Martin Lamarche, Hélène Gervais et Sean Cannon ont bien hâte d'accueillir certains des meilleurs athlètes de leur sport.

L'international s'amène sur la rivière Saint-Maurice

La crème du canoë-kayak de vitesse au pays s'attaquera à la rivière Saint-Maurice en juillet dans le cadre de la Coupe Canada 2, qui aura lieu les 8 et 9 juillet à Shawinigan. Pour cette deuxième édition, un volet international s'ajoutera à l'événement, alors que certains des meilleurs athlètes de la planète tenteront de s'illustrer.
C'est l'hiver dernier que l'événement mené par le Club de canotage de Shawinigan a appris qu'il allait accueillir une compétition Canamex, qui regroupe le Canada, les États-Unis et le Mexique. Une équipe de l'Australie se joindra aussi à la fête, si bien que plusieurs olympiens devraient s'attaquer aux 10 couloirs de course qu'on retrouve en amont du barrage de Shawinigan. Un leg des Jeux du Québec de 2012 qui aura donc fait des petits.
«Ils nous ont demandé si nous serions prêts à la tenir. On a dit qu'on était toujours prêts comme un scout! Sans ce parcours, on ne pourrait pas organiser ces compétitions. Il est de calibre international», explique Hélène Gervais, pas peu fière de ce que Shawinigan peut offrir aux compétiteurs de la planète.
Il ne faut pas chercher bien loin pour trouver quelques grands noms parmi les 400 participants qui prendront part à 150 courses. La multiple championne du monde Laurence Vincent-Lapointe y sera, tout comme l'olympienne Andréanne Langlois, qui s'entraîne au club de Trois-Rivières.
C'est donc dire qu'après une seule année à tenir une régate de calibre national, Shawinigan a déjà fait sa marque. Pourtant, la première édition avait été des plus difficiles au niveau de la météo. Avec un mercure à peine supérieur à 10 degrés Celsius et la pluie qui n'a jamais cessé, les conditions avaient été difficiles pour les compétiteurs, qui ont dû faire face à d'importantes vagues. Peu importe, l'ambiance, et le fait que le site de compétition est situé en pleine ville, a séduit les décideurs de Canoë-kayak Canada.
«Pour les athlètes de haut niveau, ils sont habitués à de la vague quand ils vont en Europe, mais moi, depuis que j'entraîne, je n'avais jamais vu ça (comme en 2016). Nous avons un côté latin, les Québécois, donc nous y avons mis de la couleur. Il y aura un disc-jockey comme l'an dernier. Les athlètes dansaient 
dans le stationnement. Plusieurs entraîneurs nous en ont reparlé. On sent donc de la pression de mettre le paquet!»
Visiblement, la tenue de cet événement a fait l'unanimité chez Canoë-kayak Canada. Le représentant de la portion sprint sur le conseil d'administration de l'organisme, le Mauricien Sean Cannon, n'avait que de bons mots pour le travail effectué par le Club de canotage de Shawinigan.
«Dans les discussions que nous avons eues, on a vu que les gens ont vraiment apprécié. Les gens connaissaient la Classique de canots de la Mauricie, mais ils n'avaient pas réalisé à quel point le canoë est imprégné dans la région. Quand ils ont vu le monument aux canotiers, ils ont compris l'historique et que c'est très important. Ça fait en sorte que les comités organisateurs se doivent de prendre ça au sérieux, mais aussi que les gens veulent revenir. C'est le parcours parfait ici. Il y en a peut-être cinq de la sorte au Canada.»
En plus des athlètes des équipes seniors, plusieurs niveaux de compétition seront à l'oeuvre lors de cette fin de semaine. C'est le cas des athlètes qui participeront au Championnat du monde junior et des moins de 23 ans qui auront lieu à la fin du mois de juillet en Roumanie.
L'événement servira aussi de préparation pour les kayakistes et canoéistes qui seront des Jeux du Canada, à Winnipeg, au même moment. Le comité organisateur a aussi obtenu la permission de tenir des épreuves chez les moins de 16 ans, ce qui permettra aux plus jeunes de se faire les dents dans une première compétition internationale. Des épreuves pour athlètes paralympiques sont aussi au menu, ainsi que des courses de canot de guerre.