Laurence Vincent-Lapointe

L'indétrônable Laurence Vincent-Lapointe

Trois-Rivières — Qui stoppera Laurence Vincent-Lapointe?

Samedi au Portugal, la Trifluvienne a raflé l’or en canot sur 200m au championnat du monde. C’était la sixième fois depuis le début de sa carrière qu’elle dominait la planète entière sur cette distance, et la 11e fois toutes distances confondues.

Vincent-Lapointe a franchi le parcours en 45.567 secondes, devançant la Russe Olesia Romasenko par .675 secondes. La Polonaise Dorota Borowska a mis la main sur la médaille de bronze tout comme la Bélarusse Alena Nazdrova, toutes deux à 1,245 seconde de la gagnante.

«Les conditions n’étaient pas propices à un record du monde, alors ça m’aurait surprise que j’en fasse un. Je suis très satisfaite! Je pensais que j’avais fait un bon départ, mais je n’avais pas réalisé avant que les gens me disent qu’il était phénoménal. Ç’a l’air que je suis partie vraiment, vraiment vite. C’est super, parce que, quand tu réussis ton départ, la confiance est plus là dans le reste de la course. J’ai poussé jusqu’à la fin, la technique a pris le bord un moment donné, mais j’ai réussi à maintenir [le rythme] et survivre jusqu’au bout », a dit l’athlète de 26 ans à Sportcom, en avouant avoir eu à composer avec la nervosité. 

«En demi-finale ce matin, j’étais en confiance de battre mes adversaires, mais plus j’approchais de la finale, plus je savais que je compétitionnais contre les plus fortes. La pression a augmenté même si j’étais consciente que je pouvais les battre. Il a vraiment fallu que je me relaxe avec mes coéquipières et que j’écoute de la musique. Mon entraîneur est aussi toujours là pour me dire que je suis rapide et que ça va bien aller. C’est normal, tous les athlètes sont un peu anxieux avant une course. J’ai eu besoin de tout mon monde pour m’aider. J’ai fait un câlin à ma mère entre mes deux courses.»

Vincent-Lapointe sera de retour sur l’eau dimanche pour le C-2 500m avec sa coéquipière Katie Vincent (Mississauga), médaillée de bronze la veille au C-1 500 m et championne du monde des moins de 23 ans 2018 sur cette distance. En mai dernier, le duo a remporté deux médailles d’or sur le circuit de la Coupe du monde dans cette épreuve. Elle participera par ailleurs aux C1 5000m. 

«C’est 25 fois plus long que ce que je fais d’habitude ! Ce n’est pas une distance olympique, mais mon entraîneur voulait que je la fasse. Oui, je suis une sprinteuse, mais mon coup de rame est très long et très solide alors je suis capable de m’en sortir. Je devrais faire la course à moins que je sois complètement épuisée, je suis très orgueilleuse !»