Gabriel Sylvestre ne pourra aider ses coéquipiers samedi soir.

Les Patriotes ont deux chances d’éliminer les Golden Gaels

TROIS-RIVIÈRES — Les Golden Gaels de l’Université Queen’s auront fort à faire s’ils veulent renverser les Patriotes. Depuis le début de la saison, les Trifluviens n’ont échappé que trois matchs à la maison, dont un en tirs de barrage.

En gagnant 3-1 mercredi à Kingston, les étudiants de l’UQTR ont pris une option sur leur série huitième de finale. Ils ne sont qu’à une victoire de passer au tour suivant, ce qui serait une première depuis 2017. «Depuis le retour de la période des fête, nos joueurs sont dédiés à la cause de l’équipe. Leur engagement est sans équivoque. Ils jouent bien et sont concentrés », dit le pilote Marc-Étienne Hubert.

Ils ne seront toutefois pas dans leurs pantoufles, samedi soir (19h), alors qu’ils délaisseront leur bon vieux Colisée pour la glace adjacente, l’aréna Claude-Mongrain, compétition régionale de patinage artistique oblige.

Ce manque de communication entre la Ville et l’organisation des Patriotes pourrait tout de même créer un avantage pour le club local. Le pavillon Claude-Mongrain ne compte que 750 places et les Patriotes ont confiance de le remplir. Ils incitent d’ailleurs les gens intéressés à se déplacer, samedi, à procéder à l’achat de leurs billets en ligne, via leur site web.

Les Goldent Gaels doivent tout de même s’amener à Trois-Rivières avec une certaine confiance. D’une part parce qu’ils sont les champions en titre de la Ligue de l’Ontario. Mais aussi parce qu’en début de saison, ils avaient réussi à vaincre les Patriotes, en prolongation, dans la cité de Laviolette.

Les Trifluviens devront d’ailleurs disputer ce match sans Gabriel Sylvestre, expulsé du premier match.

La majeure écopée par le défenseur recrue entraîne automatiquement une suspension d’un match, ce qui va créer un trou dans la brigade d’arrières trifluvienne.

Si les Gaels devaient l’emporter samedi, un troisième et ultime match aurait lieu dimanche,à la même heure.