Mikhail Denisov a rapidement dissipé les doutes à son endroit. Ses statistiques font de lui un des meilleurs gardiens de la LHJMQ et il ne faudrait pas s'étonner de le voir parmi les candidats au trophée Michel-Brière, remis au joueur par excellence.

Denisov sur les traces de Chouinard?

CHRONIQUE / Le dernier droit de la saison est enclenché. Dans trois semaines, la grande valse du printemps va s'installer, et balaiera d'un coup les huit derniers mois.
D'ici là, les hommes de hockey des 18 marchés de la LHJMQ seront appelés à se prononcer sur l'identité de ceux qui ont marqué positivement cette campagne 2016-2017. En attendant leur verdict, Le Nouvelliste vous propose humblement ses candidats pour les principaux trophées à l'enjeu.
Trophée Michel-Brière
Joueur le plus efficace
Mikhail Denisov
Cataractes de Shawinigan
Tyler Boland et Vitali Abramov seront peut-être un choix plus populaire, parce qu'ils dominent la colonne des pointeurs. Pourtant, Mikhail Denisov n'a rien à leur envier côté efficacité, et il joue un rôle encore plus important dans les succès des Cataractes.
Denisov affiche le meilleur pourcentage d'efficacité du plateau et la meilleure moyenne de buts accordés chez les gardiens titulaires. Il est aussi l'un des hommes masqués les plus utilisés et il se démarque par sa constance.
L'histoire joue toutefois contre le Russe de 18 ans, les gardiens n'ont pas souvent la cote pour ce trophée. Le dernier gars aux grosses jambières à l'avoir caressé est Nicola Riopel, en 2009. Dix ans plus tôt, Mathieu Chouinard avait mérité le même honneur.
Thomas Chabot
Trophée Émile «Butch» Bouchard
Meilleur défenseur
Thomas Chabot
Sea Dogs de Saint-John
Il a amorcé l'année dans la LNH, il a brillé au Championnat du monde et il est la pièce maîtresse des Sea Dogs de Saint-John. Pour toutes ces raisons, Thomas Chabot mérite de succéder à Samuel Girard.
Ce dernier a connu lui aussi une excellente saison, mais il a baissé de régime durant l'hiver et n'a pas encore complètement réussi à retrouver l'aplomb qui caractérisait son jeu impérial l'automne dernier.
Chabot par un nez devant la Tornade de Roberval... pour l'instant.
Les deux auront peut-être la chance de régler leurs comptes en séries. L'an dernier, en demi-finale, Girard avait eu le dessus sur le choix de première ronde des Sénateurs.
Claude Bouchard
Trophée Ron-Lapointe
Entraîneur-chef de l'année
Claude Bouchard
Cataractes de Shawinigan
Son club bataille toujours pour la première place au classement général sans Anthony Beauvillier et Gabriel Gagné, et avec une seule addition lors de la dernière période des transactions. Le talon d'Achille des Cataractes devait se situer entre les poteaux, il a pourtant érigé la défensive la plus pingre de toute la ligue!
Impossible de passer à côté de la candidature de Claude Bouchard. Il a confondu tous les sceptiques. Derrière lui, Marc-André Dumont et Mario Pouliot méritent d'être considérés.
Au sein de la puissante division des Maritimes, les Screaming Eagles et le Titan rivalisent sans reculer malgré des effectifs moins puissants que ceux des Sea Dogs et des Islanders.
Yanick Jean
Trophée Maurice-Filion
Directeur général de l'année
Yanick Jean
Saguenéens de Chicoutimi
À partir du moment où les Saguenéens ont décidé de foncer, Yanick Jean a fait un boulot colossal pour améliorer son équipe sans pour autant détruire l'avenir à moyen terme de son équipe.
Ajoutés aux Nicolas Roy, Frédéric Allard et Joey Billia, Joey Ratelle, Olivier Galipeau et les jumeaux Klima font des Saguenéens une équipe redoutable. Il a aussi réussi à attirer German Rubstov à Chicoutimi, un dossier pas évident à piloter. Parlez-en à Martin Mondou, les Russes ne sont jamais faciles à sortir de leur pays.
Bref, Jean a donné les munitions à son pilote (!) pour lui permettre de fabriquer un printemps excitant aux partisans de l'équipe, abonnés au pain noir depuis 2013.
Nico Hischier
Recrue de l'année
Nico Hischier
Mooseheads d'Halifax
Un choix évident. La jeune sensation des Mooseheads va vraisemblablement sortir du gala des Rondelles d'Or avec deux titres, ajoutant celui du meilleur espoir professionnel dans ses bagages.
Nico Hischier est un digne successeur de Nikolaj Ehlers chez les Mooseheads. Il sera d'ailleurs réclamé plus rapidement que le Danois, puisqu'il est actuellement présenté comme un candidat logique pour percer le top-5 au prochain repêchage de la LNH.
Il sera par ailleurs intéressant de voir si Zachary Bouthillier atteindra le standard pour être éligible au titre de recrue défensive, lui qui n'a pas perdu un seul match en temps réglementaire cette saison.
Derrière Mikhail Denisov, Bouthillier n'obtient pas la publicité qu'il mérite. À une époque où les gardiens de qualité se font plus rares, les Cataractes, eux, sont en voiture entre les poteaux! Bouthillier doit obtenir quatre départs d'ici la fin de la saison pour se rendre éligible au trophée.
Les Wildcats de Moncton ont gagné un match complètement fou ce week-end à Sherbrooke.
Tessier délivre les Wildcats
Le record de médiocrité des Dynamos de 27 défaites d'affilée, qui date de 1975-76, va tenir encore un bout. Les Wildcats de Moncton ont arrêté le compteur à 25 à Sherbrooke ce week-end en gagnant un match complètement fou.
Les Wildcats menaient ce duel 4-2 avec moins de deux minutes à écouler quand le Phoenix a créé l'égalité avec deux filets inscrits en 33 secondes. Les deux clubs se dirigeaient alors vers la prolongation quand Julien Tessier a délivré son club, à l'aide de son huitième but de la saison, alors qu'il restait 19 secondes à égrainer au cadran.
Pour Tessier, cette séquence couronnait une soirée de rêve, ponctuée de deux buts et deux passes. Depuis son arrivée à Moncton lors de la dernière période de transaction, l'ex-Estacades revendique maintenant un excellent dossier de 21 points en 25 matchs.