Les mines étaient déconfites dans le camp canadien à la suite de la défaite crève-coeur face aux Américains, jeudi soir au Centre Bell.

Mondial junior: une médaille d'argent au goût amer pour le Canada

Les visages étaient longs, certains avaient les yeux rougis. Les joueurs d'Équipe Canada junior n'avaient pas encore réalisé qu'ils avaient tout de même une médaille d'argent accrochée au cou au terme de la finale endiablée qu'ils ont livrée aux Américains, jeudi.
« Il faut sortir la tête haute avec une médaille d'argent même si c'est difficile de voir les Américains avec une médaille d'or », a concédé Mathieu Joseph, l'auteur du quatrième but du Canada dans un revers de 5-4 subi en tirs de barrage.
Après avoir conclu le tournoi de l'année dernière avec une décevante sixième place, l'état-major de l'équipe canadienne avait comme mot d'ordre de mettre sur pied une équipe spéciale. Et elle l'a été. Seuls les États-Unis ont été en mesure de vaincre les Canadiens au cours de ce tournoi - une fois en ronde préliminaire et, bien sûr, en finale.
« Nous sommes fiers de nos joueurs, a déclaré l'entraîneur-chef Dominique Ducharme. En tant que programme, on veut que tout le monde s'engage et qu'ils donnent tout ce qu'ils ont et ils se sont engagés à 100 %. Ils ont mis tellement d'efforts là-dedans, ils ont accepté des rôles différents. C'est ce qui est décevant.
Ils auraient mérité d'être récompensés. »
La formation unifoliée était à un seul but d'être couronnée championne et sans le brio du gardien américain Tyler Parsons, qui a sauvé son équipe à plusieurs occasions en réalisant 48 arrêts, elle aurait pu célébrer sur la glace du Centre Bell.
Au lieu de ça, la troupe de Ducharme a péniblement dû regarder le drapeau américain s'élever dans les hauteurs de l'amphithéâtre montréalais.
« Il n'y avait pas de mot qui pouvait décrire la situation, a ajouté Joseph. Une défaite crève-coeur comme celle-là, ça arrive rarement. Et dans un événement comme celui-là qui se produit seulement une fois pour la plupart d'entre nous, c'était difficile. »
Il faut mentionner que ce revers est probablement plus difficile à avaler puisque le Canada n'était pas loin de la coupe aux lèvres. En prenant une avance de 4-2 avec 16 minutes à faire au match, tout le monde croyait que la tâche était accomplie. Même que les amateurs ovationnaient déjà l'équipe en chantant « Olé ! Olé ! »
« C'est un match de 60 minutes, a dit Ducharme. Ils sont revenus et on savait qu'il restait beaucoup de temps. »
Chabot, infatigable
Si un joueur n'a rien à se reprocher de tout le tournoi, c'est bien le défenseur québécois Thomas Chabot. Utilisé pendant un impressionnant total de 43 minutes 53 secondes au cours de la finale qui a duré 80 minutes, l'arrière a récolté un but et une aide en plus d'être infaillible défensivement.
« J'ai encore de l'énergie, a lancé le principal intéressé. En ce moment, ce n'est pas le niveau d'énergie, c'est plus la déception de ne pas avoir gagné ce match-là. Avec tous les amateurs qu'il y avait dans les estrades, je pense que je n'en aurais jamais manqué. »
Le Beauceron a d'ailleurs été nommé meilleur défenseur du tournoi ainsi que le joueur le plus utile à son équipe. En sept matchs, il a totalisé quatre buts et six mentions d'assistance.
« Thomas a été extraordinaire autant offensivement que défensivement, a loué Ducharme. Il a été dominant. Il a neutralisé les meilleurs trios adverses. Il a vraiment été un meneur pour notre équipe. »
Le Canada a maintenant un an pour digérer cette dure défaite. Il pourra ensuite tenter de prendre sa revanche en sol américain, à Buffalo, alors que neuf joueurs de la présente édition pourraient être de retour.