Le redoutable frappeur vénézuélien Alberth Martinez est le premier vétéran à s’ajouter à l’alignement des Aigles en vue de la prochaine saison.

Ligue Can-Am: un premier ténor sous contrat

Trois-Rivières — Les Aigles de Trois-Rivières ont frappé un premier grand coup en vue de la saison prochaine alors qu’ils ont conclu une entente avec le vétéran voltigeur vénézuélien Alberth Martinez.

Pour le gérant T.J. Stanton, la confirmation du retour du puissant frappeur de 27 ans représente une excellente nouvelle à ce stade-ci de la saison morte. L’an dernier, Martinez avait dû attendre au 8 juin avant de pouvoir entreprendre sa saison en raison d’un problème de visa. Et il n’était pas encore au bout de ses peines complètement puisqu’il a ensuite dû patienter jusqu’au 9 août avant d’avoir le droit de disputer des matchs aux États-Unis. «C’était primordial de le signer le plus tôt possible, si on veut l’avoir toute la saison. Je suis très content que ce soit réglé!», sourit l’Aigle en chef.

À sa première campagne à Trois-Rivières, Martinez a donc été limité à 72 matchs en saison régulière, présentant tout de même la deuxième meilleure moyenne au bâton du club à ,277. L’ancien espoir des Padres de San Diego a aussi claqué huit circuits en plus de produire 39 points.

Mais c’est principalement en séries éliminatoires que le numéro 11 a fait tourner les têtes. Alors que les lanceurs adverses craignaient d’affronter le joueur par excellence Taylor Brennan, Martinez a pris un malin plaisir à les martyriser à son tour. Sa moyenne au bâton a alors bondi à ,409 en cinq matchs, tandis qu’il a frappé deux circuits et sept points produits.

«Il a joué environ la moitié de la saison seulement l’an passé. Ça ne donne pas nécessairement une bonne indication de tout son potentiel. C’est très difficile pour un frappeur quand tu as des pauses aussi fréquentes dans ton calendrier», mentionne Stanton.

«On a très bien vu la différence quand il a commencé à jouer à temps plein. Il a montré à quel point il est un frappeur dangereux. En séries, il a été le meilleur frappeur de toute la ligue!»

Malgré le lent départ de Martinez, Stanton jure avoir toujours eu confiance en son vétéran voltigeur. «Je comprenais la situation délicate dans son cas et je comprenais que ça pouvait avoir un impact sur la qualité de son jeu. Compte tenu de ce qu’il avait accompli dans le passé, j’ai toujours cru en lui. Je n’ai jamais pensé à lancer la serviette.»

Par ailleurs, le retour de Martinez dans la cité de Laviolette ne signifie pas pour autant celui du lanceur Yender Caramo. Bon ami de Martinez – les deux sont originaires de San Felix, au Venezuela – le vétéran lanceur droitier a connu une saison difficile 2018 sur le monticule trifluvien. Il avait même été placé sur la voie d’évitement en séries éliminatoires. «Je ne dis pas que Caramo va revenir ou non. Mais ce que je dis c’est que le retour de Martinez n’était pas conditionnel à celui de Caramo», explique Stanton.

De l’optimisme pour Taylor Brennan

Maintenant un premier vétéran sous contrat, le gérant des Aigles se croise les doigts pour le retour de Taylor Brennan, joueur par excellence de la Ligue Can-Am en 2018. Brennan passera du statut de joueur LS-5 à celui de vétéran s’il revient dans le circuit Wolff. Même si ses prouesses de la saison dernière peuvent attirer les regards dans le baseball affilié, il n’est pas impossible que le roi du Stade Stéréo Plus soit de retour.

«C’est un long processus à ce moment-ci de l’année pour signer des joueurs et ça l’est encore plus lorsqu’il est question du meilleur joueur de la ligue. Mais je reste optimiste de le ramener avec nous», laisse tomber Stanton.

En plus de Martinez, les Aigles ont déjà fait signer des ententes aux joueurs d’avant-champ Juan Kelly (LS-4) et David Glaude (LS-1) ainsi qu’au lanceur Jose Santiago (LS-3).