Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le parcours de Max Parrot est très impressionnant.
Le parcours de Max Parrot est très impressionnant.

Les gars, vous êtes impressionnants!

Isabelle Gagnon
Isabelle Gagnon
Collaboration spéciale
Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / En ce début de 2021, permettez-moi de souligner l’excellence de plusieurs de nos athlètes masculins au Québec.

Après la mention d’honneur faite à la gent féminine il y a deux semaines dans cette chronique, voici des athlètes masculins du Québec qui nous inspirent jour après jour, malgré la pandémie, dans des sports où le calibre est très relevé.

Mikaël Kingsbury

En ski acrobatique (bosses), Mikaël Kingsbury, 28 ans, collectionne succès et médailles. L’athlète de Sainte-Agathe-des-Monts domine le circuit de la Coupe du monde, détenant un record de 80 podiums.

Fort d’un huitième globe de cristal consécutif en bosses en 2019, il fut médaillé d’argent aux Jeux de Sotchi et d’or aux Jeux de Pyeongchang. Étudiant à distance en sciences humaines au cégep et très superstitieux, il porte toujours des sous-vêtements fétiches en plus de son traditionnel t-shirt avec l’inscription «It’s good to be the king!» à chaque compétition. Sa devise: «Impossible n’existe pas»! Il vise d’ailleurs une troisième participation aux Jeux de Pékin, malgré une fracture sérieuse au niveau des vertèbres thoraciques T4-T5, survenue à la fin novembre 2020. Prompt rétablissement!

Elliot Vaillancourt

Suivant ses traces, le jeune Elliot Vaillancourt en ski acrobatique (bosses), chaussa des skis pour la première fois à l’âge de 3 ans. Travaillant, acharné et ambitieux, il a évolué au sein du club de ski du Mont Sainte-Anne et fut sélectionné à 18 ans sur l’équipe nationale NextGen. Il gagnera l’or en 2019 au championnat du monde junior en ski de bosses en parallèle, en plus de terminer premier au classement général de la série Nor-Am 2020. Son rêve approche: les Jeux olympiques de Pékin 2022!

Maxence Parrot

Maxence Parrot, planchiste à neige, s’est démarqué en excellant au Big Air et au slopestyle. L’athlète de Bromont de 27 ans a hérité du potentiel paternel, issu du ski alpin et du ski nautique de niveau national. Ses premiers Jeux furent Sotchi en 2014 où il fut médaillé d’argent. Il a également brillé plusieurs fois aux X Games de 2016, 2017 et 2018. Il fit sa marque en étant le premier en slopestyle à réussir le backside triple cork. Sa médaille la plus importante selon vous? La rémission de son cancer des ganglions (lymphome de Hodgkin): quelques mois après ses traitements, il a remporté l’or à l’épreuve de Big Air des Summer X Games (2019), en plus de plusieurs titres aux X Games en 2020. Son proverbe de prédilection: «Espère, rêve, accomplis». À son image, il a créé son propre casque et ses propres lunettes.

Émerick Bayard-Fournier

Honoré dans son sport précédent (baseball), Émerick Bayard-Fournier est un athlète polyvalent! Ce coureur, sauteur et lanceur québécois de 16 ans remporta treize fois l’or aux épreuves énumérées, cinq titres de champion national ou interprovincial, empochant plus de cinq records québécois et trois records de compétition aux nationaux en athlétisme.

Brent Lakatos

Également en athlétisme, Brent Lakatos, ancien joueur de basketball en fauteuil roulant, a fièrement représenté le Québec à quatre Jeux, soit Athènes, Beijing, Rio et Londres. Tokyo seront ses cinquièmes. L’athlète de Dorval, paralysé à la suite d’un accident en patin étant plus jeune, démontre son excellence autant sur distances sprint sur piste et au marathon.

L’analyste programmeur partage sa vie avec une Britannique et il se spécialise aux 100, 200, 400 et 800 mètres sur piste dans la catégorie T53 où il a obtenu de nombreuses médailles. En 2020, il gagna l’or au Marathon de Londres en un temps de 1h36m4sec.

Charles Philibert-Thiboutot

Charles Philibert-Thiboutot, coureur olympien aux Jeux de Rio, se démarque sur piste et aussi sur route. Il est avant tout un spécialiste du 1500 mètres. Il présente d’excellentes performances également aux 800, 5000 et 10 000 mètres.

Outre sa vie d’athlète, il a grandi dans l’art de la musique, de l’écriture et a même été acteur pour un film québécois, une histoire vécue.

Jean-Simon Desgagnés et thomas fafard

Jean-Simon Desgagnés, ce coureur d’exception et futur médecin et étudiant à l’Université Laval, aime semer la bonne humeur autour de lui. Il a obtenu d’excellents résultats sur 1500 et 3000 mètres steeple en plus du deuxième meilleur temps canadien sur 5 km (13min56sec).

Le suivant de très près, un bon ami et partenaire d’entraînement, Thomas Fafard, 20 ans, inspiré par le duo précédent, performe aux 1500 et 5000 mètres et a dans la mire les Jeux de Paris 2024.

Mathieu Bilodeau

En marche olympique, Mathieu Bilodeau, ancien nageur, cycliste et triathlète a trouvé sa voie dans ce sport très technique et malheureusement méconnu.

Le comptable agréé pour Deloitte s’est lancé à la pratique de ce nouveau sport deux ans avant la tenue des Jeux de Rio, auxquels il a participé. Il sillonne les rues de Québec pour ses entraînements, où il reçoit encouragements et regards interrogatifs de la population, en vue de Tokyo 2021.

Antoine Valois-Fortier

En sport de combat, Antoine Valois-Fortier, le judoka double olympien, a participé aux Jeux de Rio et de Londres, où il a été médaillé de bronze. Le natif de Beauport s’est relevé d’une opération importante au dos et il a remporté le bronze à deux compétitions internationales chez les moins de 81 kg, récompensé par sa persévérance et par sa discipline. Cet étudiant en kinésiologie a pour devise: «Qui ne tente rien, n’a rien» et possède comme mentor-entraîneur Nicolas Gill. But ultime: performer aux Jeux de Tokyo!

Félix Dolci

Félix Dolci, un gymnaste de Laval qui complète son secondaire, évolue en gymnastique artistique masculine en s’entraînant trente heures par semaine. En 2018 aux Jeux olympiques de la jeunesse et en 2019 aux Championnats du monde junior, il a été l’athlète canadien le plus décoré.

Laurent Lavigne

En canoë-kayak de vitesse, le Trifluvien Laurent Lavigne représente un des meilleurs espoirs canadiens. Vainqueur d’une médaille d’argent au 500 mètres lors du Championnat du monde junior, il s’est de plus illustré aux 200 et 500 mètres avec l’or ainsi qu’au 1000 mètres avec l’argent. Il fait partie du processus de sélection olympique en vue des Jeux de Tokyo.

Hugo Houle

En cyclisme sur route, Hugo Houle se doit être cité comme athlète d’exception. Né à Sainte-Perpétue en 1990, il commence le sport en goûtant au triathlon. Technique policière en main, il met de côté ce métier pour rapidement se tailler une place au sein d’équipes cyclistes canadiennes et européennes. Il ira aux Jeux de Rio. Avec deux Tours de France en poche, Houle est l’un des rares Québécois à s’y être hissé.

Ce qu’il recherche dans son sport? Se dépasser tout en le faisant en l’honneur de son défunt frère.

Léandre Bouchard

En vélo de montagne, Léandre Bouchard a fait sa marque. Cet étudiant en éducation physique a réalisé de nombreux exploits au niveau junior et participa aux Jeux de Rio. Selon lui, «la vie est à l’extérieur de la zone de confort!» En attendant, Léandre a complété le défi de traverser les 207 km du parc des Laurentides à la marche en autonomie complète cet été.

Matisse Julien

À surveiller, le jeune cycliste sur route Matisse Julien, 18 ans, trace son chemin vers les grands, avec des résultats exceptionnels tant au niveau canadien junior que québécois pour l’année 2020.

Encore une fois, une double fierté pour le Québec d’être si bien représenté! Et dans ces histoires, nous pouvons tous y puiser un peu d’inspiration, non?