Les Cataractes n'ont plus droit à l'erreur à la suite de leur défaite dans le cinquième match de la série face aux Foreurs.

Les Cataractes au pied du mur

La saison des Cataractes ne tient plus qu'à un fil. Les Foreurs les ont expédiés au bord du précipice devant leurs 3700 partisans vendredi soir en savourant un gain de 3-1, prenant ainsi l'avance 3-2 dans cette série quatre de sept.
Les Foreurs ont profité d'un fort début de match pour s'imposer. Ils ont marqué sur leur premier tir, l'oeuvre de Mathieu Nadeau. Un revirement plus tard, c'était 2-0, encore sur une frappe de Nadeau. Puis une mauvaise pénalité écopée par Samuel Girard a conduit à un troisième filet, enregistré alors qu'il n'y avait même pas 10 minutes écoulées à la soirée! Ce but de David Noël a chassé Mikhail Denisov, et sonné le réveil des Cataractes, qui sont devenus les agresseurs par la suite. Mais quand tu accordes une si belle avance à un gardien vedette comme Étienne Montpetit, difficile de s'en sortir.
Seul le capitaine Alexis D'Aoust est parvenu à le déjouer, en deuxième. Montpetit a eu l'aide de ses coéquipiers, dédiés comme ce n'est pas possible en repli et pour bloquer des tirs. D'Aoust croyait quand même avoir réduit l'écart à un seul but en début de troisième, son tir se retrouvant derrière le gardien ennemi. L'officiel Jonathan Trudel a toutefois refusé le but, en invoquant que Samuel Girard avait touché au gardien des Foreurs. Vrai, mais ça s'était passé bien avant que D'Aoust récupère une rondelle libre dans l'enclave.
Après cette séquence, les Cataractes ont continué de pousser, en vain. Ils ont terminé le match avec 36 tirs. Venu en relève à Denisov, Zachary Bouthillier a été solide. S'il n'a pas voulu dévoiler l'identité de son homme masqué en vue du match sans lendemain dimanche à Val-d'Or, Claude Bouchard a admis qu'il va plancher sur des solutions pour animer un peu plus son attaque. «On a eu des chances, on n'a pas été en mesure d'en profiter. Tu n'as pas beaucoup de marge de manoeuvre quand tu marques un ou deux buts. Il y a des gars qui devraient nous en donner plus offensivement», pointait Bouchard. «En ce qui concerne le sixième match, tout est une question d'attitude. Si on s'en va là-bas avec la tête entre les deux jambes, on est cuits. On n'est pas la première, ni la dernière équipe à vivre ça. Il faut rester positif.»
Bouchard espère aussi que les dieux du hockey seront un peu plus cléments avec sa troupe. «On n'a pas eu beaucoup de breaks dans cette série. Il y a eu le but refusé, on a droit à très peu d'avantages numériques. On doit être l'équipe qui en a le moins depuis le début des séries», soupirait-il.
«Il faut rester positifs», clamait pour sa part Girard. «Dans notre tête, il reste deux matchs dans cette série, faut gagner le prochain pour revenir ici. On a la corde au cou, il faut tout donner. Pas sûr que ce fut le cas ce soir. Des erreurs individuelles nous ont coûté cher. Mais bon, ça arrive dans le hockey, personne ne fait des erreurs par exprès. Il faut se relever en équipe, et s'en aller à Val-d'Or avec l'intention d'avoir du plaisir.»
En cas de défaite dimanche, Alexis D'Aoust terminerait sa carrière junior en Abitibi. Ce n'est pas exactement le scénario qu'il avait envisagé. «Ils étaient plus prêts que nous pour ce match. De notre bord, on jouait avec un bâton stressé, on a commis des revirements. On a peut-être pris les Foreurs un peu à la légère en début de série, là on est dans le pétrin. À nous de trouver une façon de s'en sortir», soulignait le Trifluvien. «Si on ne sort pas le couteau entre les dents dimanche, notre saison va s'arrêter là.»
Voilà qui constituerait l'une des plus grandes surprises de l'histoire de la LHJMQ en séries. L'écart entre les deux clubs était de 29 points en saison régulière... «Mais attention, ce n'est pas terminé. Les Cataractes ont du talent. On doit rester concentré et travailler aussi fort que ce soir. Je lève mon chapeau aux gars, nous sommes allés à la guerre ce soir», analysait Mario Durocher. «Notre début de match a changé l'allure de la soirée, c'est certain. On savait qu'on ferait face à une grosse foule, intimidante. Nous avons trouvé le moyen d'être opportunistes, et nous avons très bien travaillé défensivement par la suite», ajoutait le pilote des Foreurs, qui se promettait d'étudier quatre séquences de la première période où des joueurs des Cataractes auraient commis des gestes pouvant entraîner une suspension. «Si c'est concluant, on va envoyer les clips à la ligue.»
Le héros de la soirée, Mathieu Nadeau, saluait l'engagement collectif des troupes. «On s'attendait à un gros départ des Cataractes, nous sommes sortis encore plus forts. Les 15 dernières minutes m'ont quand même paru interminables! Reste qu'on peut être fier d'avoir gagné deux matchs sur trois à Shawinigan. Mais la victoire la plus dure à aller chercher, c'est la quatrième. On va donc aller se reposer un peu, parce que nous sommes brûlés en ce moment, puis nous allons nous préparer pour le sixième match.»