qu’il y a quand même de bons athlètes qui viennent de Saint-Boniface.»

Loïc Guillemette est tombé amoureux du baseball à l’âge de 3 ans. Le jeune joueur gaucher se démarque notamment au monticule. Lors du dernier gala des Aigles Mauricie AAA, Loïc Guillemette a été nommé joueur de l’année toutes catégories, joueur de l’année pee-wee et joueur défensif de l’année pee-wee des Aigles noirs.

«C’est vraiment l’fun d’être dans les premiers boursiers», avoue l’adolescent. «Je vais sûrement m’acheter des souliers à crampons avec cette bourse.»

De son côté, Coralie Laporte est une passionnée du basketball. Celle qui pratique aussi le flag-football à l’école secondaire Chavigny est décrite comme une fille dynamique ayant un grand leadership. D’ailleurs, lorsqu’elle a vu qu’il n’y avait pas d’équipe de basketball féminin pour les benjamines, elle a entrepris des démarches auprès de la direction pour recruter des joueuses et former une équipe. Lors du gala méritas de son école l’an dernier, Coralie Laporte a reçu les titres de joueuse la plus utile dans ses deux sports ainsi que meilleure espoir sportif féminin.

«Je me sens chanceuse et choyée de recevoir cette bourse», avoue l’adolescente de 13 ans. «J’aime beaucoup bouger. Je dois bouger, parce que sinon, je vais exploser. Et ça me passionne de pratiquer mes sports avec les autres filles.»

Pratiquant le taekwondo depuis qu’il a trois ans et nouvellement ceinture noire, Guillaume Vincent a déjà pris part à plusieurs compétitions de haut niveau. Il s’est même rendu en septembre dernier en Australie pour une compétition internationale où il a pris le 5e rang. Cette bourse de l’Académie sportive Marcel-Jobin va l’aider à défrayer les frais d’inscription aux compétitions.

«La prochaine compétition internationale où je vais me rendre est en Slovénie, en 2020. Ça entraîne des coûts importants», soutient l’athlète du Club de taekwondo de Saint-Étienne-des-Grès.