Mathieu Loiselle fut le dernier joueur sélectionné en septième ronde de cet encan amateur, qui en comptait huit.

Loiselle gagne son pari

TROIS-RIVIÈRES – Le secondeur de Trois-Rivières Mathieu Loiselle a été réclamé par les Argonauts de Toronto au 60e rang du repêchage de la Ligue canadienne de football, tard jeudi.

Il ne restait que dix choix à être dévoilés quand les Torontois ont jeté leur dévolu sur Loiselle en septième ronde.

Entouré de ses proches au domicile familial, le principal intéressé a sauté de joie quand il a vu apparaître son nom sur le téléviseur, alors que le site web de la LCF retransmettait les choix des neuf équipes en direct.

L’athlète de 24 ans fut le dernier joueur sélectionné en septième ronde de cet encan amateur, qui en comptait huit. Au total, 69 espoirs originaires du Canada ont été recrutés.

«Je capote encore!», s’est exclamé Mathieu Loiselle, quand Le Nouvelliste a réussi à le contacter, au début de la nuit, vendredi.

Il y a quelques jours, il avait passé des tests médicaux chez les Tiger Cats de Hamilton. S’il a pu s’entretenir avec des recruteurs de tous les clubs du circuit, ce sont les Tiger Cats qui avaient démontré le plus d’intérêt envers lui.

«Je suis surpris d’atterrir à Toronto, mais vraiment heureux! C’est une des équipes où j’espérais aller. Ils ont une tradition de gagnants. J’ai mis tellement d’efforts pour en arriver là! C’est une grande journée.»

Le Trifluvien s’enrôlera donc pour les champions de la Coupe Grey, qui sont dirigés par un duo que les amateurs de football du Québec connaissent bien, en Marc Trestman (entraîneur-chef) et Jim Popp (directeur général).

Même s’il évolue à la défensive – il risque d’être utilisé sur les unités spéciales à ses débuts -, Loiselle côtoiera également Anthony Calvillo, qui a accepté l’offre de Popp de déménager dans la Ville reine.

«Ces gars savent comment gagner, c’est très motivant pour moi. Mais je l’avoue, j’ai eu peur!»

C’est autour du 50e choix que Loiselle a commencé à douter. Des centaines de joueurs du Canada sont sur le radar des équipes de la LCF, il y a donc peu d’élus et plusieurs jeunes hommes déçus chaque année.

Le secondeur avait toutefois été invité au camp national du circuit, sans devoir passer par les camps régionaux. Une élongation à un muscle de l’ischio-jambier l’a privé d’une participation au camp, à Winnipeg. Encore aujourd’hui, il se remet de cette blessure.

«J’ai eu peur que ma blessure décourage toutes les équipes. Mais là, je suis soulagé! Je vais rater une partie du camp des Argos, sauf que je me rapporterai à l’équipe dès le premier jour. On ne sautera pas d’étapes, je veux être en pleine forme.»

Le parcours de Mathieu Loiselle en est un atypique. En 2011 à 17 ans, l’adolescent qui jouait pour les Estacades a quitté la région afin de s’exiler au Vermont.

Après avoir cumulé de bonnes statistiques, il a accepté de poursuivre sa carrière et ses études au Collège Wagner, à New York. Loiselle y a disputé cinq saisons, la dernière à titre de capitaine de la défensive.

Au final, le pari du pays de l’Oncle Sam aura été payant pour le Trifluvien.

Reste maintenant à voir s’il sera en mesure de rayonner dans la Ligue canadienne de football, où on compte déjà quelques représentants de la Mauricie en Jean-Christophe Beaulieu, Louis-Philippe Bourassa et Keith Sanscartier. Ce dernier tente de mériter sa place chez le Rouge et Noir. Il rejoindrait ainsi les deux autres.