Les Estacades ont rendez-vous avec les champions du calendrier régulier, l'école secondaire Saint-Stanislas de Saint-Jérôme.

Les yeux sur la finale

Trois-Rivières — Les entraîneurs le rappellent souvent à leurs troupes: jouer au football en novembre, au Québec, est un privilège accordé à quelques équipes. Plus on se rapproche du Bol d’or, plus l’enjeu est élevé. C’est dans cet état d’esprit que les Estacades et le Vert et Or entreprendront leur match de demi-finale chez les juvéniles, alors que les deux équipes de la région seront en déplacement.

Le Vert et Or lancera les hostilités en visitant les Scorpions de l’école Armand-Corbeil, à Terrebonne. Ce sont eux qui ont mis fin à leur saison dans les dernières années: défaite en demi-finale en 2016, avant le revers au Bol d’or subi il y a un an. «Il va y avoir de l’émotion. C’est une saine rivalité, on les a affrontés neuf fois en quatre années et là, ce sera la troisième fois de la saison», observe l’entraîneur Hugo Gélinas, qui se doute bien que les entraîneurs dans l’autre camp ont préparé leurs joueurs en conséquence. «Ils nous respectent et savent très bien qu’on va sortir affamés. Nos jeunes sont au courant qu’il y a eu des défaites crève-cœur contre eux dans un passé récent.»

Le Vert et Or a sauvé sa peau il y a une semaine, au Stade Gilles-Doucet, en l’emportant 15-14 sur le Collège Laval. Les visiteurs menaient 14-9 en fin de partie, quand Marc-Antoine Harel a décampé sur 61 verges jusque dans la zone des buts. Le centre-arrière, qui évoluait comme porteur de ballon en remplacement de William Abran, blessé au premier quart, a pris les choses en main de brillante façon. «Il a brisé deux ou trois plaqués avant de filer jusqu’à l’autre bout du terrain pour nous donner la victoire! On était favoris pour gagner, ça aurait été décevant de perdre. Maintenant, on va tenter de poursuivre notre route jusqu’à la finale.»

Le Vert et Or devra renverser la polyvalente Armand-Corbeil pour accéder à la finale.

Les Estacades en action samedi

Dans l’est de Trois-Rivières, les Estacades ont aussi poussé fort à l’entraînement cette semaine, dans le but de causer une surprise contre les champions de la saison, l’école secondaire Saint-Stanislas, à Saint-Jérôme. L’enthousiasme règne dans l’entourage de l’équipe dirigée par Pierre De Jean, qui vise une première finale provinciale chez les juvéniles depuis 2012.

La semaine dernière, ils ont pris la mesure du Collège de Lévis 21-18, alors qu’ils menaient 21-3 à la demie. «Un petit relâchement en deuxième demie, entre autres à cause de l’indiscipline», notait l’entraîneur-chef, pas du tout inquiété pour la suite.

«On a tellement progressé plus la saison avançait! Par contre, c’est vrai qu’on a senti de la fatigue au troisième et au quatrième quart. Je pense que c’était une petite mise en garde pour tout le groupe. Samedi après-midi à Saint-Jérôme, on devra s’assurer d’offrir une meilleure performance pendant les quatre quarts.»

Le 20 octobre, l’école Saint-Stanislas avait eu le dessus 26-0 sur les Estacades. Il manquait cependant 11 joueurs à Pierre De Jean, dont 9 vétérans! Le scénario pourrait donc être différent samedi. Les Patriotes ont obtenu un laissez-passer pour le premier week-end éliminatoire. Ils seront donc frais et dispos. Ça n’intimide pas Pierre De Jean. Au contraire! «Je déteste avoir des laissez-passer! Personnellement, je trouve que ça sort les gars de la routine. Le seul avantage, c’est sur le plan physique. Par expérience, je préfère qu’on joue toutes les fins de semaine.»

Si jamais le Vert et Or et les Estacades devaient causer la surprise, ils se retrouveraient en finale, le 17 novembre au Complexe sportif Claude-Robillard de Montréal.