Julien Gauthier était l'un des joueurs les plus convoités sur le marché. Ce sont les Sea Dogs qui ont réussi à obtenir ses services.

Six prétendants, une coupe

Les jeux sont faits dans la LHJMQ. À partir de mardi, les alignements sont figés dans chacune des 18 formations. À moins d'une surprise provenant de la LNH, les pilotes savent avec quelles munitions ils se préparent pour la guerre. Coup d'oeil sur les équipes aspirantes à la coupe du Président, après cette période de transactions qui a changé un peu l'équilibre des forces dans le circuit Courteau.
1. Sea Dogs de Saint-John
Danny Flynn dirigeait déjà l'équipe la plus talentueuse du plateau avant la mi-décembre. Depuis, son directeur-gérant lui a donné un patineur élite de plus à chacune des positions!
Les Sea Dogs ont remporté le derby Julien Gauthier, et ils ont aussi délié les cordons de la bourse pour s'offrir le capitaine de l'Océanic Simon Bourque et le gardien des Remparts Callum Booth.
L'acquisition de Booth est la plus importante, puisque le talon d'Achille des Sea Dogs se situait entre les poteaux. Depuis son déménagement au Nouveau-Brunswick, Booth n'a toutefois gagné qu'un seul de ses cinq premiers matchs, présentant une moyenne de 3,89 et un alarmant pourcentage d'efficacité de ,867. 
Si Booth retrouve ses repères, les Sea Dogs sont armés pour boire dans la coupe du Président pour la troisième fois en sept ans.
Pierre-Luc Dubois connaissait une saison ordinaire avant le championnat du monde junior. L'Armada a pris le pari de le relancer.
2. Armada de Blainville-Boisbriand
Le passé de Joël Bouchard démontrait une certaine incapacité à réaliser de grosses transactions pour améliorer son équipe. Le flamboyant patron de l'Armada a certainement changé ses méthodes de négociation puisqu'il est arrivé cette fois à ficeler des ententes afin de s'offrir deux des joueurs les plus convoités, soit Pierre-Luc Dubois et Alex Barré-Boulet.
Dubois, troisième choix du dernier repêchage de la LNH, ne connaît pas une saison à la hauteur des attentes mais pariez que Bouchard saura le relancer. Dubois et Barré-Boulet améliorent le point faible de l'équipe, l'attaque. Avec un peu plus d'aide, Samuel Montembeault, considéré comme le Carey Price de la ligue, sera certainement encore plus intimidant pour ses rivaux. Cette équipe est possiblement la plus talentueuse depuis que Bouchard a pris les guides de la concession.
3. Huskies de Rouyn-Noranda
Les champions en titre ont été conservateurs au cours des dernières semaines. S'il a travaillé de gros dossiers, Gilles Bouchard s'est finalement résigné à ajouter de la profondeur à son groupe.
Manuel Widerer représente une belle addition, même s'il occupe deux casiers comme Européen et vétéran de 20 ans. Pour le reste, c'est de l'enrobage autour du noyau dur.
Impossible de prétendre que les Huskies sont aussi puissants que l'an dernier. Mais la ligue, en général, est un peu plus faible. Et il y a un paquet de gars dans le vestiaire qui savent maintenant comment gagner. Personne ne voudra croiser les Huskies une fois la grande danse du printemps amorcée.
4. Cataractes de Shawinigan
Meilleure défensive de la ligue. Et meilleure offensive aussi. Pourtant, les Cataractes se retrouvent au quatrième rang dans ce classement! Pourquoi? Parce que Martin Mondou s'est contenté d'un seul ajout, soit l'arrivée de Cam Askew à la mi-décembre.
Sans Anthony Beauvillier et Gabriel Gagné, retenus chez les pros, cette équipe aurait eu besoin de plus de mordant sur l'échiquier offensif. La brigade défensive constitue la force de ce club. Et Mikhail Denisov montre beaucoup d'aplomb à sa première saison comme titulaire.
Ajoutez un trio d'entraîneurs qui soutire le maximum des ressources à sa disposition et ça explique pourquoi les Cataractes se pavanent actuellement au sommet du classement général. Mais face aux meilleures équipes de la ligue, les Cataractes sont désavantagés en zone ennemie.
5. Saguenéens de Chicoutimi
Yannick Jean aurait pu faire banco en monnayant les services de ses trois ténors Nicolas Roy, Julio Bilia et Frédéric Allard. Il a plutôt choisi de les entourer pour tenter d'offrir un printemps enivrant aux partisans des Saguenéens, peu gâtés il est vrai depuis quelques années.
Or, Jean n'a pas fait les choses à moitié, allant chercher quatre joueurs vedettes via transactions, en plus de convaincre German Rubstov de traverser l'océan afin de terminer sa saison dans la LHJMQ.
Joey Ratelle, Olivier Galipeau et les jumeaux Klima sont de belles additions, reste que tout le monde a hâte de voir quel impact aura Rubstov dans son nouvel environnement.
L'an passé, les Huskies avaient réussi un coup semblable avec AJ Greer. Or, ce dernier s'est avéré une carte maîtresse dans la conquête du premier championnat de l'histoire de la concession. Rubstov peut-il jouer un rôle de catalyseur?
6. Islanders de Charlottetown
Jim Hulton ne fait pas dans la dentelle, à ses premières armes comme directeur-gérant. Il a échangé quelques décennies de hockey en jeunes joueurs et en choix au repêchage pour greffer pas loin de 10 joueurs à son équipe. À lui maintenant de faire lever le gâteau, puisqu'il est aussi entraîneur-chef.
Sur papier, les Islanders sont maintenant hyper talentueux. Mais rappelez-vous les Cataractes l'an dernier, ils ont traversé une zone de turbulences avant de réussir à souder le club.
La tâche s'annonce encore plus difficile à Charlottetown, puisque le noyau dur a lui aussi subi des modifications ces dernières années. Les Islanders ont les armes pour au moins atteindre le carré d'as.