Alex Beaucage a été repêché par les Huskies de Rouyn-Noranda. Il est avec le directeur-gérant Gilles Bouchard ainsi que son adjoint Daniel Paradis.

Les Huskies s'offrent Alex Beaucage

La Mauricie n'a pas fait si mauvaise figure à ce repêchage de la LHJMQ. La récolte s'est amorcée au tout début de la deuxième ronde, lorsqu'Alex Beaucage a été appelé au micro au 22e rang. Ce sont les Huskies de Rouyn-Noranda qui ont réclamé les droits du grand attaquant des Estacades midget AAA, répertorié comme le 17e meilleur espoir selon la Centrale du soutien au recrutement.
Le directeur-gérant Gilles Bouchard, de même que son adjoint Daniel Paradis étaient fiers de leur coup. «Les Estacades vont arrêter de me dire qu'on ne repêche jamais chez eux! C'est drôle, je disais la même chose à André Tourigny, ça lui avait pris huit ans avant de prendre Maxime St-Cyr! C'est à mon tour après quatre ans de piger en Mauricie et je suis très content que ce soit Alex.  Je suis surpris de voir qu'il était encore disponible en deuxième ronde. On va travailler sur sa vitesse. C'est un gars qui va pouvoir faire des dégâts», racontait l'ex-pilote des Estacades et des Patriotes de l'UQTR.
Paradis, pour sa part, a pu épier de près Beaucage au cours des dernières années, puisqu'il est également responsable de la structure intégrée en Mauricie. «Dison qu'on sait ce qu'on achète! Alex a une belle progression, c'est l'un des joueurs les plus intelligents parmi les joueurs disponibles aujourd'hui. Il sera placé dans un bon environnement pour continuer à s'épanouir.»
Fils de l'ex-hockeyeur professionnel Marc Beaucage, l'adolescent de 15 ans n'était pas offusqué du tout d'avoir attendu un peu plus longtemps que prévu avant de quitter les estrades du Harbour Station. «Je savais que ça pouvait aller en deuxième ronde, c'est bien correct. Je suis très heureux de me retrouver à Rouyn-Noranda.  Je connais Gilles (Bouchard), il m'a déjà dirigé dans le AAA d'été. Ça va faciliter mon adaptation. Je suis un gars qui est bon avec la rondelle. Je n'ai pas encore touché à un calibre aussi élevé que la LHJMQ mais je vais essayer d'y faire ma place dès le prochain camp», souriait Beaucage.