Les Patriotes ont joué avec le feu samedi, mais leur attaque leur a permis d'effacer un déficit de quatre buts pour l'emporter 7-6 en prolongation.

Les Patriotes se payent une frousse

Les Patriotes de l'UQTR avaient la chance de s'emparer du premier rang du classement général de la conférence des Sports universitaires de l'Ontario, samedi, face aux Lakers de Nippising. Ce qui s'apparentait à un match facile a bien failli se transformer en catastrophe. Les Trifluviens ont dû combler un retard de quatre buts afin de l'emporter 7-6 en fusillade.
Difficile de comprendre ce qui a bien pu se passer lors de ce début de rencontre. Après 14 minutes de jeu, les Lakers, qui participeront de peine et de misère aux séries éliminatoires, détenaient déjà une avance de 4-0 sur les Patriotes.
«Leurs quatre buts rapides nous ont gelés. C'était comme une douche froide», a avoué l'entraîneur Marc-Étienne Hubert après la rencontre.
Ses hommes pouvaient toutefois s'inspirer du scénario cauchemardesque qu'avaient vécu les Lakers la veille face aux Redmen de McGill. En avance 6-2 avec moins de 12 minutes à faire à la troisième période, les Ontariens ont plié l'échine 7-6 en prolongation.
«Nous avons marqué un but avant la fin du premier engagement qui nous a donné beaucoup d'énergie. Nous avons décidé d'y aller un filet à la fois. Nous voulions les ébranler avec le prochain but pour qu'ils pensent à ce qui venait d'arriver à McGill», a raconté le pilote.
La stratégie a fonctionné et l'UQTR est parvenue à égaler la marque en milieu de rencontre. Les Patriotes ont d'ailleurs décoché 23 lancers sur le pauvre Kirk Rafuse lors de ce deuxième vingt.
Les Lakers n'ont toutefois pas abandonné, si bien que les deux équipes se sont échangé les filets en route vers la fusillade. Les locaux ont finalement eu le dessus quand le tir de Yannick Dubé a touché le poteau avant d'entrer dans la cage de Rafuse. «Ce n'est pas le genre de match que les entraîneurs aiment, et ce, des deux côtés. On se grattait beaucoup la tête. Notre concept d'équipe est très fort. Que nous connaissions du succès ou des ratés, ça se fait toujours ensemble. Les gars ont fait preuve de beaucoup de caractère pour revenir de l'arrière», a souligné Hubert.
Malgré leur victoire, les Patriotes ont vu le premier rang leur échapper quand les Ravens de Carleton ont signé une victoire, leur 13e consécutive, quelques minutes après la conclusion de leur duel contre Nipissing. Tout n'est pas perdu, puisque les Patriotes auront l'avantage de la patinoire en deuxième ronde des séries s'ils devaient se mesurer à leurs éternels rivaux, les Redmen de McGill.
UOIT en première ronde
Les séries éliminatoires s'amorceront ce mercredi pour les Trifluviens, qui prendront la route d'Oshawa pour croiser le fer avec les Ridgebacks de l'Institut universitaire de technologie de l'Ontario (UOIT).
Cette saison, les Patriotes ont remporté leurs deux affrontements contre les Ontariens, en plus de montrer un différentiel de douze buts en leur faveur contre un seul.
Hubert s'attend à une série physique, puisque les équipes en étaient même venues aux coups lors de leur duel du 18 janvier. «Nous sommes confiants, mais nous sommes conscients que c'est une équipe physique et robuste, a-t-il analysé. Nous n'avons pas joué notre meilleur hockey dernièrement, mais nous avons eu plusieurs blessés. De plus, nous avons beaucoup de joueurs de première année. Il faut être en mesure de mettre les choses en perspective.»
La série disputée sous le format deux de trois se poursuivra samedi au Colisée de Trois-Rivières. Si un match ultime est nécessaire, il aura lieu dimanche, toujours dans le vétuste amphithéâtre de l'avenue Gilles-Villeneuve.