Le directeur général des Cataractes Martin Mondou pourrait rajeunir son équipe lors du repêchage de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

Repêchage: Mondou gourmand... et fier de l'être

Les Cataractes vont-ils voler le spectacle à Moncton en opérant un grand virage jeunesse après trois saisons dans le top-5 de la LHJMQ? La réponse appartient vraisemblablement... aux 17 autres directeurs généraux du circuit présidé par Gilles Courteau.
Parce que Martin Mondou ne fait pas de cachette, il a placé ses vétérans dans la vitrine depuis quelques semaines déjà. Même Samuel Girard peut être disponible, si une équipe veut se payer les services de la Tornade de Roberval. Le téléphone de Mondou ne dérougit pas mais pour l'instant, les discussions sont plus ou moins sérieuses.
«Il y a des offres sur la table. Certaines ne sont pas mauvaises. Mais ce n'est pas suffisant à nos yeux. Si on n'a pas ce qu'on veut, on n'a aucun problème à amorcer la prochaine saison avec les effectifs en place. Sur papier, notre club est plus que correct. Nous perdons de bons morceaux, mais il y a aussi de bons jeunes qui s'en viennent.»
Évidemment, c'est le dossier de Girard qui retient le plus l'attention. Défenseur le plus productif au pays depuis deux ans, il devrait écouler en 2017-2018 sa quatrième et dernière campagne dans le junior. 
«On parle du meilleur joueur de la ligue, nos demandes sont très fermes en ce qui le concerne. Nos partisans parlent encore de Marc-André Bergeron, ce sera la même chose pour Samuel dans 10-15 ans. Si on se prive de lui, ce sera parce que ça vaut la peine», répète Mondou, en ajoutant que la clause de non-échange prévue dans le contrat de l'espoir des Predators ne l'inquiète pas. 
«Sam, c'est un vrai, et il veut gagner, alors je n'anticipe aucun problème de ce côté. On va lui parler si jamais les négociations s'intensifient mais nous ne sommes pas rendus là pour le moment. Beaucoup de clubs s'informent à son sujet, ce qui est normal. Certains nous ont dit qu'ils voulaient s'entendre avec nous dans le cadre de ce repêchage. On verra, mais en ce moment, ce serait mentir que de dire qu'il y a quelque chose de solide dans l'air.»
L'autre dossier le plus chaud sur le bureau du directeur-gérant, c'est celui des gardiens. Mondou croit qu'il mise sur deux gardiens numéro un en Mikhail Denisov et Zachary Bouthillier. Le plan, c'est d'en bouger un... si le prix est bon. 
«Encore là, il y a pas mal de discussions. C'est un dossier qui pourrait évoluer dans les prochains jours, on verra. Mais nous ne sommes pas pressés car avec quatre choix dans les trois premières rondes, nous ne sommes pas mal pris.»
Mondou s'est ouvert un peu sur le genre de valeurs qu'il recherche. Ses homologues qui veulent le séduire devront déposer des offres comprenant des choix et des jeunes joueurs pouvant appuyer le noyau déjà en place. «On aime nos jeunes, ils sont dans notre ADN. On veut bâtir autour d'eux, et miser sur une équipe compétitive pour notre 50e anniversaire en 2018-2019.»
Dans un monde idéal, les Cataractes profiteraient aussi des prochains jours pour dénicher une nouvelle équipe à Samuel Bucek. 
«Ça nous permettrait de repêcher deux jeunes Européens. Bucek a du talent, on pense qu'il est prêt à en donner plus après une saison de transition. Il me fait penser à Anton Zlobin. Le hic pour nous, c'est qu'il aura 19 ans la saison prochaine. L'idéal, c'est de nous tourner vers des Européens qui cadreraient mieux avec nos jeunes. Mais si on ne trouve pas preneur, Bucek sera de retour à Shawinigan la saison prochaine», conclut Mondou.