Le capitaine des Canucks de Vancouver, Bo Horvat, a dit que la mentalité du passé ne convient plus.
Le capitaine des Canucks de Vancouver, Bo Horvat, a dit que la mentalité du passé ne convient plus.

LNH: les joueurs savent qu’ils ne doivent pas négliger quoi que ce soit

Dave Tippett a souvent dissimulé des blessures, à l’époque où il jouait.

Un os fissuré ? Ça va. Une épaule endolorie ? Aucun problème.

Il est bien connu que les joueurs de la LNH luttent contre des maux, des douleurs et même la maladie. De façon quasi assurée, la grippe frappe quelques vestiaires chaque saison.

Les joueurs tentent souvent d’éviter d’être à l’écart, surtout lorsque les matchs comptent le plus.

À l’ère de la COVID-19, cependant, la donne a changé.

Joueurs et entraîneurs savent que s’ils sentent le moindrement que ça ne va pas si bien, ça doit être signalé tout de suite. Les symptômes associés au coronavirus sont nombreux, des frissons aux maux de tête, en passant par de la fatigue et de la faiblesse.

«Peu importe si vous êtes coriace ou non, a dit Tippett, maintenant l’entraîneur des Oilers d’Edmonton. Il y a eu plusieurs fois où j’ai caché un doigt cassé ou quelque chose comme ça aux médecins. Je ne voulais pas qu’ils sachent, parce que je voulais continuer de jouer.»

«Mais quand vous tombez malade, vous allez devoir le dire. C’est la nouvelle réalité.»

Les camps de la LNH ont commencé cette semaine. Ne se trouvant pas en quarantaine, les joueurs et le personnel sont testés toutes les 48 heures. Ça deviendra aux 24 heures à Toronto et à Edmonton, dans les bulles de la relance. Les clubs y seront isolés du grand public.

Le capitaine des Canucks de Vancouver, Bo Horvat, a dit que la mentalité du passé ne convient plus.

«Vous voulez participer à chaque match, vous voulez aider vos coéquipiers, a-t-il confié. Avant on jouait en dépit d’être indisposé, d’un rhume, de blessures, des trucs comme ça.»

Là, il faut prendre du recul et réfléchir un peu. Ce virus est différent. Vous devez non seulement faire attention à vous-même et à ce que vous ressentez, mais aussi aux gens qui vous entourent.

Ce ne sont pas juste vos coéquipiers. C’est le personnel médical, les entraîneurs, tout le monde autour de vous chaque jour, vos adversaires, même. Vous devez penser à tout le monde. Vous devez être très prudent. »

Trente joueurs ont été déclarés positifs lors d’entraînements volontaires aux complexes des équipes, entre le 8 juin et le 12 juillet.

Il y a eu 13 résultats positifs en dehors du protocole de la ligue, et 10 autres joueurs ont été déclarés positifs au printemps.

Les individus et les clubs ne seront pas nommés dans le futur, en ce qui concerne les tests positifs.

«Les gars comprennent que s’ils ne sont pas honnêtes avec les symptômes ou ce qu’ils peuvent ressentir, ils mettent leur équipe entière en danger», a déclaré Mathieu Schneider, assistant spécial du directeur exécutif de la NHLPA, Don Fehr.

«Ils auront le lourd fardeau de s’assurer de prendre soin d’eux et de leurs coéquipiers-en allant à la patinoire, en rentrant à la maison, à l’épicerie, au niveau de la distance sociale, de porter un masque et de se laver les mains. Toutes les choses que nous pratiquons tous chaque jour, maintenant.»