Le Bellemare mise sur l’expérience pour répéter ses exploits des dernières années.

Ligue de hockey senior AAA du Québec: place aux quarts de finale

Trois-Rivières — Les Loups de La Tuque pourront-ils imiter les succès de la dernière année du Bellemare de Louiseville? Ce même Bellemare, troisième au classement général, saura-t-il effacer un tiers de saison décevant pour mieux rebondir en séries? Est-ce que le Climatisation Cloutier de Cap-de-la-Madeleine a ce qu’il faut pour maintenir sa belle cadence observable depuis Noël?

Au terme d’une courte première ronde où le Wild de Windsor et les Maroons 2.0 de Waterloo sont sortis gagnants, il reste huit équipes toujours en vie dans la Ligue de hockey senior AAA du Québec. Le Formule Fitness de Bécancour et le Métal Perreault de Donnacona devront, quant à eux, suivre l’action de l’extérieur de la patinoire.

Comme c’est le cas chaque année dans un circuit où la parité règne, il pourrait y avoir des surprises en quarts de finale.

La Tuque (1) vs Windsor (10)

À la fin de la saison 2017-18, personne n’aurait osé prédire qu’à peine un an plus tard, un club battrait le record d’excellence établi par Louiseville. Cette année-là, le Bellemare, en route vers le championnat des séries, avait remporté 19 de ses 22 parties, pour 39 points.

Les Loups ont fait mieux, bouclant l’actuelle campagne avec 20 gains et 41 points. L’attaquant Carl-Antoine Delisle est devenu le marqueur le plus prolifique de la ligue pour une saison (24 buts), tandis que son coéquipier Steven Veilleux, devant le filet, demeure invaincu (16-0).

«Je suis le premier impressionné par mes gars, notre calendrier a été difficile. On a affronté d’excellentes équipes quand nous avons eu à jouer deux matchs en deux soirs», analyse l’entraîneur-chef de la meute, Tommy Gauthier.

«On n’a jamais pensé au record, mais évidemment, c’est un honneur. Je mise sur 13 ou 14 attaquants de qualité. En cinq ans dans la ligue, je n’ai jamais dirigé un groupe si uni.»

Un groupe qui a dû traverser une crise médiatique, lors de la saga impliquant Robby Petiquay. «Je n’ai pas eu peur que ça brise notre élan. Les joueurs ont bien réagi, ils ont tous été attristés par ces gestes et quand Robby a quitté l’équipe, le focus est retourné sur la patinoire. On voit les résultats. Mais rien n’est encore gagné.»

Les Loups devront se méfier du Wild, une formation qui mise sur le retour de quelques défenseurs clés. «Je n’ai pas de vedettes, mais si tous les joueurs se présentent, on a un club très travaillant», estime le pilote de Windsor Simon Robidas, qui dirigera les deux premiers matchs de cette série au Colisée Denis-Morel, à La Tuque. Une victoire décrochée en Haute-Mauricie placerait le Wild dans une situation intéressante pour la suite.

Cap-de-la-Madeleine (2) vs Waterloo (8)

Au Cap, les amateurs ont soif de victoires. Voilà sept ans que leur club senior n’a pas franchi une ronde en séries. La bonne nouvelle, c’est que les récents succès de la troupe à Éric Haley laissent présager un printemps plus trépidant.

Depuis une raclée de 11-1 subie devant Bécancour en décembre, les Madelinois jouent du bon hockey. À un groupe bien balancé forgé par le directeur général Fabien Dubé se sont ajoutés Pier-Olivier Grandmaison et Jérémie Janneteau. «Pier-Olivier avait la possibilité de jouer à Rivière-du-Loup dans la Ligue nord-américaine, il a préféré rejoindre l’équipe de sa ville, ici à l’aréna Jean-Guy-Talbot», mentionne Haley avec une fierté dans la voix.

Les Loups n’ont perdu que deux matchs en 22 sorties.

«On a du punch offensif! Nous avons l’équipe la plus jeune de la ligue et dimanche dernier, lors de notre entraînement en soirée, j’ai senti que les gars étaient affamés. Ils réalisent aussi qu’ils sont chanceux de jouer ici, la foule est incroyable.»

Haley se dit à l’aise avec le jeu d’alternance qui prévaut devant le filet: Sébastien Dubé-Rochon et Derick Roy ont chacun disputé 12 parties. Ça ne devrait pas changer pendant les séries.

Les Maroons 2.0 de Waterloo ont vaincu Donnacona au bout de trois rencontres, dimanche dernier. Le retour des attaquants Jason Crack et Charles Power ont insufflé beaucoup de confiance au groupe mené par l’entraîneur associé Miguel Fortin. Dans les buts, le Trifluvien François Lacerte devrait avoir l’occasion de se mesurer à la formation de son patelin.

Louiseville (3) vs Nicolet (6)

Dans les deux camps, on s’attend à une longue série. D’un côté, le Bellemare compte sur son expérience des dernières années pour s’imposer. De l’autre, le Condor, avec son attaque, espère faire un bout de chemin ce printemps.

Ces deux équipes ont été impliquées dans l’une des transactions les plus importantes dans le circuit Dorais cette saison. Alexis Milette est passé à Louiseville tandis que Pierrick Martel et Pierre-Olivier Marcoux ont pris la route de la rive sud. Ces acquisitions semblent avoir bien servi les clubs. Reste à voir qui aura le dernier mot.

«On a traversé une année particulière», concède le grand manitou du Bellemare, Dean Lygitsakos. «Le passage à vide durant un tiers de la saison a semé des doutes, nous avons perdu un rang au classement, sauf qu’on a bien fini le calendrier. Nous avons de bonnes attentes.»

Lygitsakos, suspendu, ratera le premier acte, à l’instar de Mathieu Laverdure et Cédric Verreault. Son adjoint, Steve Moreau, prendra la relève vendredi. «Cette série sera à surveiller. Nous, on aime les matchs à bas pointages. Nicolet, ils ont trois bons trios, dont deux dévastateurs. Nous commençons les séries en santé et la formation qu’on aligne, c’est celle que je voulais depuis le début de la saison», ajoute Lygitsakos.

«Certains joueurs dans mon vestiaire ont trois championnats à leur actif dans notre ligue. Or, ils ont atteint leur apogée dernièrement.»

Au classement des pointeurs, Francis Charette (45 points), a talonné Carl-Antoine Delisle dans la course au championnat. Il aura un rôle important à jouer pour Louiseville.

Pour Maxime Bélanger, l’homme de confiance à Nicolet, l’équipe à battre dans ces séries demeure le Bellemare. «Parce que ça fait longtemps qu’ils jouent ensemble. Nous, je pense qu’on a cinq gars qui évoluaient à Saint-Cyrille l’an passé! Dans les circonstances, ce fut une belle saison. On a marqué une tonne de buts, sauf qu’on en a accordé un peu trop...»

Étienne Salvail, avec 41 points, reste le principal atout à l’attaque pour Nicolet. «C’est vrai que le Bellemare a peu de faiblesses, leurs attaquants sont bons dans les trois zones. Nous, si on soigne notre jeu défensif, on peut accomplir de grandes choses. Le public de Nicolet nous a encouragés, il le mérite!»

À Cap-de-la-Madeleine, tous les espoirs sont permis, surtout depuis l’arrivée de renforts, comme Pier-Olivier Grandmaison.

Plessisville (4) vs Joliette (5)

La dernière série à l’affiche en quarts de finale met en vedette deux équipes qui ne sont pas sur le territoire couvert par Le Nouvelliste. Ceci dit, le duel pourrait s’avérer l’un des meilleurs du second tour.

Deux petits points ont séparé ces deux futurs adversaires au classement.