Le gardien Mathieu Bellemare n’a pas grand chose à se reprocher devant son filet, même qu’il en a eu plein les bras à certains moments, comme l’illustre cette séquence.

L’étau se resserre sur les Cataractes

Shawinigan — Incapables d’acheter une victoire depuis un mois, l’étau se resserre sur les Cataractes. Dimanche au Centre Gervais Auto, les équipiers de Daniel Renaud ont subi un dixième revers d’affilée, s’inclinant cette fois 5-0 devant les Remparts de Québec.

Contrairement à leurs hôtes, tout sourit présentement aux hommes de Philippe Boucher, qui ont été extrêmement opportunistes pour signer un 36e gain cette saison. Même si les Cataractes dominaient 23-17 dans la colonne des tirs au but après 40 minutes, ils tiraient de l’arrière 4-0! 

Un tir dévié par Pierrick Dubé, un superbe lancer de Matthew Boucher en avantage numérique et un revirement de Vasily Glotov et hop, c’était 3-0 après 20 minutes. S’il n’a rien à se reprocher sur ces filets, le gardien Mathieu Bellemare a moins bien paru sur celui de Pascal Laberge qui a gonflé l’avance à 4-0 en deuxième.

Les Cataractes ont eu leurs chances de répliquer à l’autre bout de la patinoire, bousillant un joyeux paquet de chances. Derek Baribeau a été solide, mais en toute franchise, sur les chances les plus menaçantes, les tirs n’ont pas été cadrés. Si les intentions des Cataractes étaient bonnes, l’exécution n’était tout simplement pas au rendez-vous.

En troisième, les Shawiniganais n’ont pas abandonné. Ils menaçaient en zone ennemie dans les premières minutes, jusqu’au cinquième et dernier filet de la soirée, l’œuvre de Benjamin Gagné en milieu d’engagement. Le débat s’est clôturé à ce moment.

«On a eu des chances, c’est vrai. Mais dans notre situation, il fallait en donner plus que ça», bougonnait Simon Benoît. «Faut garder espoir. Sept points en cinq matchs, c’est possible. Pas question d’abandonner.»

Daniel Renaud était lui aussi positif, même si les défaites s’empilent. «On a 32 tirs au but, l’effort était définitivement là. On a eu des chances. On a du mal à acheter des buts par les temps qui courent, c’est peut-être devenu mental. Faut dire aussi que Baribeau a été très solide. Du banc, il était très gros devant son filet. J’imagine qu’il était encore plus gros pour les joueurs sur la glace.»

Renaud, qui a complimenté Leon Denny et Gabriel Denis pour leur jeu physique et qui a relevé la vitesse de William Cumings, rappelé des rangs midgets AAA, n’a pas l’intention de ruminer cette sortie bien longtemps. «Sept points à récupérer, c’est une montagne. Dans les faits, on va s’attarder aux deux points disponibles mercredi. On va s’assurer de connaître une bonne journée demain, puis on va travailler fort à la pratique mardi. Il faut arriver prêt pour le prochain match.»

Dans l’autre camp, Philippe Boucher était content de voir que ses joueurs n’étaient pas tombés dans le piège de prendre les Cataractes à la légère. «C’était un gros match vendredi pour nous face à l’Armada, j’ai donc aimé notre réaction aujourd’hui. Les Cataractes ont bien joué, Baribeau a connu son meilleur match depuis fort longtemps pour nous. À l’autre bout, on a montré une certaine touche offensive pour profiter de nos chances.»

Boucher sympathise évidemment avec Renaud. Pendant que son équipe se bat pour l’avantage de la glace, celui de son chum devrait être l’un des deux exclus des séries. «Je l’ai vécu avec Daniel l’année qui a suivi la Coupe Memorial, ce ne sont pas des moments évidents. La différence pour nous, c’est qu’on avait eu la chance de pouvoir compter sur tous nos gars avant les Fêtes, alors on avait pu mettre en banque des points. Daniel n’a pas à questionner ses méthodes, les Cataractes vendent chèrement leur peau. Martin (Mondou) sait comment faire tourner la roue dans le junior, je suis convaincu qu’il va lui trouver des jeunes avec du bon potentiel pour la prochaine saison.»

Dans cette défaite, près de 3700 personnes ont franchi les tourniquets du Centre Gervais Auto, ce qui a permis aux Cataractes de dépasser le cap des 100 000 spectateurs.

La Comète honorée

Dans le cadre de leur 50e anniversaire, les Cataractes ont honoré Denise Gagnon avant le match. La Comète a présidé le Fan Club pendant 28 ans et reste une farouche partisane de son équipe junior. Elle a reçu son banc en cadeau des mains de Hunter Lahache, l’un de ses préférés parmi tous les joueurs qu’elle a traités aux petits oignons, ainsi que du directeur-gérant Martin Mondou.