Entraîneur, préparateur de véhicules, distributeur de radiateurs et, bien sûr, pilote: Jean-François Dumoulin cumulera plusieurs tâches encore cet été. Le vétéran espère ajouter une première victoire en carrière en NASCAR Pinty’s.

Les quatre chapeaux de J.-F. Dumoulin

TROIS-RIVIÈRES — N’allez pas croire que Jean-François Dumoulin se tournera les pouces cette saison. Le fait qu’il ne soit inscrit qu’à quatre épreuves sur 13 du Championnat canadien NASCAR Pinty’s, qui s’ouvrira les 18 et 19 mai à Bowmanville en Ontario, ne fait pas de lui un pilote en semi-retraite, au contraire!

Entraîneur, préparateur de véhicules et distributeur de radiateurs Spectra Premium, l’un de ses plus importants partenaires: toutes ces fonctions s’ajouteront à son rôle administratif au sein de Dumoulin Compétition. Ses engagements l’amèneront aux quatre coins de l’Amérique, mais aussi en Europe.

De tous ces chapeaux qu’il porte, le Trifluvien admet d’emblée que celui qui le motive encore le plus demeure celui du pilote de course. Il n’y peut rien, c’est plus fort que lui. Rien n’égale l’adrénaline qu’il ressent en piste. «C’est certain que j’aurais aimé en faire plus que quatre», dit-il, en parlant de son horaire de courses pour 2019. «Mais d’un autre côté, on a la chance de poursuivre le développement de l’équipe, d’étendre nos horizons. Je trouve ça stimulant.»


« On a la chance de poursuivre le développement de l’équipe, d’étendre nos horizons. Je trouve ça stimulant. »
Jean-François Dumoulin

Après l’expérience concluante ayant attiré le pilote français Frédéric Gabillon au GP3R l’an dernier, les Dumoulin confieront un volant au prometteur Raphaël Lessard, le 29 juin à l’Autodrome Chaudière.

«J’ai parlé à beaucoup de gens cet hiver, surtout à des pilotes de la relève. Ce sont de gros montants d’argent, ce n’est pas évident pour la plupart d’entre eux, mais au moins, il y a des discussions. Raphaël, c’est un des plus beaux espoirs du stock-car au Québec, on va travailler fort pour lui fournir une bonne voiture. Il avait impressionné en Sportsman l’année passée à Trois-Rivières.»

Lessard pilotera d’ailleurs la voiture 04 appartenant à Jean-François Dumoulin, le 29 juin à Vallée-Jonction. Sinon, Dumoulin mentionne avoir eu des pourparlers avec le Trifluvien d’adoption Kevin King, qui roule sa bosse en Coupe Nissan Micra depuis quelques années en accumulant les succès. Chaque saison, il figure parmi les pilotes de tête de cette série monotype.

«Kevin est super bon, on a beaucoup d’affinités avec lui, notamment grâce à PSL Karting, qui sont des gens assez proches de nous. Sauf que ça revient toujours à la question de l’argent. J’espère pouvoir louer ma voiture pour d’autres courses. Nous sommes en discussion avec un Québécois d’expérience en ce moment, on verra ce que ça donne.» Non, il ne s’agit pas de Jacques Villeneuve, dont la présence au 50e GP3R serait des plus appréciées! «Jacques, il coûte un peu plus cher à faire rouler», sourit Dumoulin.

Dans la série NASCAR Pinty’s, le nom de Scott Steckly revient le plus souvent quand on pense à un préparateur de véhicules. Celui-ci compte parmi ses clients Alex Tagliani, Marc-Antoine Camirand et Donald Theetge. «Ça fait longtemps qu’il fait ça et en termes d’investissements, c’est énorme. Chez nous, dans nos garages à Yamachiche, il y a deux gars qui travaillent à temps plein. Scott, c’est une plus grosse équipe!»

Ceci dit, Dumoulin Compétition est aussi en croissance. On se rappellera que c’est en 2016 que l’écurie a pris le pari audacieux de préparer ses voitures. Trois ans seulement après cette initiative, Louis-Philippe remportait le championnat canadien, son deuxième en carrière. Il vise un troisième titre cet été.

Pendant que son petit frère bataillera fort en piste lors des 13 épreuves prévues au calendrier, Jean-François veillera au bon fonctionnement des opérations administratives. Ses engagements avec Spectra Premium, en tant que distributeur de leurs radiateurs, prendront également de l’ampleur. «Leur gamme de produits comprend maintenant d’autres radiateurs pour différentes séries de stock-cars, pas seulement pour le NASCAR. Nous allons tenter d’en vendre pour d’autres séries, essayer de promouvoir les produits. C’est une belle fenêtre d’opportunités pour Dumoulin Compétition.»

Quinze ans de coaching

En parallèle de ses occupations en NASCAR, Dumoulin poursuit son implication en tant qu’entraîneur pour des pilotes de la série Ferrari Challenge, et ce depuis 2005. Six fins de semaine sont à l’horaire pour lui cet été, du Grand Prix du Canada à Montréal en passant par la Californie, le Texas, la Floride et Indianapolis.

Non, le grand frère ne manquera pas de boulot... Et s’il pouvait ajouter une première victoire en carrière en NASCAR, ce serait encore mieux! Après sa quatrième place au 49e GP3R et son podium acquis à Toronto quelques semaines auparavant, tous les espoirs sont encore permis.