Les hockeyeurs de l'UQTR ont complété une remontée spectaculaire, eux qui tiraient de l'arrière 3-0 dans la neuvième minute de jeu en deuxième période. C'est un temps d'arrêt commandé par l'entraîneur Marc-Étienne Hubert qui aura ramené les Trifluviens dans le coup.

Les Patriotes complètent la remontée

Trois-Rivières — Christophe Boivin a concrétisé une fin de semaine parfaite des Patriotes en marquant le but gagnant en prolongation, samedi au Colisée, dans une victoire de 4-3 sur les Stingers de l'Université Concordia.
Les hockeyeurs de l'UQTR ont complété une remontée spectaculaire, eux qui tiraient de l'arrière 3-0 dans la neuvième minute de jeu en deuxième période. C'est un temps d'arrêt commandé par l'entraîneur Marc-Étienne Hubert qui aura ramené les Trifluviens dans le coup.

Vingt-six secondes après avoir vu les visiteurs tripler leur avance, Frédéric Bégin a choisi le meilleur moment pour inscrire son premier but en carrière dans le hockey universitaire, sur un tir foudroyant, son premier aussi, qui a trompé la vigilance du gardien des Stingers Marc-Antoine Turcotte. 

Il s'agissait d'ailleurs de son baptême de feu avec les Patriotes, lui qui avait rejoint le groupe au terme du voyage en Europe.Devant le filet, probablement inspiré par la prestation magistrale de son coéquipier Sébastien Auger la veille, Alexandre Bélanger a défendu le fort, coupant court aux nombreuses attaques des Stingers.Le portier auxiliaire a bloqué 38 rondelles dans la victoire, la sixième du club en neuf sorties. Son jeu efficace a permis aux joueurs devant lui de s'accrocher à l'espoir.

Avec moins de dix minutes à écouler en troisième, Bruno-Carl Denis a rétréci l'écart en avantage numérique, puis Deven St-Hilaire l'a imité avec 76 secondes à jouer. Les Patriotes évoluaient alors à six patineurs contre quatre. Les unités spéciales ont grandement contribué au succès collectif.

En prolongation, c'est un deuxième effort de Boivin qui l'a propulsé en échappée, devant Turcotte. Il l'a déjoué avec un bon lancer entre les jambières, semant l'euphorie sur le banc et dans les gradins, où environ 300 personnes prenaient place.«Une victoire de caractère», mentionnait fièrement Hubert, au terme de cette rencontre riche en émotions. «Bélanger nous a permis de demeurer dans ce match et les gars ont fait preuve d'opportunisme. Ce n'est pas un week-end parfait, mais on va chercher les quatre points.»

Le pilote en chef soulignait avec raison que ses hommes avaient deux bons défis avec les visites des Redmen et des Stingers en l'espace de quelques heures. C'était la seule rencontre à l'horaire des deux clubs montréalais en fin de semaine.

Ceci dit, les Patriotes semblent vouloir faire du Colisée leur forteresse cette saison: ils ont gagné leurs quatre parties à domicile jusqu'ici, et face à trois bons rivaux de surcroît.Ce sixième gain les font avancer au quatrième rang de la division Est, devant McGill et Carleton.«C'était un match en deux temps, on a manqué d'exécution. Les transitions et le jeu en zone neutre, il faut améliorer ça. On doit être honnêtes, on peut jouer beaucoup mieux.»

Tout n'est pas parfait, c'est vrai. Mais réussir une telle remontée à la maison, dans un deuxième match en autant de jours, donnera peut-être des ailes à l'équipe, qui s'attaquera à un autre gros défi, les Golden Gaels de Queen's, la fin de semaine prochaine à Kingston.

De bons mots pour les préparateursMême s'il était en fin de présence sur le but victorieux, Christophe Boivin a été en mesure de battre de vitesse les joueurs des Stingers pour filer seul vers le gardien Turcotte.Marc-Étienne Hubert a louangé le travail effectué par le préparateur physique Jean-François Brunelle et les membres de son équipe. «Ils font une différence avec l'entraînement hors glace. Boivin avait encore du jus dans les jambes, c'était beau à voir. Les gars sont prêts à faire les sacrifices.»

Carnet de notes
Blessé au bas du corps vendredi face aux Redmen, Mathieu Lemay a raté le match de samedi...
Sonné à la suite d'un contact légal derrière le filet, Nicolas Larivière a quitté la partie. Il suivra le protocole des commotions cérébrales.