Le sommet sur le hockey permettra de prendre connaissance d’une enquête sur les nouvelles règles qui entreront en vigueur dans le novice dans deux ans.

Les nouvelles règles chez les novices sous la loupe

TROIS-RIVIÈRES — L’UQTR fera trois présentations au cours des prochaines heures à un sommet sur le hockey, qui se déroule à Edmonton.

Jean Lemoyne et Vincent Huard-Pelletier vont réaliser des conférences d’une vingtaine de minutes, en plus de répondre aux questions. Lemoyne va présenter les résultats d’une enquête sur les nouvelles règles qui seront en vigueur dans deux ans dans le novice, en plus de dévoiler les résultats d’une recherche préliminaire sur les tendances qui peuvent mener à une Coupe Stanley. Huard-Pelletier présentera pour sa part son sujet de maîtrise, la diversité de l’activité physique chez les jeunes hockeyeurs.

«C’est un sommet très intéressant. Il y a des sujets de recherche, de l’histoire, des thématiques», fait valoir Lemoyne, qui avait participé à l’événement l’an passé à Frederiction. Cette fois, il devrait être très populaire, puisque le sujet de la demi-glace pour les novices, que Hockey-Québec va implanter sur tout son territoire en 2019, est loin de faire consensus.

«Effectivement, c’est un sujet chaud! L’implantation de la demi-glace avait fait jaser aux États-Unis. L’an dernier, en Ontario, ce fut très controversé. On a fait une étude à partir du projet-pilote fait dans deux régions du Québec l’an passé. Ce qu’on s’aperçoit, c’est que les perceptions sont différentes, si on est joueur, entraîneur ou parent», témoigne Lemoyne, en ajoutant que la clientèle la plus difficile à convaincre est celle… des parents. «Les entraîneurs sont très excités par les possibilités du travail sur demi-glace. Les parents, eux, ne sont pas contre, mais ils ont besoin d’être convaincus. D’être accompagnés. Il y a de l’éducation à faire d’ici 2019», ajoute-t-il, en espérant élargir l’étude l’an prochain.

C’est un peu le même constat pour le deuxième sujet, les conditions gagnantes qui peuvent mener à la Coupe Stanley. Avec Jean-François Brunelle, Lemoyne a analysé les buts des 16 victoires en séries des Blackhawks de Chicago en 2015, qui ont mené à la coupe. À partir d’une formule développée aux États-Unis par des chercheurs qui ont bifurqué vers le hockey après leur premier champ d’expertise, le basket-ball, le duo trifluvien a établi certaines tendances sur l’importance du jeu de transition et des erreurs qui donnent accès à l’enclave. «Mais encore là, la recherche mérite d’être poussée davantage. Le codage est assez simple, on peut étudier d’autres parcours pour voir si les tendances sont les mêmes. J’espère être en mesure de générer ça l’an prochain.»

Lemoyne caresse aussi le projet de tenir un sommet du genre à Trois-Rivières en septembre 2019.

«Le sommet à Edmonton, c’est bien, mais ça regroupe surtout les gens anglophones. On a certainement l’expertise ici aussi pour organiser quelque chose de bien chez nous.»