Des scènes comme celle-ci, il risque d’y en avoir moins dans les matchs de la Ligue Can-Am l’été prochain.

Les matchs seront moins longs

trois-rivières — Au terme d’une rencontre productive à Montréal, les dirigeants de la Ligue Can-Am ont établi une liste de nouveaux règlements visant à raccourcir la durée des matchs de baseball de ce circuit indépendant. Reste maintenant à vendre leur concept aux joueurs ainsi qu’aux gérants.

«On va sauver environ 15 minutes par match», prévoit le directeur général des Aigles de Trois-Rivières, René Martin, fort satisfait des échanges avec ses pairs dans la métropole. «Je n’ai jamais participé à une rencontre aussi intéressante dans la Ligue Can-Am que celle-ci. On a beaucoup progressé.»

Notamment sur la question de l’expansion, alors que les plans pour accueillir un club à Montréal se précisent. Un terrain dans la région de Terrebonne est à l’étude. Un deuxième se situe à Longueuil. Le dossier progresse et enchante tous les propriétaires.

Quant aux règlements, ils entraîneront des changements majeurs dans le déroulement des matchs. Ainsi, un officiel mineur sera posté sur la galerie de presse afin de chronométrer la partie. Un lanceur misera sur 20 secondes entre ses tirs, sans quoi une balle sera soutirée au compte du frappeur, qui pourrait quant à lui recevoir une prise s’il n’est pas prêt à confronter le lanceur dans les délais prescrits.

Par ailleurs, il s’écoulera 90 secondes entre les manches. Si un lanceur se trouve dans l’embarras, ses coéquipiers ne pourront lui rendre visite au monticule qu’une seule fois. Terminées, les séquences interminables du receveur qui effectue des va-et-vient entre le marbre et la butte!

«Si un entraîneur quitte l’abri pour aller voir son lanceur, il n’aura que 30 secondes afin de discuter de la stratégie. Ça aussi, ça va accélérer le jeu», dit Martin, bien conscient qu’il y aura une période rodage nécessaire afin d’implanter ces règlements, qui ne feront pas l’affaire des lanceurs ni des receveurs. «Le baseball doit évoluer. On préfère que le match termine plus tôt que trop tard. Des parties de plus de trois heures, on en veut le moins possible.»

de nouveaux Dominicains
Comme l’an dernier, une équipe de la République dominicaine intégrera la Ligue Can-Am en juin, le temps d’un mois, pour disputer une série à chacune des équipes du circuit. Cette formation risque, fort heureusement, d’être plus talentueuse. Des problèmes de visas avaient empêché les joueurs ciblés de séjourner dans la Can-Am en 2017. Il avait donc fallu s’en remettre à un plan B.

D’autre part, la deuxième équipe sera constituée de joueurs étoiles de la Ligue Peco, un circuit inférieur mais où des joueurs à fort potentiel évoluent. C’est dans la Ligue Peco que les Aigles avaient recruté Edilson Alvarez, il y a quelques années.

La Ligue Can-Am répétera ainsi l’expérience de l’Association américaine, qui avait accueilli la crème de la Ligue Peco il y a un an. «Après ces séries, il y aura un repêchage des meilleurs joueurs de cette équipe d’étoiles», mentionne René Martin, satisfait de la nouvelle formule. Rappelons que l’équipe nationale de Cuba ne fera pas le voyage en Amérique du Nord cet été, contrairement aux deux dernières campagnes.