Martin Mondou n'a pas encore terminé sa réflexion sur l'orientation à donner à la prochaine période des transactions.

«Je m'en vais à la guerre avec Denisov»

CHRONIQUE / Deux petites semaines, et le marché des transactions sera ouvert dans la LHJMQ. Cette période est toujours un peu folle, avec des dizaines de joueurs et de choix qui changent d'adresse en l'espace de quelques jours, afin de préparer le dernier droit de la saison et les séries.
Mikhail Denisov
À Shawinigan, Martin Mondou n'a jamais eu l'habitude de regarder passer la parade. Rappelez-vous seulement l'an dernier, il avait greffé 10 vétérans à son club! 
Cette fois par contre, le directeur-gérant semble être un peu moins affamé qu'à l'habitude. Il travaille avec un alignement dépouillé d'Anthony Beauvillier, et la parité est étonnante au sein de la ligue en ce moment. Ces deux facteurs l'incitent à la réflexion. 
«La vérité, c'est qu'on regarde le marché, et il y a peu de joueurs disponibles qui peuvent cadrer avec nos besoins. Ce n'est un secret pour personne, nous recherchons un bon joueur de centre. Mais comme tout le monde bat tout le monde, ça fait en sorte que plusieurs équipes vont s'essayer. Ce que ça provoque, c'est moins de joueurs dans la vitrine», explique Mondou. 
Si les Cataractes bougent pour s'améliorer, ce sera vraisemblablement à l'attaque. Chose certaine, Mondou n'a aucun intérêt pour du renfort dans le filet. De façon claire et nette, il tue la rumeur voulant qu'il s'intéresse à Callum Booth, portier des Remparts de Québec. 
«Tu peux l'écrire en grosses lettres, il n'y a aucune chance que j'obtienne Booth. Je m'en vais à la guerre avec Denisov. Il a gagné notre confiance depuis le début de la saison. Pour le reste, on continue d'analyser notre club, et les différentes possibilités sur le marché.»
Pour le reste, Mondou est plus mystérieux qu'à l'habitude. L'objectif de la concession depuis quatre ans est de soulever la coupe du Président au printemps 2017. Tient-il toujours? «Je pourrai répondre à cette question à la fin de la période des transactions, pas avant. Nous prendrons les meilleures décisions possibles dans l'intérêt de l'équipe», lance Mondou. Ce dernier ne veut même pas promettre qu'il ne sera pas vendeur au cours du prochain mois!
La perte de Beauvillier fait mal
La prudence du directeur-gérant est directement reliée à deux absents dans son camp. La perte d'Anthony Beauvillier fait très mal, et pas juste pour les points qu'il place au tableau. 
«C'est le meilleur joueur de la ligue, notre capitaine, notre leader incontesté. L'équipe a fait du bon boulot depuis son départ mais on ne peut pas dire qu'il ne nous manque pas», fait observer Mondou, qui a arrêté de croire à un cadeau du père Noël dans son cas. 
«J'ai parlé aux Islanders il y a quelque temps, ils n'ont pas l'intention d'envoyer Anthony au Championnat du monde junior. Ils ont répété les mêmes paroles aux dirigeants d'Équipe Canada junior la semaine dernière. C'est sûr que dans ces conditions, j'ai mis une croix un peu sur son retour.»
Mondou continue pourtant de croire que son équipe pourrait bien servir Beauvillier dans son développement.
«J'ai vu la grande majorité de ses matchs, c'est vrai qu'il se débrouille très bien. Si les Islanders le font jouer, c'est correct. Mais s'il ne joue pas, il serait mieux chez nous, je pense», lance Mondou à propos du jeune homme de 19 ans, laissé de côté lors des deux derniers matchs des Islanders. 
Beauvillier a regardé le quart des matchs de son équipe de la galerie de presse jusqu'ici.
L'autre absent, c'est le colosse Gabriel Gagné. Mondou a toujours répété que l'espoir des Sénateurs avait besoin d'une dernière saison junior avant de s'attaquer avec succès aux rangs professionnels. Gagné a amassé sept points en 14 matchs dans la East Coast League, et il vient d'être rappelé par les Senators de Binghampton dans la Ligue américaine. 
«J'ai parlé aux Sénateurs, ils m'ont dit être très heureux de son développement dans la East Coast League. Ils l'ont mis sous contrat, ce sont eux qui contrôlent sa destinée. J'ai les mains liées dans ce dossier», soupire Mondou. 
Sans Beauvillier ni Gagné, l'échiquier offensif de Claude Bouchard aura besoin de renfort si les Cataractes souhaitent toujours danser tardivement ce printemps. Or Mondou a dépensé sans compter la saison dernière, il a pas mal moins de munition à sa disposition. Voilà certainement pourquoi il hésite en ce moment sur le plan de match à adopter...
En hausse: Drakkar de Baie-Comeau
Cette équipe commence déjà à amasser les fruits des méthodes de développement de Martin Bernard. Le Drakkar est invaincu à ses quatre dernières sorties, s'offrant notamment des victoires face à l'Armada et aux Saguenéens. Soudainement, le Drakkar postule pour une place en séries.
En baisse: Phoenix de Sherbrooke
La blessure à Evan Fitzpatrick expose des carences défensives importantes chez le Phoenix. Cette équipe a concédé au moins quatre buts à ses huit derniers matchs.
Pas surprenant, dans ces conditions, que le Phoenix n'ait gagné que deux de ses 10 derniers affrontements.
Le Phoenix devra trouver des solutions rapidement, car les hommes de Stéphane Julien se retrouve en 17e place du classement général, un rang qui ne permet pas d'être invité à la grande danse du printemps.