Les sports en bref

Draveurs: «L'intensité y était»
Victoire ou défaite, tous les entraîneurs s'attardent d'abord et avant tout au processus dans les matchs préparatoires. Voilà pourquoi Alain Côté n'était pas malheureux, même si ses Draveurs ont perdu à leur première sortie samedi au Colisée.
Les Draveurs ont cadré plus de 50 tirs sur le filet adverse, mais ils ont quand même plié l'échine 5-3 devant les Marquis de Jonquière. 
«Il nous manquait plusieurs éléments-clés. Qu'on le veuille ou non, ce n'est pas la même qualité de finition. On a manqué d'opportunisme mais pour le reste, difficile d'être déçu. On veut changer un peu notre identité, être reconnus pour notre intensité. On a vu ça samedi», soulignait le pilote, qui était privé de Nicolas Dumoulin, Frédéric Saint-Denis, Michael Novosad et Jonathan Bellemare. 
«Quand tu joues sans tes trois premiers défenseurs, ça enlève certaines options. En plus, avec cette température estivale, la glace était mauvaise sans bon sens. Mais bon, rien de tout ça ne cause de dommage. Ce match était là d'abord et avant tout pour chasser la rouille et il a rempli son mandat.»
Côté s'estimait par ailleurs satisfait du boulot accompli par Marco Cousineau et Marc-Antoine Gélinas, qui ont partagé le filet. «Deux buts ont été accordés sur le jeu de puissance, deux autres sur des tirs déviés. Ce premier match est rassurant aussi de ce côté.» STEVE TURCOTTE
Une victoire pour Renaud-Roy
La judoka Alix Renaud-Roy a entrepris sa tournée européenne avec une victoire et deux défaites, le week-end dernier à l'Open de Belgrade, en Serbie.
La protégée du club Seikidokan de Trois-Rivières était en compétition chez les moins de 70 kg. Après une victoire par waza-ari sur la Serbe Ivana Jandric, la jeune femme a essuyé deux défaites par ippon contre une Suisse et une Française. Au final, l'athlète de Saint-Roch-des-Aulnaies a conclu au septième rang de sa catégorie.
«J'ai fait des erreurs dans mes deux derniers combats. Je me suis fait marquer waza-ari et après je me suis fait prendre au sol, d'où l'ippon. Le seul point positif, c'est que mon genou opéré en décembre, à cause d'un ligament croisé antérieur déchiré, a tenu la route», a conclu Renaud-Roy. LOUIS-SIMON GAUTHIER