La dernière fois où les Cataractes ont détenu autant de choix dans les deux premières rondes, ils avaient réalisé toute une récolte avec Brandon Gignac, James Phelan, Anthony Beauvillier et Nicholas Welsh.

Les projecteurs sur Mondou

CHRONIQUE / C’est jour d’assemblée générale annuelle chez les Cataractes mercredi. Le bilan des 12 derniers mois est à l’ordre du jour. Il y a eu quelques éléments de fierté, comme la graduation prématurée de Samuel Girard et le cap franchi des 100 000 spectateurs, une marque qui fait rêver bien des petits marchés. Il y a aussi eu la déception de rater les séries, un an après avoir été surpris en première ronde par les Foreurs.

Après cette journée, l’organisation entrera dans son 50e anniversaire de naissance, une année qui s’annonce festive à souhait.

Les activités s’amorcent avec le repêchage de la LHJMQ au début juin au Centre Gervais Auto, à l’occasion des Assises de la LHJMQ. Pendant une semaine, la région va recevoir les 18 équipes du plateau. C’est plus de 850 nuités qui sont en jeu! À part les hôteliers, le gars qui a le plus hâte à cette étape, c’est Martin Mondou.

Les derniers mois n’ont pas été faciles pour le directeur-gérant de la plus vieille franchise du circuit Courteau. Il a toujours cru que son équipe allait se faufiler en séries, malgré le virage jeunesse. La ligue était faible cette année, il était donc très optimiste après la dernière période des transactions. Soyons honnêtes: seize clubs sur 18 font les séries, faut être médiocre pour les rater! Son équipe n’a pas livré la marchandise.

Il a évidemment hâte de repartir la roue. Il se présente au repêchage devant ses partisans avec deux choix de premier tour, et trois de deuxième ronde. Si sa banque de choix reste figée, son dépisteur-chef Mario Carrière va notamment hériter des troisième et 11e sélections au total, deux valeurs très importantes pour une reconstruction.

Pour vous donner une idée, la dernière fois que les Cataractes ont eu accès à un troisième choix, ils avaient enrôlé un certain Samuel Girard! Bon, un gars comme la Tornade de Roberval, on voit ça aux dix ans au repêchage. Mais la cuvée 2018 n’est pas piquée des vers pour autant, ils auront accès certainement à un joueur d’impact.

Après ce troisième choix, il faudra surveiller attentivement Mondou. Il aime les projecteurs, il profite habituellement de ces séances de sélection pour réaliser des coups d’éclat. En ce samedi matin du 2 juin, il aura des vétérans dans la vitrine et ses choix de deuxième tour comme munitions pour améliorer son sort. S’il se trouve un partenaire de danse, je ne serais pas surpris s’il se dénichait un troisième choix de première ronde.

C’est une année de Coupe Memorial dans la LHJMQ. Avec deux équipes qui iront au grand bal de fin d’année, il y aura forcément plus d’acheteurs sur le parquet. En coulisses, on dit aussi que les Islanders de Charlottetown écoutent volontiers les offres pour leur quatrième choix au total. C’est un cadeau du ciel qu’ils ont obtenu de Val-d’Or, dans une transaction bouclée il y a plus de deux ans! Or, à part cette sélection, c’est assez mince merci dans les coffres des Islanders côté choix, ce qui les incite probablement à explorer la possibilité de reculer pour parler un peu plus souvent...

Voilà le tableau. Dans trois semaines, on va connaître l’identité des joueurs avec qui les Cataractes vont s’engager dans leur prochain cycle. Ils n’ont pas repêché en première ronde depuis 2015. Leur choix lors de cette année-là, Jocktan Chaîney, a lui aussi été sacrifié dans les deux années de haute performance de l’équipe. Il est plus que temps d’injecter du jeune talent dans la formation. En 2013, avec un bouquet de choix semblable à celui de cette année, le dépisteur-chef Alain Bissonnette avait réclamé Anthony Beauvillier, James Phelan, Brandon Gignac et Nicholas Welsh au cours des deux premières rondes. Si Mario Carrière fait le même genre d’épicerie le 2 juin, les Cataractes ne resteront pas longtemps dans le dernier tiers de la ligue!

LNAH: quelle passe sur la palette!

Ça ne s’invente pas!

Pendant que les Draveurs de Trois-Rivières sont sur le respirateur artificiel en attente de savoir si les élus municipaux vont accepter de sauver l’équipe, deux de leur ex-porte-couleurs ont été les grands artisans de la conquête de la coupe par les Éperviers de Sorel il y a quelques jours.

Le controversé Marco Cousineau a été nommé joueur le plus utile en séries, alors que Kevin Gadoury a terminé au sommet des marqueurs en séries. 

Le premier a été chassé du vestiaire trifluvien, puis offert en bonus à la date limite des transactions dans le troc Marc-André Huot/Marco Charpentier. 

Le second a été échangé avant la saison contre le retraité Jon Mirasty, qui a fait un grand total de trois présences sur la glace avant de retourner en Saskatchewan, d’où il n’est jamais revenu malgré les promesses de l’organisation. Quelle passe sur la palette à un adversaire, hein!

On peut parler en long et en large des déboires des Draveurs aux guichets. La nouvelle orientation de la LNAH a fait mal aux assistances, personne ne peut le nier. Vrai aussi que le marché est fort

contingenté côté hockey. Mais le principal problème de cette concession, c’est le spectacle sur la glace.

Ça fait des années que cette équipe se fait plumer sur le marché des transactions. Depuis deux ans, le rendement de l’équipe a été gravement affecté par cette série d’échanges loufoques. Ce n’est pas moi qui vais blâmer les amateurs de hockey d’avoir déserté le navire en ces temps de tempête. 

L’aspect le plus rassurant du plan d’Yves Tremblay, c’est qu’il compte offrir les guides du secteur hockey à Dean Lygitsakos. Ce dernier n’a pas que des admirateurs au sein de la ligue mais avec lui, l’équipe va arrêter de faire des cadeaux à ses rivaux. Voilà un premier pas important pour une organisation qui souhaite reconquérir son marché.

Martin et Elliot Mondou partagent la même passion.

L’art de se faire un prénom

Personne ne sera surpris d’apprendre qu’Elliot Mondou partage la même passion que son papa. À force de traîner à l’aréna, l’ex-entraîneur des gardiens Joël Duguay l’a formé pour être en mesure de faire le travail d’entraîneur vidéo, un poste qu’il occupe depuis maintenant quelques saisons.

Si cette première opportunité découle de ses liens familiaux, le jeune homme se débrouille assez bien merci pour se faire un prénom sur la planète LHJMQ. L’an dernier, il a été invité à travailler au match des meilleurs espoirs de la Ligue canadienne de hockey. Ces deux derniers printemps, après avoir été ignoré par Équipe 

Québec, il a bénévolement fait le travail pour la formation de Terre-Neuve au Challenge Gatorade. 

Sa besogne ne passe pas inaperçue. La preuve, les autorités du circuit l’ont recommandé au Titan d’Acadie-Bathurst, qui se cherchait un entraîneur vidéo pour le tournoi de la Coupe Memorial qui se met en branle vendredi prochain. Elliot a évidemment accepté l’invitation de se joindre à l’équipe de Sylvain Couturier pour une dizaine de jours. Une opportunité en or pour un jeune homme qui ne demande pas mieux que de se faire son propre chemin.