Mario Carrière prévient que les Cataractes vont confectionner une liste finale à partir uniquement du talent disponible.

Les menaces n’effrayeront pas les Cataractes

Shawinigan — Au grand déplaisir de Gilles Courteau, il sera vraisemblablement beaucoup question des récalcitrants en cette semaine de repêchage de la LHJMQ. Plusieurs joueurs de talent, susceptibles d’être choisis en première ronde samedi au centre Vidéotron, laissent planer le doute sur leur avenir actuellement. Parmi le lot, il y en a quelques-uns en Mauricie!

Le refrain n’est pas nouveau. Il était un peu moins entendu dans les dernières années toutefois, la LHJMQ s’étant dotée de nouvelles règles pour inciter ses équipes à faire preuve d’audace en réclamant ces adolescents qui tentaient de choisir leur équipe. L’an passé, le manège a commencé à reprendre de la vigueur et cette année, c’est facilement un tiers des 20 meilleurs espoirs qui ont soit des intentions réelles de poursuivre leur chemin aux États-Unis, soit la volonté de contrôler où ils sortiront à l’encan des joueurs midgets.

Détenteurs du cinquième choix au total, les Cataractes s’ajoutent à la liste des équipes qui dénoncent ce qui se passe en coulisses actuellement. Le recruteur-chef Mario Carrière a d’ailleurs annoncé au Nouvelliste qu’il avait confectionné sa liste finale en faisant abstraction des menaces entendues durant son processus d’entrevues.

«Certains ont clairement une stratégie. Comme organisation, tu dois aussi t’en bâtir une pour répondre à ça. La nôtre, ce sera de prendre le meilleur joueur disponible, peu importe ce qu’il a dit. La commande vient de Martin (Mondou) et je suis très à l’aise avec ça. On a de la profondeur en masse pour vivre avec cette situation», lance le vieux routier qui, pour une rare fois, a accepté de livrer le fond de sa pensée sur le sujet. «C’est rendu tellement compliqué. À la limite, ce n’est même plus l’fun de passer à travers ce processus. Je ne peux quand même pas me promener avec un polygraphe quand je rencontre les jeunes! Tu dois essayer de ramasser de l’information à gauche, à droite, et te fier à ton instinct.»

«Comme tout le monde, on a vu les Sea Dogs faire le plein de récalcitrants l’an passé et n’avoir aucun mal à les convaincre. C’est spécial. Les (Charlie) DesRoches, (Josh) Lawrence, (Dawson) Stairs nous avaient dit qu’ils ne venaient pas dans la ligue… C’est sûr que lorsque tu ramasses une brochette de récalcitrants comme celle-là, en plus des (William) Villeneuve et (William) Poirier, la reconstruction s’accélère pas mal. On va donc s’ajuster.»

Pas de consensus

Carrière estime par ailleurs que talent pour talent, cette cuvée n’a rien à envier à la précédente. La profondeur est semblable… et il n’y a pas de consensus réel sur l’ordre précis du meilleur joueur disponible, encore moins du top 3 ou du top 5. Joshua Roy est le meilleur espoir selon la Centrale du soutien au recrutement. Mais ne pariez pas votre chemise qu’il sera le premier à défiler sur le podium… «On va avoir droit à une excellente première ronde et ça va s’étendre en deuxième ronde, comme l’an dernier. Pour le premier choix, j’en vois quelques-uns qui peuvent espérer être le premier choix. Je suis persuadé que le top 5 varie beaucoup, d’une équipe à l’autre», sourit Carrière. «C’est comme l’an dernier, notre homme c’était Mavrik Bourque. J’aimais beaucoup (Lukas) Cormier aussi, mais il y en avaient d’autres excellents, les (Hendrix) Lapierre, (Patrick) Guay, (Jérémie) Poirier. Ce seront tous des joueurs d’impact. À mon avis, on dira la même chose du top 5 de cette année l’an prochain.»

Une défense à renflouer?

Les Cataractes débarquent à Québec avec ce cinquième choix au total, ainsi qu’une sélection en deuxième ronde, et deux autres au troisième tour. Ils ont peu repêché en défense ces dernières années, la position qui semble la plus faible de l’organisation. Carrière ne ressent toutefois pas l’urgence de cibler une position en particulier. «Je pense que nous avons de la profondeur à toutes les positions. Il faut être prudent dans l’évaluation de notre brigade défensive, nos jeunes avaient besoin de millage l’an dernier et ils protégeaient de jeunes gardiens. On a vu en séries une belle progression, et je n’ai pas de doute qu’elle va se poursuivre l’an prochain. Il faut ajouter au puzzle des jeunes comme (Philippe) Blanchet et (Marc-Antoine) Mercier qui ont été très solides dans le midget AAA. Bien sûr, on ne va jamais lever le nez sur du talent supplémentaire en défense. Mais c’est vrai aussi pour les autres positions.»

En terminant, Carrière avoue avoir de l’appétit pour certains joueurs élevés en Mauricie l’an dernier. «Les Estacades ont un peu déçu en séries mais ça s’explique à mon avis par le fait que plusieurs joueurs ont participé aux Jeux du Canada. Ils faisaient partie d’une équipe championne, qui a battu deux fois l’Ontario au passage. Ce serait mentir de dire que ces jeunes ne sont pas attrayants… Ils ont aussi bien fait en saison, au Challenge. Le jeu de puissance des Estacades était formé de quatre joueurs de 15 ans, et un autre de 14 ans. Ça donne une idée du potentiel réuni! C’est une très bonne année pour les joueurs de la Mauricie», conclut le dépisteur-chef.

Carnet de notes

La première ronde de la séance de sélection de la LHJMQ sera diffusée en direct à TVA Sports samedi à 10h. Tout juste avant, à 9h30, Mikaël Lalancette et ses complices ont préparé un reportage de trente minutes sur les coulisses du repêchage de 2018 chez les Cataractes de Shawinigan. Une belle occasion de voir comment ça se passe réellement sur le parquet... Une première rumeur implique les Cataractes et elle concerne l’avenir de l’ex-Estacades Shawn Élément, qui ne serait pas très intéressé à poursuivre sa carrière à Bathurst là où il sera échangé vendredi. Le Titan teste donc sa valeur actuellement et l’Océanic, le Phoenix, et les Cataractes seraient dans le coup. Élément disputera, à 19 ans, une quatrième saison dans la LHJMQ en 2019-20 et il a le profil pour ensuite être utilisé comme vétéran de 20 ans.