Claude Bouchard

Claude Bouchard célèbre sa première année à la barre des Cataractes

Il y a un an, Claude Bouchard recevait le coup de fil qu'il attendait depuis une décennie. À quatre heures de route de son domicile familial, il y avait un directeur-gérant prêt à lui confier les guides d'une équipe à maturité qui sous-performait depuis un mois.
Martin Mondou jouait sa crédibilité en décidant de congédier Martin Bernard afin de le remplacer par ce vieux loup de mer. Bernard était bien coté dans le milieu, et il avait fait beaucoup progresser ce noyau de jeunes, soudainement moins affamé après une période de transactions un peu folle. Virer un entraîneur est une chose, mais choisir un gars qui avait connu ses heures de gloire à une autre époque comme lanceur de relève avait fait jaser un peu partout dans la LHJMQ.
Un peu plus de 365 jours plus tard, personne ne peut plus rigoler du choix de Mondou. Non seulement l'équipe a atteint la grande finale l'an dernier, mais elle se bat aujourd'hui pour la tête du classement général même si elle a eu la mauvaise surprise de perdre prématurément son leader incontesté, Anthony Beauvillier. Bouchard continue à tenir les guides serrées, et il a réussi à changer l'ADN de l'équipe en quelques mois seulement. Désormais, c'est par la défense que les Cataractes font mal paraître leurs rivaux...
«C'est vrai que les résultats sont pas si pires!», sourit Bouchard. «Ce fut une année un peu folle. Tout va tellement vite. Mais j'ai énormément de plaisir.»
Bouchard est mieux placé que quiconque pour savoir que diriger dans la LHJMQ est un privilège. Il y a 18 jobs, pour des centaines d'entraîneurs. Beaucoup sont qualifiés. Pour plusieurs, l'appel ne viendra jamais. 
«En plus, je suis très chanceux de travailler ici. C'est toute une ville de hockey, Shawinigan! On ne joue jamais devant des foules en bas de 3000 personnes. Quand tu compares ça à bien des marchés, c'est assez incroyable. Mes amis à travers la ligue m'en parlent souvent, ils n'en reviennent pas à quel point notre équipe attire. C'est un marché exigeant, les gens en veulent toujours plus. Et dans mon cas, je suis très à l'aise là-dedans, c'est quelque chose qui me stimule.»
Depuis son arrivée, Bouchard a compilé une fiche de 44 victoires et 22 défaites en saison régulière. Il tentera d'engraisser cette fiche samedi après-midi, avec la visite des Voltigeurs de Drummondville. Ces derniers traversent actuellement une séquence de misère, avec neuf défaites d'affilée avant leur duel de vendredi soir face aux Remparts de Québec. 
Les équipiers de Dominique Ducharme vont vraisemblablement lutter jusqu'à la fin pour se faufiler en séries. Du côté des Cataractes, ils viseront une quatrième victoire de suite.