Steve Turcotte
Tristan Luneau sera un patineur très convoité au prochain repêchage de la LHJMQ.
Tristan Luneau sera un patineur très convoité au prochain repêchage de la LHJMQ.

Luneau avec les Cataractes?

CHRONIQUE / Le défenseur vedette qui manque cruellement à la brigade défensive des Cataractes évolue-t-il en ce moment avec les Estacades midget AAA?

Alors que février est à nos portes, l’équipe de Daniel Renaud est installée au 14e rang du classement général, le dernier échelon donnant accès à la loterie pour le premier choix au prochain repêchage.

Or, tout indique que le meilleur espoir disponible de cette cuvée est justement Tristan Luneau, le capitaine des Estacades. Un genre de Samuel Girard, avec un gabarit plus avantageux, Luneau fait saliver les dépisteurs depuis un bon bout de temps déjà, lui qui évoluait dans le midget AAA à 14 ans.

Son avenir demeure nébuleux. Luneau a une entente verbale avec une université américaine, si jamais il choisit la NCAA pour poursuivre son développement. Il n’a pas encore tourné le dos au hockey junior pour autant, l’adolescent a dit qu’il allait prendre une décision sur sa prochaine destination au terme de la saison 2019-20. Son choix risque d’être orienté par l’équipe qui va le réclamer en juin prochain. Dans la NCAA, il a choisi son université. Cette option lui permet d’être plus sélectif, disons, sur sa destination LHJMQ.

À Shawinigan, si jamais les Cataractes avaient la chance de mettre la main dessus, il serait étonnant qu’ils passent par-dessus. Shawinigan n’est pas très loin de la résidence familiale dans les Bois-Francs, l’équipe doit amorcer les deux plus belles années de son cycle l’an prochain et la franchise est solide au point de vue organisationnel. En clair, les Cataractes seraient très confiants de le persuader de choisir la Mauricie plutôt que le Wisconsin!

Mais bon, ce scénario est loin d’être celui planifié. Martin Mondou et Daniel Renaud ont toujours aimé faire des comparaisons avec le cycle précédent, celui du groupe à Anthony Beauvillier. C’était commode pour les deux précédentes campagnes. Ce l’est moins pour cette année, puisque Beauvillier et sa bande avaient terminé au cinquième rang du classement général lors de leur troisième saison!

Ça commence d’ailleurs à s’impatienter dans les gradins du Centre Gervais Auto. Si les Mavrik Bourque, Antoine Coulombe, Vasily Ponomarev et Xavier Bourgault montrent tous un potentiel certain, collectivement l’équipe progresse peu. Plus le jeu se referme, plus c’est compliqué pour cette équipe bâtie sur du talent pur, qui n’a pas encore la maturité pour exploiter pleinement tous ses dons.

Les dernières semaines ont donc été bien difficiles. L’arrivée du vétéran de 20 ans Maxim Trépanier avait suscité beaucoup d’espoir à l’interne. Daniel Renaud avait même déclaré croire au carré d’as dès ce printemps! Depuis, son équipe montre une fiche de trois gains contre 11 revers! À noter, une seule victoire en temps réglementaire durant ce segment.

Et au-delà des résultats, c’est trop rare depuis le temps des Fêtes que les Cataractes puissent se vanter d’avoir été l’équipe la plus travaillante en sortant de l’aréna.

Convaincu que ça doit agacer Mondou. Et ça doit commencer aussi à stresser Renaud, qui écoule actuellement les derniers mois de son entente contractuelle.

Le jeune pilote des Cataractes cherche des solutions, c’est évident. Personne ne travaille plus fort que lui dans la ligue. Premier arrivé à l’aréna, dernier sorti. La confrérie des entraîneurs plaiderait de plus qu’il n’a dirigé qu’un seul match avec un trio de vétérans de 20 ans. C’est vrai. Ça peut expliquer que les Cataractes ne soient pas en mesure de battre les Saguenéens, ou encore les quatre-cinq meilleurs clubs du plateau. Mais derrière eux, il y a bien des clubs qui ne disposent pas du talent réuni dans le vestiaire shawiniganais. Regardez les alignements de l’Armada, des Voltigeurs, du Drakkar. Renaud n’échangerait pas son équipe pour une de celles-là. Pourtant, ces formations sont au-dessus, au classement.

À ce stade-ci de la saison, il n’y a plus d’agents libres qui peuvent débarquer, ou de possibilités de boucler une transaction. Si le train ne se remet pas sur les rails, c’est à l’interne qu’il pourrait y avoir des changements.

La séquence qui s’en vient est loin d’être évidente. Il y a d’abord trois matchs en autant de soirs dans les Maritimes, dont à Charlottetown et Moncton, deux clubs coriaces. Puis, au retour à domicile la semaine prochaine, Chicoutimi, Rimouski et Moncton vont s’arrêter en Mauricie. Allo l’adversité! Renaud devra néanmoins trouver une façon de relancer son club à travers ça. Il a martelé en point de presse dimanche être convaincu que son équipe bénéficierait de l’avantage de la glace lors de la première ronde des séries. Les Cataractes accusent présentement huit points de retard sur les Huskies qui détiennent le quatrième et dernier échelon de la conférence offrant ce privilège, avec deux matchs en main sur eux. Huit points en 23 matchs, c’est faisable, mais il va commencer à être temps d’aligner des victoires pour se donner une chance. Si, au terme de cette séquence de six matchs, les Cataractes sont plus près d’avoir une chance de réclamer Luneau que de l’avantage de la glace pour la première ronde des séries, Mondou finira peut-être par perdre patience avec son groupe d’entraîneurs.