Jonathan Bellemare et ses coéquipiers n’ont pas reçu leur paie des derniers matchs de la saison régulière des Draveurs.

Les joueurs des Draveurs attendent leur paie

TROIS-RIVIÈRES — Étienne Boileau n’opère plus la franchise de Trois-Rivières de la Ligue nord-américaine de hockey, mais il doit encore de l’argent aux joueurs des Draveurs.

Le capitaine de l’équipe, Jonathan Bellemare, a confirmé que lui et ses coéquipiers attendent encore de recevoir leur paie des derniers matchs de la saison. Dans un entretien au Nouvelliste, il s’est dit confiant que le tout se règle dans les jours à venir.

«Monsieur Boileau a fait de gros efforts pour que ça fonctionne à Trois-Rivières, mais malheureusement, ça n’a pas été facile. Il avait rencontré des problèmes par rapport à la paie plus tôt durant la campagne et il avait honoré ses contrats. Ça devrait être de nouveau le cas cette fois-ci», témoigne Bellemare, qui assure avoir toujours entretenu une relation saine avec le grand patron de l’organisation.

«On a voulu lui donner le plus de lousse possible. Présentement, nous sommes un peu dans le néant, j’ai plus ou moins de contacts avec lui. On a mandaté un des gars dans la chambre pour être notre porte-parole et le dossier suit son cours. Chose certaine, il était très présent durant la saison. C’était une première expérience de son côté dans le hockey et ça ne peut pas être une grande histoire d’amour quand ton équipe en arrache et que tu as de la misère à payer les joueurs. Par contre, on sait qu’il travaillait fort.»

En quatre ans à Trois-Rivières, Bellemare mentionne que c’est la première fois qu’il se retrouve dans une telle situation. «Attendre après ma paie au terme de la saison, c’est effectivement une première. C’est stressant pour tout le monde, on a hâte d’avoir des nouvelles.»

D’ici quelques semaines, on saura d’ailleurs si un groupe d’investisseurs se portera acquéreur des Draveurs... ou si la concession disparaîtra pour de bon des cadres de la LNAH.

«Ce qui me fait rire, c’est que les gens commencent à réagir alors que les difficultés financières du club, on en parle depuis au moins trois ans. Le Colisée est presque mort, il n’y a plus beaucoup d’ambiance. Ça tourne en rond, mais je souhaite sincèrement qu’on sauve l’équipe. Je n’ai pas parlé à Yves Tremblay, ni à Dean Lygitsakos, sauf que la survie des Draveurs passera par un groupe d’actionnaires locaux, j’en suis persuadé. S’il y a plan de relance, bien sûr.»

Bellemare, lui, se dit en réflexion sur son avenir comme hockeyeur professionnel. «Si l’équipe déménage, ça risque d’accélérer mon processus de décision, surtout à 35 ans. Mais je ne veux pas que l’équipe parte.»

La liste de protection des Draveurs est gelée jusqu’au 14 mai. Le commissaire du circuit, Richard Martel, espère d’ici là que des gens d’affaires de la Mauricie se manifesteront afin de préserver le club dans l’aréna du parc de l’Exposition.

Le propriétaire de Plante Sports, Yves Trembay, est prêt à prendre la relève s’il juge les conditions favorables. Une rencontre est prévue cette semaine avec la Ville de Trois-Rivières.