La défensive des Aigles, menée par Sam Dexter, a de nouveau été alerte jeudi soir.

L’été de Sam Dexter

TROIS-RIVIÈRES — Blanchis l’an passé après une saison de misère, les Aigles ont fourni trois joueurs à l’équipe d’étoiles de l’été 2018 dans la Ligue Can-Am. Sam Dexter (joueur défensif par excellence), Taylor Brennan (troisième-but) et Javier Herrera (voltigeur) ont tous été retenus parmi le groupe sélect des meilleurs joueurs du circuit.

Si Brennan est le plus connu des trois, Dexter est sans nul doute la révélation de l’année en défensive. Non seulement le jeune homme de 24 ans a-t-il démontré des nerfs d’acier à la position névralgique de l’arrêt-court, il a été, aux yeux de son gérant T.J. Stanton, un quart-arrière pour les Aigles, de par son leadership.

Dexter, un joueur au statut LS-1, a enchaîné les bijoux défensifs avec l’aisance d’un vétéran. Instinctif, il était toujours en mesure de décoder où la balle se rendrait si elle se destinait de son côté du terrain. Il a formé un duo d’enfer avec le Québécois David Glaude, le deuxième-but des Aigles. Un jeune tandem, mais ô combien efficace!

«Vous me l’apprenez, c’est tout un honneur», a réagi Dexter, quand Le Nouvelliste lui a appris, entre les deux matchs de jeudi, qu’il était l’heureux élu parmi tous les joueurs en défensive. Des membres de chacune des six organisations du circuit ont participé au vote.

Avant le programme double de jeudi, il n’avait commis que sept erreurs en plus de 630 manches. Pour un inter, c’est la fiabilité incarnée, à l’image de l’une de ses idoles des Yankees de New York, Derek Jeter. Originaire du Maine, l’influence de ses parents, des New-Yorkais, a fait de lui un fier partisan des Bombardiers du Bronx... dans une mer de fans des Red Sox!

«J’ai toujours aimé le jeu de Jeter, mais encore plus de Jorge Posada, car j’étais receveur au début. C’est à l’école secondaire que je suis devenu un arrêt-court, un peu par la force des choses, car mon équipe misait déjà sur un receveur. J’ai dû m’adapter à une nouvelle position.»

Dexter communique constamment avec ses coéquipiers sur le terrain. Il n’hésite pas à leur envoyer des signaux et à établir les stratégies défensives en fonction du frappeur qui se présente à la plaque. Il se trompe rarement. Ses relais, ce sont des clés en main.

«J’essaie juste de garder les choses simples, je ne regarde pas le match de la veille et je ne me projette pas dans le futur non plus. On a réussi à se forger une belle confiance ensemble», souligne Dexter, qui sourit quand on lui mentionne que Stanton le décrit comme le quart-arrière de l’équipe.

«J’ai joué au football durant mon adolescence, mon père est entraîneur de foot!»

Quant au terrain au Stade Stéréo Plus, réputé comme le pire de toute la ligue, le numéro 7 ne s’en formalise pas.

C’est d’ailleurs ce qui rend son jeu aussi impressionnant. «J’ai joué sur des terrains pas mal moins beaux que celui-là dans le Maine!»

Les honneurs d’équipe dévoilés jeudi soir
En ce qui a trait aux honneurs individuels au sein de l’équipe, Taylor Brennan (joueur par excellence), David Glaude (joueur le plus impliqué dans la communauté et recrue de l’année) et Kevin McNorton (lanceur par excellence) ont tous été nommés.