Le Bellemare pourra-t-il répéter son exploit du printemps dernier et remporter les grands honneurs de la nouvelle ligue senior AAA du Québec?

Ligue de Hockey Senior AAA du Québec: qui détrônera le Bellemare de Louiseville?

Même si elle a changé de nom, la Ligue de hockey senior AAA du Québec devrait offrir un spectacle comme elle a eu l'habitude de le faire dans les dernières années alors qu'elle portait le nom de senior A mauricien. Le plus important changement du circuit cette saison est la disparition des territoires et l'avènement d'un repêchage universel, ce qui aura eu pour effet de modifier le visage de plusieurs concessions. Avec une cinquième équipe installée dans la région, la lutte s'annonce relevée pour cette 14e saison d'existence qui a été lancée vendredi soir.
Bellemare de Louiseville
La plus importante acquisition pour les champions en titre pourrait bien ne pas donner un seul coup de patin cette saison. Pour la première fois depuis plus d'une décennie, Dean Lygitsakos ne sera pas à la tête d'une équipe de la LNAH cette saison, et pourra ainsi se consacrer à 100 % à son rôle de directeur général du Bellemare. Le rusé administrateur pourra utiliser ses contacts pour aller chercher quelques pièces intéressantes au cours de la saison.
Il a d'ailleurs obtenu ce qui pourrait être une pièce maîtresse de son casse-tête à la ligne bleue en repêchant François Godin, qui évoluait dans la LNAH la saison dernière. S'ajoute à sa brigade Kevin Cloutier, un arrière robuste qui évoluait dans le junior AAA en 2016-2017.
«Notre slogan, c'est que nous sommes une institution de champions. On ne peut plus se permettre de viser autre chose que les championnats de saison et des séries. Mais nous sommes conscients que nous ne sommes pas seuls», analyse Lygitsakos.
Le Bellemare pourra compter sur le même noyau que la saison précédente avec le retour de Nelson Vargas Dias, meilleur joueur de l'équipe - peut-être même de la ligue - lors des six dernières années. Pour ajouter à la puissance offensive de l'équipe, Jonathan Castonguay, qui a évolué en troisième division française l'an dernier, est de retour au royaume de la galette.
BigFoot de Saint-Léonard-d'Aston
Les amateurs de hockey du Centre-du-Québec ont eu le coeur brisé en avril dernier lorsque le BigFoot s'est incliné en prolongation lors du septième match de la série finale contre le Bellemare. La formation dirigée par André Alie tentera de retrouver le sommet comme elle l'avait fait en 2016.
Alie pourra compter sur son noyau qui a fait des merveilles dans les dernières années. Jason Pitt, meilleur pointeur du circuit l'an dernier est de retour, tout comme le meilleur gardien des dernières années, Vincent Lamontagne. C'est sans compter le capitaine Olivier Bélanger ainsi que Marc-André Laroche, qui revient au jeu après une courte retraite l'an dernier. Bref, Alie saura comment naviguer avec ses hommes.
Mais ce n'était pas suffisant. Le calibre de la LHSAAAQ s'est de nouveau amélioré et le BigFoot se devait de bouger.
«Depuis qu'on fait du hockey à Saint-Léo, c'est pour gagner la coupe. L'an dernier, on est passé à un petit but. Samuel Fortier a fait tout un travail au repêchage. On devrait avoir Alexandre Comtois avec nous. Il jouait avec Trois-Rivières (LNAH) l'an dernier.»
Alie est aussi heureux de voir que sa brigade défensive, déjà solide, s'améliorera avec les acquisitions de David Marcotte et de Guillaume Bélanger, un ancien des Patriotes de l'UQTR.
Afin d'être en mesure de survivre dans une ligue où il est de plus en plus coûteux de compétitionner, le BigFoot disputera trois matchs à Plessisville, un marché plus important qui n'a jamais caché son intérêt envers l'équipe.
Climatisation Cloutier de Cap-de-la-Madeleine
La formation madelinoise semblait partie pour la gloire la saison dernière en terminant au deuxième rang du classement. La route vers la coupe s'est toutefois arrêtée après cinq matchs en séries éliminatoires. Le directeur général Fabien Dubé était d'avis que des changements s'imposaient.
«On a fait un virage à 360 degrés, la moitié de nos joueurs vont être nouveaux. On a conservé notre robustesse, mais on voulait une nouvelle identité et c'est ce qu'on a travaillé avec notre nouvel entraîneur Jonathan Lessard. C'est notre plus grosse acquisition. On a beau avoir tous les ingrédients, si ça ne prend pas, ça ne sert à rien. Il a prouvé dans le passé qu'il savait comment gagner.»
Parmi les acquisitions les plus importantes du Climatisation Cloutier se trouve Alex Carvalho-Mentink, qui a disputé quelques matchs dans l'ECHL en 2013-2014. Anthony Verret, un ancien des Patriotes de l'UQTR qui jouait en Suisse dans la Ligue nationale B devrait aussi apporter son lot de buts.
Le Climatisation Cloutier aura aussi un nouveau rival: le Formule Fitness de Bécancour. Après tout, les deux arénas sont situés à seulement sept kilomètres de distance... en kayak. Trente si on emprunte le pont Laviolette.
«Ce sera une belle rivalité. On l'a vu durant les matchs hors concours. En plus, leur entraîneur est notre ancien. Ils ont aussi des gars qui ont joué avec nous qui se retrouvent chez eux. Je suis confiant que ce sera bon pour nous, mais aussi pour la ligue», conclut Dubé.
Formule Fitness de Bécancour
Techniquement, le Formule Fitness n'est pas une équipe d'expansion. Mais lorsqu'on déménage de Lac-Mégantic à Bécancour, il est fort possible que certains joueurs ne soient pas en mesure de suivre. C'est dans cette optique que la nouvelle formation de la LHSAAAQ a tenté de construire son équipe.
C'est Kevin Desrochers qui sera à la barre de la formation. Un travail qu'il connaît bien puisqu'il a dirigé le Bellemare de Louiseville en 2011 et 2012, avant de prendre les rênes des Dragons du Collège Laflèche en 2014. Il s'était aussi impliqué chez le Climatisation Cloutier l'an dernier.
«On peut dire que la liste de joueurs du Turmel était très dégarnie. Seulement quatre joueurs de l'an passé sont encore avec nous. L'équipe avait terminé dernière, alors je me dis qu'on n'avait rien à perdre, et on avait le premier choix au repêchage», rappelle Desrochers.
«Je pense que le monde va être surpris. Nous sommes jeunes, mais nous avons de bons vétérans et beaucoup de profondeur à l'attaque. Nous aurons aussi Éric Bégin, qui a été le joueur par excellence des séries en 2015.»
Le meilleur coup de la nouvelle équipe aura peut-être été de tisser des liens avec communauté abénakise de Wôlinak, située sur le territoire de Bécancour. Alors que plusieurs équipes sportives en Amérique du Nord essuient des critiques pour leur utilisation de logos et de noms amérindiens, le Formule Fitness a travaillé de concert avec la nation pour créer l'identité de l'équipe.
Loups de La Tuque
La Tuque est peut-être située au nord de la Mauricie, mais les Loups ont des racines trifluviennes. L'équipe a de nouveau pigé chez les Patriotes de l'UQTR pour aller chercher un joueur qui pourrait s'illustrer dans la LHSAAAQ avec l'acquisition de Carl-Antoine Delisle, un attaquant qui n'haït pas se salir le nez. Il rejoindra Tommy Tremblay et Vincent Marcoux, qui ont évolué à l'université trifluvienne.
Auteur de 40 points l'an dernier, Jérémy Plourde est de retour avec l'équipe, alors qu'en défensive, l'ancien des Mooseheads d'Halifax Jacob Jacques devrait être en mesure de s'amuser à la ligne bleue.
«Nous avons remodelé notre défensive, explique l'entraîneur Tommy Gauthier. L'an dernier, nous avons atteint le carré d'as et je pense qu'on sera encore de calibre cette année. Mais on doit avant tout se concentrer sur la saison. L'an passé, nous avions connu des difficultés avant de finir la saison en force. On doit connaître du succès dès les premiers matchs.»
Ailleurs dans la ligue
Malgré l'étalement en province de la LHSAAAQ dans les dernières années, une chose n'a pas changé: depuis 2013, seul Louiseville ou Saint-Léonard-d'Aston ont été couronnés en fin de campagne. Pour le reste de la ligue, il est temps que les choses changent.
À Waterloo, malgré les succès des dernières saisons, l'entraîneur Michel Deschamps n'a pas été renouvelé dans ses fonctions, remplacé par Miguel Fortin. Deschamps n'a pas chômé longtemps, puisqu'il dirigera les Sportifs de Joliette, où il retrouvera Jordan Éthier et David Poulin qui ont terminé deuxième et cinquième chez les pointeurs du circuit la saison dernière.
À Windsor, les amateurs de hockey senior retrouveront un visage bien familier derrière le banc en Simon Robidas. L'ancien dur à cuire de la LNAH, et frère du défenseur Stéphane Robidas, pourra compter sur Guillaume Gélinas en défensive et Cody Linteau pour mener l'offensive.
Figure de proue de la ligue depuis neuf ans, le Mécarnac de Donnacona a pu faire le plein de joueurs dans le généreux bassin de la région de Québec durant l'été grâce au repêchage universel. L'entraîneur-chef Jimmy Grondin pourra compter sur nul autre que le boxeur Éric Martel-Bahoéli pour s'assurer que sa troupe ne soit pas intimidée.
Finalement, à Saint-Cyrille, après avoir craint la disparition de la concession, faute d'entente avec la municipalité, le Condor tentera de voler haut cette saison. Derrière le banc, Gaby Roch pourra compter sur trois piliers en Étienne Salvail, Samuel Grenache et Marc-Olivier Brouillard, si celui-ci ne finit pas dans la LNAH, ainsi que l'ancien des Cataractes, Youssef Kabbaj.