En raison du contexte de la pandémie et de l’incertitude entourant les prochains mois, les Patriotes de l’UQTR préfèrent rester au vieux Colisée pour la saison 2020-2021, si saison il y a dans la Ligue de l’Ontario.
En raison du contexte de la pandémie et de l’incertitude entourant les prochains mois, les Patriotes de l’UQTR préfèrent rester au vieux Colisée pour la saison 2020-2021, si saison il y a dans la Ligue de l’Ontario.

Les Patriotes joueront au vieux Colisée

TROIS-RIVIÈRES — Le nouveau colisée du District 55 ouvrira ses portes vers la fin de 2020, mais tout porte à croire qu’il devra attendre encore quelques mois avant d’héberger une équipe sportive de manière permanente. Les Patriotes de l’UQTR auraient avisé la Ville de Trois-Rivières qu’ils préféraient conserver leur vestiaire dans le vieux Colisée du parc de l’Exposition, pour la totalité de la saison 2020-21... si saison il y a au hockey universitaire.

Selon ce que Le Nouvelliste a appris, les Patriotes aimeraient mieux demeurer dans les installations actuelles afin d’éviter un déménagement durant l’hiver. Bien que l’enceinte de l’avenue Gilles-Villeneuve ait atteint un certain niveau de vétusté, les quartiers généraux des Patriotes y sont établis depuis longtemps. Le vestiaire des locaux fut notamment rénové et mis au goût du jour il y a quelques années.

La semaine dernière, la Ligue de hockey universitaire de l’Ontario a annoncé l’annulation des matchs du calendrier régulier jusqu’à Noël. On entretient toutefois l’espoir de pouvoir reprendre les activités au début de 2021. D’ici là, l’entraîneur Marc-Étienne Hubert est confiant qu’il lui sera possible d’organiser des parties hors-concours, si la Santé publique l’autorise.

Les Patriotes, menés entre autres par l’homme d’affaires Daniel Lamarre à titre de bénévole, manifestent depuis plusieurs mois leur intérêt à occuper le nouveau colisée. Au cours des dernières semaines, le projet du promoteur Dean MacDonald d’attirer une équipe professionnelle de la Ligue ECHL en septembre 2021, équipe qui serait affiliée au Rocket de Laval et aux Canadiens de Montréal, a aussi progressé de façon notable.

Joint dimanche, le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, n’a pu confirmer nos informations, mais dit comprendre la volonté des Patriotes.

«Je me mets à leur place: c’est à peu près certain qu’il ne se passera pas grand-chose dans leur ligue avant Noël. Ils veulent prendre le temps de faire les choses comme il faut et je trouve ça légitime.»

Il n’a pas été possible de s’entretenir avec les Patriotes, dimanche.

Il semble bien que les Patriotes évolueront une saison de plus au vieux Colisée de Trois-Rivières.

Suivi hebdomadaire

Il y a environ un mois, le maire Lamarche disait que la Ville et les promoteurs désirant implanter une équipe de l’ECHL au District 55 se rapprochaient d’une entente de principe. Les pourparlers se poursuivent et vont dans la bonne direction, toujours selon le premier magistrat.

«Il y a des rencontres chaque semaine. En ce moment, je vous dirais qu’on est dans le fine tuning [le peaufinage] de certains dossiers. Comme je l’ai déjà dit, je ne vous cacherai pas que l’arrivée de Mark Weightman a été un gros plus, grâce à son statut et son expérience dans ce type d’activités.»

Weightman a travaillé pour les Alouettes, dont trois ans comme président, ainsi que pour le Rocket de Laval.

Les chances augmentent donc, un peu plus chaque semaine, que la Ville et les promoteurs en viennent à une entente, qui concrétiserait l’arrivée d’un club professionnel dans la cité de Laviolette à l’automne 2021, dans un amphithéâtre flambant neuf.

Reste maintenant à voir si cette arrivée se matérialisera dans un système de cohabitation, avec les Patriotes. Le directeur général du Cirque du Soleil, Daniel Lamarre, était très impliqué dans le projet du hockey de l’UQTR vers le nouveau colisée, jusqu’à l’éclosion de la pandémie de la COVID-19. Depuis, ses énergies se concentrent surtout vers le fleuron québécois du divertissement.

Une cohabitation entre l’ECHL et les Patriotes entraînerait une retouche importante après la livraison de l’amphithéâtre, qui aurait alors besoin d’un deuxième vestiaire en mesure d’accueillir une équipe majeure, avec des bureaux, la salle de physiothérapie et toutes les autres ressources nécessaires.

Pas inquiet pour l’occupation

Par ailleurs, Jean Lamarche ne s’inquiète pas de voir le nouveau colisée être déserté dans les premiers mois de son existence.

«Nous sommes dans un contexte de pandémie. Je crois que cela nous permettra de bien asseoir notre positionnement. On aura eu le temps de concrétiser quelque chose de solide. Je ne vois pas ça comme un inconvénient, mais comme une opportunité de bien faire les choses.»

Le maire confirme aussi qu’un projet mijote en ce moment afin de marquer l’ouverture du nouveau colisée. «On regarde comment nous pouvons procéder, en accord avec la Santé publique. Mais oui, c’est certain qu’on voudra inaugurer le colisée de la bonne façon et toujours selon les normes de sécurité.»