Cinq équipes de la région se disputeront le titre de la LHSAAAQ. Les Loups de La Tuque (Dave Marchand), le Bellemare de Louiseville (Michaël Lygitsakos), le Formule Fitness de Bécancour (Jocelyn Bordeleau), le BigFoot de Saint-Léonard (Samuel Fortier) et le Climatisation Cloutier de Cap-de-la-Madeleine (Fabien Dubé) évolueront dans le nouveau circuit.

LHSAAAQ: nouveau nom, même fondation

Vendredi sonnera le début de la saison du hockey senior en Mauricie. Même si le circuit autrefois régional porte un nouveau nom, la Ligue de hockey senior AAA du Québec, il garde les fondations qui lui ont permis de devenir la plus importante ligue du genre dans la province.
Pourtant, dans ce petit monde, lorsqu'une ligue change de nom ou remplace ses administrateurs, c'est habituellement le début de la fin dans l'éternel cycle du hockey senior québécois. Mercredi, lors de la conférence de presse du circuit, on parlait de l'an un de la LHSAAAQ, que la Ligue de hockey senior de la Mauricie était morte. Mais dans la salle, on reconnaissait les mêmes visages, sauf pour le conseil de direction du circuit.
«La vision que les gouverneurs voulaient se donner, c'était qu'il fallait viser plus haut. Les dirigeants qui étaient en place avaient fait un travail honnête, voire incroyable, mais les gouverneurs ne voyaient pas comment la ligue pouvait aller plus haut avec ces gens en place. Voilà pourquoi ils en sont venus à un consensus de faire un changement», explique Dany Paré, registraire et préfet de discipline qui oeuvrait aussi dans l'ancienne LHSAM.
Le changement de nom était primordial aux yeux des gouverneurs, puisque la majorité des formations du circuit n'étaient pas originaires de la Mauricie. De plus, le calibre s'était beaucoup amélioré dans les dernières années. La nouvelle appellation permettra de mieux vendre le produit, mais aussi d'attirer des équipes d'expansion.
«Ce n'est rien contre la Mauricie, mais ce n'était plus représentatif de ce que notre produit est vraiment. On est dix clubs, on est dix à prendre les décisions. Nous n'avons pas les même buts, certains sont plus conservateurs, d'autres plus aventuriers. On le sait que des équipes veulent joindre la ligue. Cette année, c'était trop gros (comme changement), mais ça peut progresser. C'est le même principe qu'une compagnie qui parle d'expansion... tu peux te péter la gueule. Il faut s'assurer que les équipes sont solides», rappelle Luc Thibault, directeur général du Mécanarc de Donnacona.
Bécancour, la petite nouvelle
Comme la saison dernière, le circuit comptera 10 équipes. Une petite nouvelle fera toutefois bien des heureux dans la région puisque le Formule Fitness de Bécancour disputera sa première saison, né des cendres du Turmel de Lac-Mégantic. La nouvelle formation se retrouve ainsi à quelques dizaines de kilomètres du BigFoot de Saint-Léonard-d'Aston, concession qui éprouvait déjà des problèmes financiers. 
«Avant, on était seuls au Centre du-Québec, mais on s'est fait envahir par Saint-Cyrille, Bécancour, et la Ligue régionale. Il va falloir mettre un frein à ça, parce que Saint-Léonard est dans une situation précaire, c'est peut-être notre dernière année. Mais on pense que ça va faire une belle rivalité avec Bécancour et que ces deux matchs vont attirer plus de monde. C'est le pari qu'on a fait, parce qu'on aurait pu les bloquer. On a vu contre Saint-Cyrille que ça attire une belle foule et nous avons conçu l'horaire pour que les deux clubs ne soient pas à domicile au même moment les vendredis», indique le directeur général du BigFoot, Samuel Fortier.
Un meilleur calibre
Comme l'année dernière, les équipes de la LHSAAAQ disputeront 22 rencontres en saison régulière. Le calibre devrait toutefois être encore meilleur avec la disparition d'une équipe dans la Ligue nord-américaine de hockey. Le circuit a toutefois adopté un règlement au niveau du statut des joueurs qui limite le nombre de hockeyeurs de haut calibre par équipe, le tout afin de favoriser la parité.
«On voit les joueurs qui ont été signés et on sait que ça va grimper d'un échelon. Avec ce que je vois présentement, c'est qu'il va encore y avoir une grosse parité. Ce ne sera pas différent. Bien malin celui qui prédira les équipes au sommet. Et je crois que la ligue va être plus robuste. Avec les statuts des joueurs, ça assure la parité et la viabilité de la ligue. Nous n'avons pas le choix, sinon les riches vont devenir plus riches», conclut Paré.