Simon Benoit a frappé l'ancien des Cataractes James Phelan, sur cette séquence devant le gardien des Cataractes Mikhail Denisov. Shawinigan a récolté une troisième victoire consécutive en battant Victoriaville.

Les Cataractes renversent les Tigres

Si les Tigres croyaient intimider les Cataractes en déléguant leurs hommes forts sur la glace pour la première mise en jeu, ils se sont élancés dans le beurre dimanche après-midi. Dominants dans toutes les phases du jeu, les Cataractes ont signé un gain convaincant de 6-2 devant plus 4500 personnes au centre Gervais Auto, lançant ainsi un message aux Tigres que la vitesse et les habiletés, avec du courage, pouvaient venir à bout de la hargne.
Tigres et Cataractes nourrissent volontiers cette vieille rivalité depuis le début de la saison, avec notamment deux pilotes qui en sont presque venus aux coups plus tôt cet hiver à Victoriaville. Quand Claude Bouchard a vu que Louis Robitaille amorçait le duel de dimanche avec ses gros bonhommes, il a fait pareil, en plus de défier son club de prouver qu'il n'était pas intimidable. 
La réponse a été magnifique: soixante minutes d'effort qui ont surpassé facilement la prestation des visiteurs. Ces derniers, privés de leur capitaine et meilleur défenseur Tristan Pomerleau, ont bien mal paru devant l'échec-avant des Shawiniganais. Et comme leur gardien James Povall n'a pas été en mesure d'offrir les arrêts-clés à son club, l'écart s'est rapidement creusé au tableau indicateur.
Le point tournant s'est déroulé en fin de première. Avec une égalité de 1-1, l'avantage numérique shawiniganais a produit un but lorsque Cam Askew a converti un généreux retour de lancer accordé par Povall en son 26e but de la saison. 
Cette scène a refroidi les visiteurs, qui ont encaissé trois buts sans réplique en deuxième. À partir de là, la cause était entendue. «Ça fait du bien de voir l'équipe jouer 60 bonnes minutes de jeu, ça faisait un bout que ça n'était pas arrivé», soulignait Claude Bouchard, qui avait le luxe de compter sur tout son personnel pour une rare fois cette saison. 
«C'est sûr que ça change le portrait. On n'est pas du genre à se plaindre, mais ce n'est pas toujours évident quand il te manque 3-4 réguliers. Avec tout le monde en santé, ça nous permet de bâtir des trios équilibrés. Ils ont tous contribué aujourd'hui.»
Bouchard était fier de ses hommes, de la façon dont ils ont répondu aux tactiques des Tigres. 
«Quand on a vu leur alignement de départ, on a compris qu'ils ne s'en venaient pas jouer à la marelle. Leur entraîneur parle beaucoup dans les journaux, il aime parler de l'identité de son équipe. C'est correct, d'ailleurs les Tigres sont bien dirigés. Mais pour nous, c'était important de montrer que personne n'allait nous intimider. Nos gars ont été plus physiques qu'à l'habitude. Alexis D'Aoust a frappé plus en première qu'il ne le fait habituellement au cours d'un match au complet. Cette performance-là, c'est une belle preuve de caractère.»
Dans l'autre vestiaire, Robitaille convenait que sa troupe n'avait pas été aussi efficace qu'à l'habitude. «Ça s'est joué sur les détails», analysait-il, en convenant aussi que Povall n'avait pas été en mesure de fermer la porte. 
«Mais ce n'est pas de sa faute, nos ennuis ont été collectifs. C'est dommage, car j'estime que nous avons contrôlé la première période. Le but des Cataractes en fin de première a fait mal.»
Cavan Fitzgerald a dirigé l'attaque des Cataractes avec un but et deux passes. Samuel Asselin, Dennis Yan, Samuel Blier, Nicholas Welsh et Askew ont été les autres marqueurs des gagnants, qui ont inscrit une troisième victoire d'affilée. Leur prochain match est prévu mardi à Chicoutimi.