Les rencontres entre les Lakers et les Patriotes sont souvent très physiques. Guillaume Nadeau, qui sera dans le filet vendredi soir, l'avait appris à ses dépens l'année dernière.

Les Lakers s'amènent pour affronter les Patriotes

Forts d'une spectaculaire victoire sur les Redmen de McGill, mardi, les Patriotes de l'UQTR reçoivent les Lakers de Nipissing, vendredi soir au Colisée. L'entraîneur-chef Marc-Étienne Hubert espère que sa troupe répondra de la même façon qu'elle l'a fait face aux Montréalais.
Les Lakers connaissent leur saison la plus difficile depuis leur arrivée au sein du circuit universitaire ontarien en 2009. Avec seulement quatre victoires, ils se retrouvent hors des séries éliminatoires. La tâche s'annonce donc aisée pour les Patriotes si l'on s'appuie sur leur performance de mardi. Ce gain pourrait toutefois avoir l'effet contraire, selon Hubert.
«C'est un très beau piège. Je l'ai vécu dans le passé lorsque j'étais avec (les Saguenéens de) Chicoutimi. Les victoires contre Québec étaient très émotives, mais lors du match suivant, l'équipe connaissait un passage à vide. C'est quelque chose qui a été discuté avec les gars.»
Il ne faut toutefois pas croire que le duel entre ces deux formations sera sans saveur. Les Patriotes ont été responsables de l'élimination des Lakers des éliminatoires l'an dernier et ceux-ci voudront prendre leur revanche. La série s'était terminée dans la controverse alors que plusieurs joueurs en étaient venus aux coups.
Un des défenseurs de Nipissing, Brett Cook, y était même allé d'un uppercut sur un juge de ligne, une séquence qui a fait le tour de la planète. Cook n'a plus jamais enfilé le chandail bleu et vert, lui qui a été suspendu à vie du hockey universitaire canadien. «Les joueurs en ont parlé à quelques reprises. Ça c'est produit l'an dernier et le joueur n'est plus là. Est-ce que ça va avoir un impact? S'il arrive quelque chose, il arrivera quelque chose, mais il y a moins de risque parce que ça s'est déroulé l'année dernière.»
L'avantage numérique amélioré
L'arrivée du défenseur Martin Lefebvre pourrait-elle permettre de relancer le jeu de puissance des Patriotes, qui apparaît au 14e rang de la conférence ontarienne? Mardi, les Trifluviens ont converti trois de leurs cinq opportunités et deux de ces buts ont été l'oeuvre de Lefebvre.
«En première moitié de saison, nous avions beaucoup de chances, mais nous avions de la misère à finir. Nous avons eu des opportunités mardi et nous en avons profité. Lefebvre nous amène une dimension intéressante parce qu'il a tant d'expérience à la pointe», a analysé Marc-Étienne Hubert.
Ce dernier souligne aussi le travail de Mikaël Langlois depuis le début de saison à l'autre bout de la ligne bleue. Lui et Lefebvre devraient unir leurs forces de façon régulière en avantage numérique.
C'est Guillaume Nadeau qui sera devant la cage des Patriotes pour ce premier de deux matchs cette fin de semaine au Colisée.
Vendredi soir, les Patriotes auront la chance d'égaler un record vieux de 23 ans s'ils l'emportent. Il s'agirait pour eux d'une 16e victoire consécutive à domicile, fiche cumulée sur deux saisons. Ne vous attendez toutefois pas à ce que Hubert utilise cette marque afin de motiver ses troupes. «Nous n'y accordons pas d'importance, notre mission, ce sont les séries, a-t-il dit. Les records, c'est bon dans les livres.»