Privés de leurs entraîneurs, suspendus à la suite des événements du match contre les Marquis de Jonquière, les Draveurs ont fait appel à Norman Flynn pour diriger la circulation derrière le banc de l'équipe vendredi soir au Colisée de Trois-Rivières.

LNAH: aventure d'un soir pour Norman Flynn

Avec la suspension de tous leurs entraîneurs pour le match de vendredi soir, les Draveurs de Trois-Rivières ont fait appel à une figure bien connue du monde sportif québécois pour diriger l'équipe. Norman Flynn a renoué avec le métier d'entraîneur, le temps d'une soirée.
Mis à part un bref passage dans le midget espoir en 2013, Flynn, qui analyse le hockey au Réseau des sports, n'avait pas été derrière le banc d'une équipe depuis 2004, quand il dirigeait les Dragons de Verdun de la LNAH. C'est par l'entremise de son collègue à RDS Michel Lacroix que Flynn a reçu l'invitation. Lacroix est un bon ami du propriétaire des Draveurs, Étienne Boileau.
«Quand il m'a appelé, il m'a demandé si j'avais toujours la piqûre du hockey. Je ne pouvais pas dire non. Ce sera une première expérience pour moi depuis longtemps, mais je sais qu'il y a de très bons joueurs», lance Flynn, qui avait perdu le circuit de vue après l'avoir quitté en 2004.
Le hockey a bien changé depuis que Flynn était à la barre des Dragons. Le nombre de combats a drastiquement chuté dans la LNAH, mais aussi dans le monde du hockey en général. Une bonne chose, selon lui, ce qui fait ainsi écho aux propos du commissaire Richard Martel cette semaine.
«On peut faire du bon hockey sans qu'il n'y ait de bataille. On ne peut pas toutes les empêcher et personne ne va brailler s'il y a un combat, mais il ne faut pas que ce soit arrangé. Ce ne sont pas les combats qui doivent être l'événement, mais le match. Je pense que ce temps est révolu. On le voit dans la LNH, où les combats ont pratiquement été éliminés. Oui, ça attirait beaucoup de gens dans les arénas (de la LNAH), mais ceux qui aimaient ce spectacle doivent se trouver un nouveau passe-temps comme les arts martiaux mixtes. Le match de hockey doit rester l'événement.»
Là où le discours de Flynn diffère de celui de Martel, c'est à propos des chances de voir la LNAH percer le marché des médias de Montréal. Même si le circuit enrayait les débordements et offrait un haut calibre de jeu, Montréal restera Montréal.
«Le hockey du Canadien prend toute la place. Je décris les matchs des Sénateurs, c'est la même ligue que le Canadien et ce n'est pas le même engouement. Le Canadien tire toute l'attention. On voit que plusieurs équipes juniors en souffrent. La LNAH est du bon hockey de région, auquel les gens s'identifient et ça crée un produit qui est intéressant.»
Une victoire convaincante
On ne parlera pas d'un effet Norman Flynn, mais les Draveurs ont disputé un excellent match présaison vendredi soir face à l'Assurancia de Thetford Mines. Une victoire de 8-2 lors de laquelle le nouveau venu Francis Desrosiers a rapidement fait comprendre aux amateurs qu'ils allaient l'aimer cette saison.
«Desrosiers apporte de la rapidité, de l'énergie et crée de l'espace pour ses coéquipiers. Ce n'est pas pour rien que nous sommes allés le chercher au repêchage de dissolution de Laval. Je l'avais dirigé l'an dernier», a rappelé le vrai entraîneur-chef des Draveurs, Alain Côté.
Jonathan Bellemare a aussi obtenu trois points dans la victoire, alors que Nicolas Corbeil et Jérémy Vigneault-Bélanger ont marqué deux buts.