Yves Lévesque a grandement aidé à relancer le Grand Prix de Trois-Rivières en 2004. Il y a même participé à quelques occasions, dont l’été dernier, lors de son pari amical avec l’humoriste Michel Barrette, en Coupe Nissan Micra.

Lévesque, le fan de sports

Trois-Rivières — Yves Lévesque a souvent répété l’importance d’investir dans le tourisme sportif ainsi que dans les infrastructures s’y rattachant. Durant son mandat à la ville de Trois-Rivières, des organisations comme les Aigles et le Grand Prix auront su profiter de cette vision.

C’est sans compter le projet du nouveau Colisée, présentement en construction au District 55. Il y a fort à parier qu’un jour, une équipe de hockey d’une ligue majeure évoluera dans cette enceinte de quelque 4400 places.

Le projet de retour du baseball professionnel au Stade Fernand-Bédard [devenu depuis le Stade Stéréo Plus] est un bon exemple de l’héritage laissé par Yves Lévesque. Dans la foulée des célébrations entourant le 375e anniversaire de la ville en 2009, le conseil municipal avait accepté d’injecter plusieurs millions dans des rénovations majeures afin de remettre le stade au goût du jour.

Non seulement ces investissements ont-ils permis de sauver la bâtisse, elle abrite aujourd’hui les Aigles de la Ligue Can-Am. Le stade est utilisé presque tous les jours durant la saison estivale.

«Monsieur Lévesque a été l’un des membres parmi les plus importants de l’équipe à ses débuts», assure le président des Aigles Marc-André Bergeron.

«C’est irréaliste de concevoir la présence d’une équipe professionnelle de baseball dans notre ville sans l’appui du maire Lévesque. Quand les gens embarquent, ça donne des résultats. On perd un politicien très dynamique et visionnaire. Le fait qu’il ait encouragé notre projet nous a permis d’aller chercher de précieux partenaires, qui sont encore avec nous en 2018.»

Les Aigles entreprendront, en 2019, leur septième campagne dans la Ligue Can-Am. Or, leur existence dépend en grande partie d’une entente avec la Ville de Trois-Rivières pour utiliser le stade. C’est sans compter les subventions que l’équipe reçoit.

Amateur de courses

Si son bilan de conducteur nous rappelle qu’il a le pied pesant - il a reçu plusieurs contraventions pour excès de vitesse -, Yves Lévesque est aussi un amateur de courses automobiles... en circuit fermé. Lors de la relance du Grand Prix de Trois-Rivières en 2004, le premier magistrat a été une figure importante pour convaincre les séries américaines de revenir en Mauricie.

Le président du GP3R, Joël St-Pierre, avait louangé Lévesque dans une entrevue avec Le Nouvelliste, en août dernier, dans le cadre de la 49e édition.

«Après une année difficile en 2004, je voulais simplement remettre la machine en place pour qu’on puisse avoir un Grand Prix en santé. Le maire m’a convaincu de rester en quelque sorte et c’est grâce à lui, en partie, que nous avons été en mesure d’obtenir des subventions du gouvernement du Québec», rappelait St-Pierre, qui a toujours identifié le maire comme un joueur majeur dans les différentes négociations liées à l’événement, l’un des plus importants sur le plan touristique pour la région.

Le directeur général Dominic Fugère a recensé quelques moments marquants vécus avec le maire depuis qu’il a accédé au poste de direction du GP, à l’automne 2011.

Il se souvient notamment de sa présence au Texas, alors que les dirigeants du GP3R tentaient d’attirer la série NASCAR Nationwide à Trois-Rivières, à la fin de l’association avec Montréal. Lévesque avait aussi rencontré Henry Ford à Detroit, en compagnie de Fugère, pour essayer de convaincre ce dernier d’investir dans le rallycross et le festival automobile trifluvien.

En 2014, Yves Lévesque a été un acteur impliqué de près dans le dossier du Championnat mondial de rallycross. Le rallycross sera de retour en 2019, pour une sixième année. «Sa force, c’est de voir le potentiel des réalisations, constate Fugère. Avec le rallycross, Yves a compris qu’on pouvait mettre Trois-Rivières dans la même phrase que Barcelone, Istanbul et Austin au Texas. Il est bon pour spotter les occasions.»