Bien qu'il n'ait pu participer à la finale, Marc-André Bergeron a tout de même eu le privilège de soulever la coupe remise à l'équipe championne de la Ligue nationale A de Suisse lors de la conquête des Lions de Zurich.

Marc-André Bergeron est en Suisse pour y rester

Le bonheur, les Bergeron l'ont trouvé à Zurich. Marc-André et sa petite famille profitent actuellement de vacances au domicile de Trois-Rivières, quelques semaines après une première saison couronnée de succès avec les Lions, qui l'ont mis sous contrat pour trois ans l'été dernier.
Non seulement les Lions ont savouré le championnat, mais le petit défenseur offensif a été nommé défenseur par excellence de la Ligue nationale A. En séries, Bergeron a inscrit les buts décisifs lors du septième match des deux premières séries, avant de subir une blessure au genou qui l'a obligé à regarder la finale des gradins.
«J'ai reçu un coup de bâton vicieux à la fin du match de la demi-finale, je n'étais plus en mesure de jouer par la suite. Ça me faisait mal au coeur de ne pouvoir aider mes coéquipiers, j'ose à peine m'imaginer comment je me serais senti si on avait perdu la finale. Heureusement, les gars ont gagné. C'est mon premier championnat en carrière!»
Sous les ordres de Marc Crawford, Bergeron a retrouvé le plaisir de se rendre à l'aréna. Utilisé à toutes les sauces, il dit avoir connu l'un de ses bonnes saisons en carrière. «J'étais aussi utilisé qu'à l'époque avec les Cataractes. Première paire de défenseurs, avantage numérique, désavantage numérique, fin de match, bref j'étais très impliqué. Comme athlète, on ne peut pas demander mieux.»
La famille a aussi adoré ce premier séjour de longue durée en Europe. «On a skié dans les Alpes, on a visité Paris, Rome, Milan, le Portugal. Comme qualité de vie, c'est dur de trouver mieux et c'est très enrichissant pour nos enfants. Avec le recul, je suis très, très content d'avoir pris cette décision.»
Au point où Bergeron va passer son tour si un club de la LNH lui faisait de l'oeil cet été. «Impossible que je retourne dans la LNH. Je suis trop bien là où je suis. La stabilité, ça vaut beaucoup pour nous après toutes ces années dans la LNH. C'est une réalité de la LNH, ce n'est pas juste mon parcours à moi. À part les 4-5 meilleurs joueurs par équipe, les autres bougent beaucoup. À ce titre, on a fait notre part, on a trouvé un endroit où on se sent bien, où j'ai du plaisir sur et hors glace», souligne celui qui a amassé 33 points dont sept buts en 46 parties cette saison, en plus de maintenir un différentiel de +27.
L'attention de l'actionnaire des Aigles Can-Am se tourne maintenant vers sa deuxième passion, la course automobile. Bergeron va graduer en Super Touring cet été et sa première épreuve avec Nassif Performance est prévue dans trois semaines à Mosport. «Mon équipe a beaucoup travaillé sur l'auto durant les dernières semaines, c'est excitant. Je serai de tous les grands rendez-vous, notamment le Grand Prix de Trois-Rivières. J'ai beaucoup de plaisir là-dedans», conclut-il.